Arno Pigeault

[CQL’EN BREF] – Jusqu’au bout du monde (Viggo Mortensen) 

Jusqu’au bout du monde constitue le second film de Viggo Mortensen, et survient quatre années après Falling. Cette première réalisation qui retraçait un conflit père-fils dont le paternel était atteint de démence, n’a pas vraiment laissé une empreinte mémorable. Jusqu’au bout du monde peut-il faire mieux ? Le genre et le cadre de l’œuvre peuvent le laisser penser. En se présentant tel un western en pleine guerre de Sécession, Viggo Mortensen s’assure notre curiosité. Nous suivons la rencontre entre Vivienne Le Coudy, une canadienne-française incarnée par Vicky Krieps, et un immigré danois au nom de Holger Olsen, joué par le réalisateur lui-même. Mais le couple est séparé par la guerre de Sécession dans laquelle s’engage volontairement Holger. C’est donc de cette séparation, que l’intrigue tient son élément déclencheur. Maintenant, il reste à savoir si la tension suivra.  Le personnage d’Holger étant occupé à combattre, ce dernier laisse sa femme seule, à

Lire la suite »
Louan Nivesse

[CQL’EN BREF] The Surfer (Lorcan Finnegan)

.La trajectoire artistique de Nicolas Cage demeure une énigme, particulièrement au cours de ces dernières années où il semble s’orienter vers des rôles plus riches en substance, incarnant des personnages plus ambigus, tout en préservant ce qui constitue son succès : ses expressions faciales mémorables. C’est assurément sur la base de cet argument que le réalisateur Lorcan Finnegan a su persuader la méga star de s’engager dans son tout dernier projet : The Surfer. À mi-chemin entre l’esprit de “Brice de Nice” et une atmosphère sectaire, ce trip voit le protagoniste, un surfeur éponyme interprété par Nicolas Cage, aspirer à ramener son fils sur la plage qui a forgé son expérience du surf. Toutefois, un obstacle de taille se dresse sur son chemin : un vieil ami d’enfance, Scally, incarné par Julian McMahon, est désormais le chef d’une secte locale dénommée “Le Sanctuaire”. Leur mission : perturber la quiétude de

Lire la suite »
Alexei Paire

[CQLC’EN BREF] Ce n’est qu’un au revoir (Guillaume Brac)

Guillaume Brac, c’est un réalisateur qui est allé sur beaucoup de terrains et qui n’a pas peur d’en changer. Débutant avec des court-métrages, il a tout au long de sa carrière alterné entre le documentaire et la fiction. À l’Abordage son dernier long, avait fait un peu de bruit à sa sortie. Et si avec son nouveau film, Ce n’est qu’un au revoir, Brac délaisse l’histoire fictionnelle et romancée, il place encore une fois sous sa caméra de jeunes personnages. Documentaire d’à peine plus d’une heure, Ce n’est qu’un au revoir suit les derniers jours de lycée d’amis s’étant rencontrés en internat dans la Drôme. Le réalisateur ne proposera pas de narration à proprement parler, le rythme et le ton du film étant uniquement dictés par les actions et les paroles de ces jeunes gens. Le long-métrage nous touche par ses thèmes et peut se targuer d’avoir une mise en

Lire la suite »
Enzo Durand

[CQL’EN BREF] Film annonce du film qui n’existera jamais : “Drôles de Guerres”(Jean-Luc Godard)

Plus d’un an après son triste décès, Godard est toujours dans l’actualité cinématographique. Ce mois-ci, nous pouvons découvrir en salles Film annonce du film qui n’existera jamais : “Drôles de Guerres”, ainsi que deux autres œuvres au Festival de Cannes. La première s’intitule Scénarios, dont la dernière séquence fut tournée la veille de sa mort, tandis que la seconde est un accompagnement, presque un guide, de ce même court-métrage. Ce « Film annonce … » est un enchainement de plans fixes qui représentent à la fois des citations, des images et des notes sur la préparation du fameux « Drôles de Guerres ». Le tout est parfois entrecoupé d’extraits sonores de Notre Musique, film que le cinéaste à réalisé en mai 2004, et qui ressort spécialement pour ses 20 ans ce mois-ci. Alors comment appréhender cette œuvre posthume, qui est au croisement entre film et document expérimental ? Voyons (et écoutons) le comme une œuvre somme,

Lire la suite »
Vincent Pelisse

[CQL’EN BREF] Comme un lundi (Ryo Takebayashi)

Passer après de nombreux films de boucle temporelle, et notamment les rafraîchissantes itérations en plan séquence de Junta Yamaguchi ces dernières années (Beyond the Infinite Two Minutes, En Boucle), n’est pas chose aisée. C’est pourtant le défi du premier long-métrage de Ryo Takebayashi, qui ne nous emmène pas dans une boucle d’une journée, quelques heures ou quelques minutes, mais d’une semaine entière, dans le petit open space d’une agence de publicité. On suit alors le parcours de Yoshikawa, une jeune femme ambitieuse, qui se réveille lundi matin avachie sur son bureau (il est bien vu au Japon qu’un employé dorme sur son lieu de travail), et qui passera une semaine intense à jongler entre les tâches difficiles et les deadlines imposées, tout en postulant pour une plus grosse entreprise concurrente. Elle ressent un étrange sentiment de déjà-vu, mais la jeune employée semble tellement exténuée qu’elle n’y prête pas attention tout

Lire la suite »
Enzo Durand

[CQL’EN BREF] Bushman (David Schickele)

Gabriel, jeune homme afro-américain, marche le long d’une route. Il est le « Bushman » du titre, l’homme des brousses, ayant fuit la guerre civile au Nigéria pour le soleil californien. Il marche, encore et encore, d’une situation à l’autre, sans que l’on ne sache jamais si celle-ci est scénarisée, improvisée, documentaire ou fictionnelle. Son voyage à travers les paysages états-uniens, souvent abandonnés, déserts ou détruits, révèlent le climat ambiant du pays. Les violences raciales de la fin des années 1960 embrassent les décors tandis que les assassinats politiques, notamment celui de Martin Luther King, renforcent le contexte anxiogène de la traversée du protagoniste. Une tension qui s’accentue jusqu’à la grande séquence du film : un moment où le rôle de Gabriel, et son interprète, Paul Eyam Nzie Okpokam, fusionnent le temps de quelques minutes. Le réalisateur, David Schickele, brise le quatrième mur et parle face caméra pour dénoncer le traitement injuste dont

Lire la suite »