Étiquette : Karim Leklou

FESTIVAL DE CANNES (2024)

[CRITIQUE] L’Amour Ouf – Avoir du Cœur

Il y avait tous les arguments pour être confiants, ou alors anxieux, quant au nouveau projet de Gilles Lellouche, après Narco et Le Grand Bain : L’Amour Ouf. Entre un budget de 35 millions d’euros, un casting XXXL regroupant les grandes pointures du cinéma français, et un style particulier mêlant des genres rarement explorés en France avec un tel budget, à savoir une comédie musicale romantique ultra-violente, tout sur le papier suscitait l’enthousiasme et l’envie de le découvrir. Cependant, on

LIRE LA SUITE »
FESTIVAL DE CANNES (2024)

[CRITIQUE] Le Roman de Jim – Escalade d’émotions

Quand on pense aux frères Larrieu (Arnaud et Jean-Marie Larrieu), on se remémore souvent Tralala, une comédie musicale marquée par une douleur auditive incessante. Quelle surprise donc de découvrir leur dernier film, Le Roman de Jim, un objet de cinéma touchant, sincère et particulièrement doux. Nous y suivons Aymeric (interprété par Karim Leklou), qui retrouve Florence (Laetitia Dosch), une ancienne collègue, par hasard lors d’une soirée à Saint-Claude dans le Haut-Jura. Elle est enceinte de six mois et célibataire. À

LIRE LA SUITE »
L'ÉTRANGE FESTIVAL 2023

[CRITIQUE] The End & Vincent doit Mourir (L’Etrange Festival 2023 – Jour 11)

Il y a toujours des journées plus faibles que d’autres, et pour cet avant-dernier article sur l’Etrange Festival, j’ai eu le plaisir de passer ma journée devant deux films pas dingues du tout. En préambule, quelques mots sur le nouveau film de Jonathan Glazer, The Zone of Interest, qui était diffusé aujourd’hui. Je l’avais découvert à Cannes, mais je ne l’ai pas revu durant l’Etrange Festival. Je dirais juste que 10 ans après son dernier long, le cinéaste fait un

LIRE LA SUITE »
FESTIVAL DE CANNES (2023)

[RECAP’] Vincent doit mourir, Les Herbes sèches & Indiana Jones et le Cadran de la Destinée (Cannes 2023 – Jour 3)

Bienvenue dans le récapitulatif de cette troisième journée à Cannes, où l’on va débriefer de trois films : Indiana Jones et le Cadran de la Destinée, de James Mangold (Hors Compétition), Vincent doit mourir, de Stéphan Castang (Semaine de la Critique), et Les Herbes Sèches, de Nuri Bilge Ceylan (en Compétition). Indiana Jones et le Cadran de la destinée, James Mangold 15 ans après le (trop injustement) décrié 4ème opus, Indiana Jones reprend du service pour son baroud d’honneur, cette

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] C’est mon homme – Premiers amours

Un premier film, c’est toujours captivant. Pour réaliser un long-métrage, l’écrire, le financer et le tourner, c’est un parcours du combattant. Alors quand on regarde une première œuvre c’est forcément intéressant, car on assiste au résultat d’années de travail et d’obsessions. C’est mon homme est donc un premier film, celui de Guillaume Bureau, qui après plusieurs courts métrages se lance dans la réalisation de son long. L’histoire est simple, mais terriblement efficace : un soldat de la première guerre mondiale, Julien

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] En plein feu & Goutte d’or – Les flammes de l’ardeur

En plein feu, Quentin Reynaud Dans deux heures, nous serons de retour. Difficile pour Joseph (André Dussollier) de prendre au sérieux les consignes d’évacuation imposées par la police. Même si le feu reste invisible, il doit partir avec son fils Simon (Alex Lutz), venu l’aider à quitter sa maison dans un village des Landes. Sur la route, les deux hommes, poliment agacés l’un par l’autre, se retrouvent pris dans des embouteillages géants, qui se rapprochent peu à peu du brasier.

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] BAC NORD – De l’Assaut à la Fourrière pour Chiens

Après ses trois premiers films, on sentait que le réalisateur et scénariste Cédric Jiménez allait tôt ou tard libérer entièrement son potentiel pour rénover le cinéma français et plus spécifiquement le thriller. Sa direction d’acteurs, son partenariat comme dans ses précédents films avec Audrey Diwan et son désir de faire sortir ses acteurs de leur zone de confort éclatent littéralement sous nos yeux dans son quatrième film Bac Nord. On sent dans chaque plan de son film une réelle intention

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Un Monde – Violence scolaire

Le premier long-métrage de Laura Wandel traite d’un sujet des plus scabreux au cinéma, le harcèlement scolaire. Alors que Nora s’apprête à entrer en primaire, elle est témoin des railleries dont fait l’objet son frère, hésitant à en faire part à son père sous peine que son frère lui en veuille. Caméra à l’épaule, la réalisatrice belge propose une expérience sous tension permanente, à la fois exigeante dans la forme et éprouvante sur le propos. La mise en scène se

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Un Prophète – Système carcéral

Malik El Djebena (Tahar Rahim) jette un dernier regard sur la ville ensoleillée, il s’apprête à rentrer en prison. Pas d’idée pour son futur, personne ne l’attend, seul, il n’a rien. La tête baissée, quelques regards hésitants, Malik a 19 ans quand commence sa captivité. D’abord esseulé, il va progressivement trouver se place dans son nouvel environnement et se trouver lui-même. C’est tout le projet du film de Jacques Audiard, dépeindre l’éveil d’un personnage pendant sa captivité. Se déroulant en

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] La Troisième Guerre – Au cœur de la psychose

Premier long-métrage de Giovanni Aloi, La Troisième Guerre est une plongée dans l’inconscient de ces soldats de l’opération Sentinelle errant dans les villes françaises, arpentant les rues, dans l’attente de la moindre action. Giovanni Aloi et Dominique Baumard conte ici l’histoire de Léo Cordvard (Anthony Bajon) jeune soldat venant de terminer ses classes et étant impatient d’entrer dans l’action. Pour sa première affectation il va faire partie de l’opération Sentinelle, cette opération lancée en 2015 après la vague d’attentats ayant

LIRE LA SUITE »