Étiquette : Thriller

ANALYSE

[ANALYSE] Lucy – Rebranchez votre cerveau

Lucy est l’un des blockbusters les plus intrigants et psychédéliques du 21e siècle. S’inscrivant dans la lignée de Limitless, le film de Bradley Cooper sur un homme qui découvre par hasard une pilule lui permettant d’utiliser 100 % de ses capacités cérébrales, Lucy explore le fantasme hypothétique d’un individu doté de superpouvoirs intellectuels inexploités. Réalisé par Luc Besson, le film mêle les codes du genre gangster/shoot-’em-up à la sémiotique de la science-fiction pour obtenir un effet unique : visualiser le

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Face à l’inhumain – Quand les zombies attaquent Le Bus magique

Face à l’inhumain est le dernier film d’horreur à petit budget du prolifique Jason Blum et Blumhouse, et à première vue, il n’a rien de particulièrement innovant. Après tout, il n’y a pas grand-chose à faire avec les films de zombies lorsque ce sous-genre existe depuis des années et que presque tout a été déjà été expérimenté. Sous la houlette du duo de réalisateurs Patrick Melton et Marcus Dunstan – responsables d’un grand nombre de suites de Saw – ce

LIRE LA SUITE »
48ᵉ FESTIVAL DE DEAUVILLE (2022)

[CRITIQUE] Alice – Aux pays des panthers

Il convient d’appréhender la première œuvre cinématographique de la scénariste et réalisatrice Krystin Ver Linden, Alice, avec une certaine délicatesse, car le degré de satisfaction qu’elle procure dépend intrinsèquement de la réaction du spectateur face au dénouement survenant après 39 minutes de projection. Ver Linden amorce ce drame, s’inspirant d’événements réels, en présentant le personnage éponyme, incarné par Keke Palmer, qui s’unit à Joseph (interprété par Gaius Charles) dans un environnement de servitude, au sein d’une plantation de Géorgie, peu

LIRE LA SUITE »
48ᵉ FESTIVAL DE DEAUVILLE (2022)

[CRITIQUE] Watcher – Arts et fenêtre bien Courbet

Le récit de Watcher s’amorce avec l’arrivée à Bucarest, en Roumanie, de Julia (incarnée par Maika Monroe) et de son compagnon, Francis (interprété par Karl Glusman). Attiré par une opportunité professionnelle dans la capitale roumaine et ayant des attaches familiales dans le pays, Francis convainc Julia de s’y installer. Si Francis maîtrise le roumain, Julia, elle, ne possède que quelques rudiments de la langue, s’efforçant d’en apprendre davantage par le biais de leçons audio, souhaitant ainsi moins dépendre de Francis

LIRE LA SUITE »
48ᵉ FESTIVAL DE DEAUVILLE (2022)

[CRITIQUE] Dual – Un double pour ne faire qu’un

Après le triomphe critique indéniable de L’Art de l’autodéfense en 2019, toutes les attentions se sont tournées vers Riley Stearns pour découvrir quel sujet il explorerait ensuite, après avoir si adroitement disséqué la masculinité toxique dans son précédent long-métrage. Ce qui distingue particulièrement un film de Riley Stearns, c’est que même si le canevas narratif semble familier, l’issue demeure insaisissable, car son style satirique unique transforme ses idées de départ en récits singuliers, offrant à chaque fois une expérience cinématographique

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] Suspiria – Goblin pour tous

Après avoir triomphé avec son thriller giallo Les Frissons de l’angoisse, Dario Argento a une nouvelle fois marqué les esprits avec Suspiria, un film d’horreur fantasmagorique devenu culte. L’histoire inventive et délirante d’une cohorte de sorcières dirigeant une école de danse a ensorcelé l’imaginaire du public contemporain et a conquis, rétrospectivement, les critiques, malgré un accueil initial mitigé. Outre ses images surréalistes souvent acclamées et sa palette de couleurs éblouissantes, la partition et les choix musicaux du long-métrage se distinguent

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Le Samaritain – Le monde loufoque (ou pas) de Julius Avery !

Le Samaritain et le Némésis étaient des frères jumeaux surpuissants qui ont pris des chemins radicalement différents après la mort de leurs parents. Le Samaritain a servi et protégé les habitants de Granite City. Poussé par la fureur et la vengeance, Némésis se battait contre la loi et l’ordre. Les deux sont devenus des ennemis jurés, ce qui a culminé dans une bataille épique qui s’est terminée par la mort des deux frères. La perte de leur super-héros plane maintenant

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Beast – La vengeance du Roi Lion

Il semble acquis qu’au moins 80 % des critiques de Beast mentionneront le fait qu’un personnage, au début du film, se promène avec un T-shirt Jurassic Park. Une confirmation implicite d’une influence clé sur le film. J’aime à penser qu’alors que des millions de personnes s’entassaient devant le remake du Roi Lion de Disney en 2019 et se disaient que tout cela leur semblait remarquablement familier, les scénaristes Ryan Engle et Jaime Primak Sullivan ont vu une opportunité. Si vous

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Day Shift – Caninefornication

De temps en temps, il arrive qu’un film soit si fou, si absurde qu’il est impossible de ne pas sourire en le regardant, et pour l’instant, Day Shift est ce film. Il n’y a absolument rien dans ce film qui puisse être retenu par le spectateur dans une semaine, mais il n’y a pas non plus grand-chose à redire lorsque l’on regarde le chasseur de vampires Bud Jablonski (Jamie Foxx) découper les morts-vivants à la nuit tombée. Le ton est

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Là Où Chantent Les écrevisses – Des généralités à foison dans ce petit marrais imperturbable

La très compétente Daisy Edgar-Jones joue le rôle de Catherine “Kya” Clark dans l’adaptation cinématographique de Là où chantent les écrevisses. Kya vit seule dans les marais de la ville fictive de Barkley Cove, en Caroline du Nord. Le film tisse deux lignes temporelles tout en restant centré sur Kya. Nous sommes en 1969 et Kya est jugée pour le meurtre du héros de sa ville natale, Chase Andrews (Harris Dickinson). Il s’agissait du beau quarterback du lycée, très apprécié,

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif