47E FESTIVAL DE DEAUVILLE (2021) CINEMA DU PRÉSENT EN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Compartiment n° 6 – Before Trainrise

Après avoir remporté le premier prix de la section Un Certain Regard au Festival de Cannes 2016 pour son film Olli Mäki, Juho Kuosmanen remporte le Grand Prix 2021...
Lire la suite..
47E FESTIVAL DE DEAUVILLE (2021)

[CRITIQUE] La Fracture – Mise à jour système

La Fracture de Catherine Corsini commence par une série de SMS envoyés tard dans la nuit. Le mariage de Raf (Valeria Bruni Tedeschi) et de sa femme Julie (Marina...
Lire la suite..
47E FESTIVAL DE DEAUVILLE (2021) CINEMA DU PRÉSENT EN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Pleasure – Sea, Sex and Shame

Si Pleasure, le premier film de Ninja Thyberg, qui n’a rien de sexy, est centré sur l’industrie du porno, c’est aussi l’un des films les plus francs et les...
Lire la suite..
47E FESTIVAL DE DEAUVILLE (2021) CINEMA DU PRÉSENT EN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Julie (en 12 chapitres) – Une étoile est née

Le genre de film qui vous rappelle à quel point le cinéma peut être séduisant, Julie (en 12 chapitres) de Joachim Trier est un triomphe. Si l’auteur norvégien s’est...
Lire la suite..
47E FESTIVAL DE DEAUVILLE (2021)

[CRITIQUE] Flag Day – Le jour de la vanité

Flag Day de Sean Penn n’est guère plus qu’un montage de près de deux heures de visages éplorés s’interpellant de manière mélodramatique. Le film frôlerait la caricature s’il n’était...
Lire la suite..