C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]VIVA by VIDEOFUTUR

[CRITIQUE] Batman : The Long Halloween, partie 2 – Double face à la psyché

Inspiré de l’histoire emblématique du milieu des années 1990 de Jeph Loeb et Tim Sale, Batman : The Long Halloween, partie 2 reprend alors que le Holiday est toujours en liberté et que Bruce Wayne est sous le charme de la venimeuse Poison Ivy, Batman est introuvable. Libéré par un allié improbable, Bruce découvre rapidement le vrai coupable : Carmine Falcone, l’employeur de Poison Ivy. Le romain, dont les rangs ont été décimés par Holiday et dont les affaires sont devenues incontrôlables, a été contraint de s’adjoindre des partenaires peu recommandables : la galerie des voleurs de Gotham City.

Pendant ce temps, Harvey Dent est confronté à un double combat : il tente de mettre fin à la guerre des gangs tout en gérant un amour fragile. Et, après une attaque qui laisse Harvey hideusement défiguré, le procureur libère la dualité de sa psyché qu’il s’est efforcé de refouler toute sa vie. Devenu Double-Face, Dent décide de faire justice lui-même et de juger ceux qui lui ont fait du tort, à lui, à sa famille et à tout Gotham. Au final, le Chevalier Noir doit rassembler les pièces tragiques qui ont convergé pour créer Double-Face, Holiday, Batman et Gotham City elle-même.

Le plus grand mystère de Batman se termine en beauté avec Batman : The Long Halloween, partie 2, la deuxième partie de l’adaptation très attendue de l’un des romans graphiques les plus révolutionnaires jamais réalisés. Après que la première partie ait fait forte impression, le réalisateur Chris Palmer, le scénariste Tim Sheridan et l’équipe d’animation poursuivent leurs efforts dans la deuxième partie de cette sombre histoire, avec beaucoup d’intrigues, d’introspection et une animation exceptionnelle, alors que l’affaire du Holiday se dénoue.

Alors que la première partie était consacrée à Batman, Jim Gordon et Harvey Dent essayant d’élucider l’identité de Holiday et de faire tomber le chef de la mafia Carmine « Le Romain » Falcone, Batman : The Long Halloween, partie 2 poursuit la même histoire, mais ajoute une nouvelle difficulté pour Batman, car d’autres méchants de Gotham City entrent en jeu alors que le contrôle de la ville passe lentement de la mafia aux mains de la galerie de voleurs. Pendant ce temps, Harvey doit faire face à des crises personnelles, à la fois dans son mariage et dans sa tête, alors que son tragique destin prend forme.

Batman : The Long Halloween est avant tout un roman policier. Bien que l’ajout de nombreux ennemis de Batman puisse atténuer un peu le mystère, il reste uniquement centré sur Holiday et sur la façon dont sa présence affecte tout le monde à Gotham. La tendance meurtrière d’Holiday oblige Carmine à faire des alliances qu’il n’aurait pas faites en temps normal et les conséquences personnelles que cela entraîne pour Batman et Harvey en particulier ont un impact profond sur leurs vies. Batman lutte toujours pour devenir un meilleur détective, digne de Gotham City, et la volonté de Harvey de faire tomber l’empire du crime Falcone l’amène à des extrémités désespérées. Le tout est très bien ficelé alors que le mystère s’intensifie et change fondamentalement Gotham City pour toujours à sa conclusion.

Le développement des personnages rend l’histoire encore plus forte, car on peut dire qu’elle est plus importante que le mystère central. Comme nous l’avons mentionné, Batman travaille sur ses capacités de déduction car il a appris à ses dépens que toutes les affaires ne peuvent pas être résolues par la force brute et en pendant les criminels pour la police, mais sa vie en tant que Bruce Wayne a également sa part de problèmes à cause de Poison Ivy et d’autres problèmes personnels. Une partie de l’arc de Bruce/Batman dans le film concerne l’héritage laissé par ses parents et le respect de leur vision de Gotham. En fait, l’héritage est un thème assez important dans la deuxième partie du film, car Batman s’efforce non seulement de préserver l’héritage Wayne, mais aussi d’effacer l’héritage Falcone, tandis que Carmine cherche à le renforcer et que Harvey lutte contre les démons de son passé. Adrien Antoine transmet très bien le poids de la mission de Bruce et montre un côté plus humain de Batman alors qu’il fait face à ces luttes tout en restant déterminé et intimidant comme le Chevalier Noir.

Catwoman a également des enjeux personnels dans l’issue de l’histoire, car elle est beaucoup plus impliquée dans cette partie que dans la première. Elle se préoccupe également de son héritage et montre un côté émotionnel et vulnérable qui n’avait été qu’effleuré auparavant. Sa relation avec Batman est très proche de celle des comics. Gabriel Le Doze brille une fois de plus dans le rôle de Gordon, équilibrant le rôle de détective bourru avec celui d’ami, d’allié et de père de famille. Maurice Decoster approfondit le personnage de Harvey en jouant moins le rôle de l’homme droit et plus celui d’un futur criminel perturbé et vindicatif, surtout après l’accident qui lui est arrivé. Étant donné que ces deux films ont été construits jusqu’à cet événement, la performance de Decoster ne déçoit pas. Philippe Catoire montre encore plus la méchanceté de Carmine qui savoure le pouvoir qu’il détient sur Gotham et Marie Tirmont exploite davantage la tragédie de Gilda Dent qui devient de plus en plus secondaire dans la vie de Harvey. Les nouveaux venus dans la deuxième partie sont Dominique Vallée dans le rôle de Poison Ivy, Vincent Violette dans celui de l’épouvantail et Jérôme Pauwels dans celui du Chapelier fou. Chacun d’entre eux s’acquitte bien de son rôle, en particulier Violette, qui donne à l’épouvantail une personnalité effrayante.

L’animation est fluide et élégante, avec beaucoup de détails dans les mouvements pendant les séquences de combat. Les personnages sont dynamiques et la chorégraphie peut être assez complexe pendant certaines séquences, comme lorsque Catwoman esquive les attaques de Poison Ivy. Une séquence en particulier est frappante par ses couleurs cauchemardesques, alors que le gaz hallucinogène de l’épouvantail reçoit l’un des meilleurs traitements animés qu’il ait jamais reçu. Pour ce qui est des moments d’émotion, le film est vraiment parfait : les expressions des personnages sont détaillées et émouvantes, et correspondent parfaitement aux performances vocales des acteurs. Avec les dessins, les couleurs et l’accent mis sur les personnages, c’est certainement l’un des meilleurs films d’animation DC.

Batman : The Long Halloween, partie 2 est une très bonne suite et conclusion de cette adaptation. Le film ne recule pas devant la complexité de l’histoire et se concentre sur le mystère et l’évolution des personnages. Les acteurs sont tous excellents dans leurs performances et la manière dont ces personnages sont définis à la fois par Gotham City et par la famille Falcone offre un contexte intéressant à ce qu’ils sont et deviendront. La richesse des images rend le film très divertissant à regarder et même avec quelques changements dans l’histoire, la plupart des fans de Batman seront satisfaits de la façon dont le film adapte le livre de Jeph Loeb et Tim Sale.

Batman : The Long Halloween, partie 2 est une formidable aventure Batman qui, combinée à la première partie, en fait l’un des meilleurs films Batman jamais réalisés, films d’action compris.

Batman : The Long Halloween, partie 2, film d’animation de Chris Palmer avec Adrien Antoine, Françoise Cadol, Gabriel Le Doze

Batman : The Long Halloween, partie 2 disponible à l’achat et à la location sur viva.videofutur.fr

0
0
Written by
Louan N

Rédacteur chef.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

7
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] Suzhou River – Les yeux du réalisateur

L’année 2000 a été une année charnière pour le cinéma chinois. Des...

1
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] Les Mutants de la Saint-Sylvestre – Et bonne année grand-mère

Les Mutants de la Saint-Sylvestre, a été le dernier long métrage réalisé...

8.7
ANALYSEC'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]MADE IN ASIA

[ANALYSE] Perfect Blue – Conte horrifique sur l’obsession de la célébrité qui se déchaîne

L’ouverture de Perfect Blue, sorti en 1998, ressemble à d’innombrables autres animes...