Étiquette : Policier

48ᵉ FESTIVAL DE DEAUVILLE (2022)

[CRITIQUE] Emily the Criminal – Thriller à crédit

Plongée dans l’abîme des dettes, émaillée d’un passé judiciaire pour agression, Emily (Aubrey Plaza) se débat pour dénicher un emploi lucrative à Los Angeles. Sa bouée financière s’amarre finalement à un groupe d’escrocs en cartes de crédit, mené par Youcef (Theo Rossi), un énigmatique avec qui elle tisse des liens émotionnels. Bien qu’il poursuive ses propres desseins, c’est Emily qui affronte l’essentiel des périls lorsque les enjeux s’élèvent et les coups deviennent plus audacieux. Tel est le récit concocté par

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Balle Perdue 2 – Rapide et furieux

La sortie de Balle Perdue le 26 juin 2020 a bouleversé les attentes de Netflix et les spectateurs, surpris par le succès critique et international du long-métrage. C’est étonnant car il s’agissait non seulement d’un projet plutôt ambitieux pour ce jeune cinéaste qu’est Guillaume Pierret – qui signait son premier film – mais c’était aussi un pur film d’action français. Un thriller policier mince, plein d’action, qui remplissait toutes les cases de ce que l’on attend de ce genre de

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Enola Holmes 2 – Holmes sweet home

Au début du film Enola Holmes 2 produit par Netflix, la suite de l’adaptation de Nancy Springer sortie en 2020, notre héroïne éponyme doit ramener son grand frère Sherlock à la maison. Le plus grand détective du monde ? Plutôt le plus grand ivrogne, et il ne faut pas être un fin limier pour comprendre. Même si le travail d’équipe – entre frères et sœurs ou autrement – est un thème récurrent, n’ayez crainte : L’Enola de Millie Bobby Brown

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[CRITIQUE] Batman : The Long Halloween, partie 2 – Double face à la psyché

Inspiré de l’histoire emblématique du milieu des années 1990 de Jeph Loeb et Tim Sale, Batman : The Long Halloween, partie 2 reprend alors que le Holiday est toujours en liberté et que Bruce Wayne est sous le charme de la venimeuse Poison Ivy, Batman est introuvable. Libéré par un allié improbable, Bruce découvre rapidement le vrai coupable : Carmine Falcone, l’employeur de Poison Ivy. Le romain, dont les rangs ont été décimés par Holiday et dont les affaires sont

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] BAC NORD – De l’Assaut à la Fourrière pour Chiens

Après ses trois premiers films, on sentait que le réalisateur et scénariste Cédric Jiménez allait tôt ou tard libérer entièrement son potentiel pour rénover le cinéma français et plus spécifiquement le thriller. Sa direction d’acteurs, son partenariat comme dans ses précédents films avec Audrey Diwan et son désir de faire sortir ses acteurs de leur zone de confort éclatent littéralement sous nos yeux dans son quatrième film Bac Nord. On sent dans chaque plan de son film une réelle intention

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] L’Innocent – Braquage à la Française

4ème long-métrage pour Louis Garrel en tant que réalisateur, notamment après L’Homme Fidèle et La Croisade. L’Innocent raconte l’histoire d’Abel, pris d’angoisse après le mariage de sa mère avec un homme en prison. Avec sa meilleure amie Clémence, il va tout faire pour la protéger. Un film nettement plus ambitieux que ses précédents, sans oublier la légèreté de ton et l’humour qu’on lui connaît.  Louis Garrel, toujours empreint d’un brillant sens du rythme pour les dialogues, est bien épaulé par

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Novembre – Octobre noir pour le cinéma

Second long-métrage de l’année à traiter des attentats de novembre 2015, Novembre est le film événement de cette rentrée cinématographique.  Il faut dire que la précédente œuvre de Cédric Jimenez, Bac Nord, a quelque peu défrayé la chronique. Cet excellent film d’action au sein des quartiers nord de Marseille possède un fond politique plus que trouble, allant même jusqu’à défendre des policiers condamnés par la justice et à stigmatiser les jeunes des quartiers marseillais en les représentant uniquement comme une

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Goodnight Mommy – Le masque tombe (à l’eau)

Il n’y a rien de mal à vouloir changer les choses dans les remakes, d’autant plus que la version originale de Goodnight Mommy contient un twist dévastateur qui ne devrait pas être intensifié et refait plan par plan. Le réalisateur Matt Sobel (aux côtés du scénariste Kyle Warren) a bricolé l’œuvre horrifiante des cinéastes Veronika Franz et Severin Fiala, le tout pour le pire, ce qui ne permet jamais à cette adaptation américaine d’atteindre les sommets psychologiquement perturbants ou l’ambiance

LIRE LA SUITE »
PAR SAISONS

[CRITIQUE] Better Call Saul (Saison 6) – S’all true

Cette critique est envisagée comme un entretien fictif ayant eu lieu entre Vince Gilligan et Peter Gould. Elle ne résulte que de l’imaginaire du rédacteur, ayant voulu condenser son analyse de la dernière saison en la replaçant dans un contexte d’écriture de fin de série. Spoilers garantis. Les lumières sont encore allumées dans la pièce, alors que Vince et Peter se rejoignent à table. Ils le savent, plus que dîner ensemble, il faut absolument se mettre d’accord sur le propos

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Le jour se lève – Social et politique

Considérés comme l’âge d’or du cinéma français, les années 1930 ont vu émerger de nombreux réalisateurs de talent tels que Jean Renoir, Jean Grémillon, Julien Duvivier ou encore Marcel Carné, qui nous intéresse aujourd’hui. Sorti en juin 1939 en France, Le Jour se lève signe la quatrième collaboration entre Carné et Prévert, à qui l’on devait un an auparavant les dialogues du sublime Quais des Brumes dont la réplique “T’as de beaux yeux tu sais” est aujourd’hui inscrite au rang de

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif