Après s’être disputé avec un partenaire commercial à Los Angeles et s’être fait tabasser dans la rue, la star du porno Mikey Saber (Simon Rex) revient dans sa ville natale du Texas dans l’espoir de prendre un nouveau départ. Lorsqu’il se présente sans prévenir chez sa femme Lexi (Bree Elrod) et sa mère Lil (Brenda Deiss), il est repoussé mais finit par négocier le fait de pouvoir dormir sur le canapé et promet de trouver rapidement un emploi. Parce qu’il a eu une carrière pornographique relativement réussie et qu’il est quelque peu reconnaissable, Mikey se voit refuser tous les emplois auxquels il postule, mais il trouve rapidement un travail de vendeur d’herbe pour Leondria (Judy Hill), la mère d’un de ses camarades de lycée. En gagnant suffisamment d’argent pour subvenir aux besoins de Lexi et Lil et en rentrant dans leurs bonnes grâces, Mikey semble avoir changé ses habitudes et vouloir sincèrement s’améliorer.

Tout change lorsqu’il rencontre Strawberry (Suzanna Son), une jeune fille de 18 ans qui travaille dans un magasin de donuts. Elle lui fait immédiatement de l’œil et, après que Mikey ait continué à fréquenter le magasin de donuts, une relation se noue entre eux malgré leur différence d’âge. Mikey se crée même une fausse identité pour cacher le fait qu’il est marié et presque fauché. Mikey reconnaît bientôt le potentiel de Strawberry à devenir une star du porno et profite de sa naïveté et de son désespoir pour quitter le Texas. Il élabore un plan pour retourner à Los Angeles avec elle et créer sa propre société de production pornographique. Mais tout ne se passe pas comme prévu et Mikey, l’insouciant, doit faire face à toutes les embrouilles qu’il a créées, dont une dont il pourrait bien ne pas pouvoir se sortir grâce à son charme. Le coscénariste et réalisateur Sean Baker a tourné Red Rocket à l’automne 2020. Bien qu’il ait été tourné en pleine pandémie, le film utilise de manière créative sa petite portée narrative et son casting pour raconter une histoire captivante. Comme pour son dernier long métrage, The Florida Project, Baker a tourné Red Rocket sur pellicule (16 mm cette fois), et l’aspect granuleux et doux confère à l’étendue désolée du Texas, au milieu de nulle part, une beauté invisible à ses images d’autoroutes ouvertes et de raffineries de pétrole. Il est facile d’imaginer qu’un tel film puisse être tourné en numérique, mais heureusement, l’engagement de Baker à tourner sur pellicule donne à Red Rocket un aspect et un toucher caractéristiques qui ajoutent de la texture et du caractère à ses images.

Au fond, Red Rocket est l’histoire d’un narcissique charismatique qui s’attire et se retire de toutes sortes d’ennuis, provoquant finalement des tourbillons de chaos indicible en faisant tomber tous ceux qui l’entourent. D’une duplicité éhontée, mais étrangement attachant et même convaincant, Mikey est un personnage tout à fait intriguant et la performance envoûtante de Simon Rex est le point fort du film. Armé d’un sourire diabolique et d’une bouche verbeuse, Mikey est si charmant, si contagieux et si doué pour son baratin qu’il n’est pas difficile de se laisser berner par son acte qui consiste à faire semblant de remettre sa vie en ordre, même si nous voyons clair dans son jeu. À l’arrière-plan de Red Rocket, on trouve des références constantes à l’élection de 2016, qu’il s’agisse de panneaux de signalisation de Trump ou d’aperçus des débats présidentiels à la télévision. Baker ne cherche pas à faire une grande déclaration politique, mais plutôt à mettre en lumière un archétype typiquement américain : l’escroc charismatique, que l’on retrouve dans des personnages tels que l’infortuné Mikey, les producteurs pornographiques exploiteurs et l’homme qui a réussi à entrer à la Maison Blanche. Même dans son drame à petite échelle autour d’une poignée de personnages, ce récit microscopique pose une image plus grande autour de lui, explorant astucieusement et tranquillement le rôle de cette figure archétypale et les effets désastreux de l’égocentrisme.

L’obsession de Mikey pour lui-même va encore plus loin, puisque le film est présenté de son point de vue. Nous entendons toujours la version de Mikey, par exemple lorsqu’il se vante constamment de ses succès professionnels, comme le fait d’avoir “gagné” trois prix pour des fellations, en affirmant que c’est lui, et non les actrices qui font le sale boulot, qui a fourni le véritable effort pendant ces scènes. Même si la caméra conserve son point de vue à la troisième personne, on a toujours l’impression de voir le monde à travers les yeux de Mikey. Par exemple, dans une scène, Strawberry joue du piano et chante pour Mikey, sauf que la caméra n’est pas centrée sur elle, mais directement sur lui. Même le sexe est filtré à travers les yeux de Mikey, les scènes de sexe avec lui et Lexi sont hilarantes, exagérées et ressemblent à des scènes d’un film porno. Ces moments sont ridicules et amusants, mais ils sont particulièrement révélateurs de Mikey et de la façon dont il considère le sexe comme un simple acte pour se réaliser. Parallèlement, Red Rocket n’hésite pas à sexualiser sans complexe Strawberry, une jeune fille mineure, dans plusieurs scènes. C’est une décision risquée pour le film de la placer sous le regard prédateur d’un homme, et cela suscitera sans aucun doute de nombreuses controverses et critiques lorsque le film sortira en salle. Cependant, il s’agit d’une décision créative très délibérée que Baker gère avec suffisamment de tact et il est important de noter que le film n’excuse pas Mikey, mais nous force à adopter son point de vue, sans réfléchir aux implications de ses actes irréfléchis.

Malheureusement, la petite envergure de Red Rocket est un peu trop limitée par son propre scénario. Avec une durée de 128 minutes, on a l’impression que l’histoire est un peu trop étirée et, surtout dans le troisième acte, qu’il y a trop de drame pour créer plus d’excitation. Avec un si petit nombre de personnages et une si petite portée, on a facilement l’impression que le film aurait été beaucoup plus réussi avec une durée plus courte. Bien qu’il ne semble jamais trop long et que le rythme se maintienne assez bien, il est un peu fatigant à la fin et, comme dans The Florida Project, sa scène finale s’oppose à la cohérence stylistique du reste du film et semble un peu trop abrupte et tonale. Malgré ces défauts, Red Rocket reste un film attachant sur la créativité de la quarantaine, avec un personnage principal charismatique et mémorable qui, à lui seul, vaut la peine d’être regardé.

Note : 3.5 sur 5.

Red Rocket en compétition à la 47e édition du festival du cinéma américain de Deauville et au cinéma le 02 février 2022.

0
0