[CRITIQUE] Val – Portrait incontournablement sincère

[CRITIQUE] Val – Portrait incontournablement sincère

19 janvier 2022 0 Par Louan N

Val est un film incontournable pour tous ceux qui aiment les bonnes histoires hollywoodiennes. L’une des plus grandes stars des années 90 après ses rôles dans The Doors, Tombstone et Batman Forever, Kilmer a vu sa réputation s’envoler après s’être retiré de Batman et Robin (un choix judicieux avec le recul) et après avoir été accusé d’avoir fait n’importe quoi sur le tournage de L’Île du docteur Moreau. Beaucoup l’ont qualifié de mercantile et d’égocentrique. Pourtant, malgré tout, tout le monde a toujours su qu’il avait du talent, et s’il n’avait pas été affaibli par un cancer, une maladie qui lui a fait perdre son atout le plus précieux, sa voix, sa carrière aurait probablement continué encore et encore. Ce documentaire de Leo Scott et Ting Poo confronte Kilmer au fait que sa carrière d’acteur est peut-être terminée, mais l’homme lui-même a trouvé une sorte de paix intérieure difficile à trouver.

Le film bénéficie également du fait étonnant que Kilmer, tout au long de sa vie, a été un vidéaste compulsif, tournant constamment des films familiaux, et que rien n’était apparemment interdit dans ce portrait sans complaisance. Nous voyons, à travers ses images, le jeune Kilmer faire ses études à Julliard et trouver sa voix en tant qu’acteur, avec des images de lui faisant la fête avec d’autres jeunes espoirs du cinéma comme Kevin Bacon et Sean Penn. Le film nous fait également découvrir les années Top Gun, avec des tas d’images juteuses montrant comment Kilmer, Rick Rossovich, Barry Tubb et, étonnamment, Kelly McGillis sont devenus des copains de fête. Il reconnaît sa rivalité bon enfant avec Tom Cruise et Anthony Edwards, même si l’on devine une certaine jalousie derrière la compétitivité de Kilmer. Il s’agit d’un document inestimable, et Kilmer mérite beaucoup de crédit pour le fait qu’il ne s’agit pas d’une hagiographie, puisqu’il reconnaît qu’il a été un emmerdeur dans son métier, en particulier lors de la création de The Doors. On voit des images de lui vivant pendant un an en tant que Jim Morrison, tandis que sa femme de l’époque, Joanne Whalley, tente de le soutenir. Nous voyons également des bandes d’audition qu’il a réalisées pour Les Affranchis (il aurait été mauvais), Full Metal Jacket (il aurait été génial), etc.

Le film est narré de manière intrigante par le fils de Kilmer, Jack, dont la voix ressemble étrangement à celle de son père, qui lit sa narration. Dans le même temps, Val lui-même participe à de longues interviews sous-titrées, alors qu’il s’efforce de parler avec sa voix gravement compromise. Les images dont nous disposons sont un véritable trésor, en particulier lorsqu’il s’agit de L’Île du docteur Moreau. Un documentaire entier (Lost Soul: The Doomed Journey of Richard Stanley’s Island of Dr. Moreau) a été consacré à la difficulté du tournage, et Kilmer lui-même n’excuse pas son comportement, permettant de montrer certaines disputes avec le réalisateur John Frankenheimer qui le dépeignent comme un enfant coléreux. Pourtant, vous comprenez aussi qu’il a été brisé par le fait que sa co-star, et la seule raison pour laquelle il voulait faire le film en premier lieu, Marlon Brando, a quitté le tournage et est à peine présent sur le plateau. Les histoires racontées ici sont étonnantes, la section Batman Forever étant particulièrement éclairante car Kilmer montre comment, à l’époque, les costumes de super-héros étaient notoirement encombrants et qu’il n’a pratiquement pas pu bouger pendant tout le tournage, ne pouvant agir qu’avec ses bras et sa bouche. Si le film avait été tourné dix ans plus tard, à une époque où les costumes de super-héros offraient plus de souplesse aux stars, il aurait sans doute beaucoup plus apprécié l’expérience. Malgré tout, Kilmer semble avoir une place spéciale dans son cœur pour son rôle de Doc Holliday dans Tombstone, avec des images sur le plateau montrant une grande relation entre lui et Kurt Russell. Les deux hommes semblaient s’entendre à merveille. Dans un moment touchant, Kilmer apparaît lors d’une projection de Tombstone au Texas mais devient mélancolique en se voyant à l’écran alors qu’il réalise que son gagne-pain dépend désormais totalement de l’exploitation de sa carrière passée tandis que ses rêves pour l’avenir, y compris son projet passionnel Mark Twain, ne se réalisent pas.

Le tout forme le portrait touchant d’un homme qui, comme beaucoup d’entre nous, n’a pas toujours bien agi, mais qui reste tout à fait correct en tant que personne. Quel que soit son rôle en tant que collègue ou mari, il semble exceller dans son rôle de père, ses deux enfants, Jack et Mercedes, l’adorant évidemment. En fin de compte, Val est un film incontournable pour quiconque s’intéresse un tant soit peu à la carrière de Kilmer, tandis que les fans le dévoreront. C’est un portrait véridique et magnifique d’un homme qui semble beaucoup plus gentil que sa réputation ne le suggère.

Note : 4 sur 5.

Val présenté à la 47e édition du festival du cinéma américain de Deauville et le 19 janvier en VOD.

0
0