[CRITIQUE] Club Zero & Élémentaire (Cannes 2023 – Jour 11)

Pour cette ultime journée au Festival de Cannes, on en profite pour rattraper un film de la compétition : Club Zero, de Jessica Hausner, et pour voir le film de clôture, Élémentaire, de Peter Sohn.

CLUB ZERO, Jessica Hausner

© Coproduction Office / Fred Ambroisine

La réalisatrice autrichienne Jessica Hausner avait présenté Little Joe en compétition en 2019, lequel avait glané le prix d’interprétation féminine pour Emily Beecham. Elle fait son retour cette année avec Club Zero, un long-métrage où l’on suit un groupe de lycéens qui vont radicalement changer leurs habitudes alimentaires sous l’influence de leur prof de nutrition. Son cours fait l’apologie de la réduction drastique des quantités de nourriture, jusqu’à ne plus manger du tout. Cette doctrine est prônée pour soi-disant purifier le corps des mauvaises toxines, renforcer le système immunitaire…bref se sentir mieux et moins polluer l’environnement.

On peut supposer que la cinéaste critique ce mode de pensée et ses dérives, mais le point de vue adopté dans la narration et la mise en scène peut laisser penser qu’elle ne le condamne pas, ce qui pose un problème au regard des personnes atteintes de troubles du comportement alimentaire, puisque les seuls personnages qui contestent les actions des adolescents et de leur prof sont les parents (et encore, pas tous), mais ceux-ci sont également montrés comme des ignorants, incapables de comprendre la légitimité des motivations de leurs enfants. Au-delà de cet aspect problématique, Hausner se regarde beaucoup filmer, semblant très satisfaite de ses plans sortis d’un magazine d’architecture scandinave, et de ses cadres souvent décalés (parce que le film est bizarre…). Elle tente parfois des zooms avant et arrière quand plusieurs personnages discutent, mais ne maîtrise pas le sens de cet effet aussi bien qu’un Hong Sang-soo par exemple, ce qui rend sa démarche esthétique assez vaine, en plus de se croire subversive avec des scènes de vomi, et un discours faussement intelligent. Un des films les plus ineptes de la compétition.

Club Zero de Jessica Hausner, 1h50, avec Mia Wasikowska, Sidse Babett Knudsen, Elsa Zylberstein – Prochainement.

ÉLÉMENTAIRE, Peter Sohn

© 2023 Disney/Pixar. All Rights Reserved.

Nouvelle mouture des studios Disney / Pixar, Élémentaire est le second film de Peter Sohn, après Le Voyage d’Arlo en 2015. Un film qui va essentiellement raconter une histoire d’amour impossible entre deux êtres élémentaires opposés : l’eau et le feu. Dans sa conceptualisation visuelle et narrative, on retrouve beaucoup (trop ?) de similitudes avec Zootopie et Vice-versa, ce qui empêche au film d’avoir cet aspect totalement original que Pixar avait l’habitude de créer. Mais si le studio avait pour fâcheuse tendance à recycler le même genre de péripéties (principalement dans son second acte), ici il évite ce piège et se concentre davantage sur les personnages et leurs états d’âme. C’est un vrai point fort puisque ce couple devient vraiment crédible et attachant, allant jusqu’à émouvoir grâce à certains dialogues et jolies idées de mise en scène. Un Pixar mineur certes quand on le place aux côtés de ses nombreuses brillantes productions, mais un film tout à fait sympathique.

Elémentaire de Peter Sohn, 1h42, avec Adèle Exarchopoulos et Vincent Lacoste – Au cinéma le 21 juin 2023

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *