47E FESTIVAL DE DEAUVILLE (2021) CINEMA DU PRÉSENT

[CRITIQUE] Val – Portrait incontournablement sincère

Val est un film incontournable pour tous ceux qui aiment les bonnes histoires hollywoodiennes. L’une des plus grandes stars des années 90 après ses rôles dans The Doors, Tombstone...
Lire la suite..
47E FESTIVAL DE DEAUVILLE (2021) EN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Jane par Charlotte – “Bonne fête Maman !”

Je ne sais pas pour vous, mais les attentes ont une façon d’interférer avec mon plaisir d’un film, alors je fais de mon mieux pour les mettre de côté...
Lire la suite..
47E FESTIVAL DE DEAUVILLE (2021) CINEMA DU PRÉSENT EN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] The Card Counter – Le « All-In » de Schrader

« Si ce n’est pas pour l’argent, pourquoi jouer ? » – « Ça fait passer le temps », répond le joueur professionnel William Tell (Oscar Isaac) lorsqu’on lui demande de justifier sa...
Lire la suite..
47E FESTIVAL DE DEAUVILLE (2021)

[CRITIQUE] Un Héros – 48 heures en enfer

Quelque part en Iran, il y a une gare routière, un carrefour social où les travailleurs quotidiens se retrouvent pour un moment de réconfort. Alors que le trafic continue...
Lire la suite..
47E FESTIVAL DE DEAUVILLE (2021) CINEMA DU PRÉSENT

[CRITIQUE] Une femme du monde – Le plus vieux métier du monde est le plus compliqué

Cécile Ducrocq fait des débuts convaincants sur grand écran avec Une femme du monde, qui se déroule dans la ville de Strasbourg. Grâce à l’excellente interprétation de Laure Calamy...
Lire la suite..