[CRITIQUE] Le Visiteur du futur – Nouvel Espoir

Les artistes ayant débuté sur internet commencent à s’installer durablement dans le paysage culturel français. Peu importe la qualité des films de cette génération de jeunes vidéastes, il est indéniable qu’ils proposent des choses nouvelles au cinéma Français. Et voila qu’aujourd’hui, après avoir créé et développé un concept, on confie à François Descraques l’opportunité d’adapter son univers du Visiteur du futur sur grand écran. Un pari osé, car il faudra réussir à réunir les générations qui ont grandi avec le web et les néophytes ! Pour les non-initiés , l’idée est simple : des individus venus du futur visitent notre époque afin d’empêcher des cataclysmes.

Le film s’ouvre sur un sketch ô combien maîtrisé rappelant les meilleurs épisodes de la web série. S’en suit l’histoire d’Alice, une jeune femme qui vie une relation conflictuelle avec son père. En effet, élu au sein d’une ville, ce dernier désire installer une centrale nucléaire. C’est alors qu’intervient le visiteur du futur – il veut à tous prix saboter l’installation de cette centrale. Pourquoi ? Car elle sera à l’origine d’une catastrophe écologique majeure. C’est toutefois sans compter sur la brigade temporelle. Stopper les agissements des visiteurs du futur afin de préserver le cours du temps est leur mission. Un schéma classique de la science-fiction, certes, mais d’une efficacité qui suffit à faire oublier certains défauts scénaristiques.

On ne va pas se mentir, Le Visiteur du futur est un film grand public, accessible même pour les néophytes, et ce malgré quelques incohérences. En effet, François Descraques a su maitriser la retranscription de son univers sur grand écran. Les décors sont particulièrement impressionnants, les effets spéciaux convaincants… De plus, l’intrigue dévoile assez d’éléments pour être compréhensible tout en gardant sa part de mystère pour nous captiver. Les enjeux sont forts, renforcés par l’opposition entre les différentes temporalités du récit et par des personnages crédibles, bien que classiques.

Ce n’est certainement pas un sans faute pour autant. Le long-métrage a des problèmes de rythme. La première partie du film n’est qu’une exposition pur et simple des enjeux de l’univers. Mis à part la scène d’introduction, il faudra se contenter de dialogues clichés et des vannes qui ne font pas mouches lors du premier acte. L’actrice principale, Enya Baroux, n’aide pas non plus à dynamiser le tout. Elle peine à convaincre, et ce notamment à cause d’un texte qui nous donne un lourd sentiment de déjà-vu. Ces points négatifs sont toutefois compensés par la performance d’Arnaud Ducret, à fond durant tout le film. On s’amuse en le regardant profiter de l’univers et de son personnage. On sent qu’il s’éclate avec la réelle volonté de pousser son personnage dans ses retranchements.

C’est en seconde partie que le film commence doucement son envolé – notamment avec le retour du visiteur et la présentation de son équipe. Florian Dorin, Raphaël Descraques et Slimane-Baptiste Bernouh sont à la fois attachants et crédibles. Ils dynamisent fortement le récit tout en gardant la continuité de leurs personnages déjà développés dans la web-série. La découverte de leur futur est d’ailleurs plaisante et renforce les enjeux du récit. Voir les personnages évolués dedans s’avère très galvanisant et les nombreux caméos font mouche avec des vannes drôles et touchantes. Et si cette seconde partie reste encore une fois convenue, elle n’en est pas moins efficace et rafraichissante !

Là ou le film excelle le plus c’est dans sa dernière partie et son acte final – avec des séquences de combat maîtrisées, une réalisation explosive, des idées de mises en scène intéressantes. Le Visiteur du futur brille dans son dernier tiers. Il remplit à la fois son cahier des charges du film grand spectacle mais le dépasse par sa réalisation et sa confection, que ce soit le récit qu’il vient dynamiter, son image et ou sa mise en scène qu’il rend explosive. François Descraques prouve qu’il maîtrise son sujet et tente de réinventer une forme de grand spectacle « à la Française ».

Le Visiteur du futur réussi haut la main son pari. Celui d’adapter sur grand écran une web-série tout en étant indépendant et en restant cohérent à cette dernière. Un tour de force qu’il faut saluer d’autant que du haut de son petit budget (4.5 Millions d’euros) François Descraques livre un film qui a tout d’un gros blockbuster. Nous prouvant que le cinéma de genre est à la portée des réalisateurs français. On en ressort avec un espoir, celui de revoir cet univers sur nos écrans de cinéma, ainsi que la volonté de voir quel sera l’héritage de ce film auprès des cinéastes français. Pour ma part, j’ai ma petite idée : « Voila ce qu’il va se passer…« 

Note : 3.5 sur 5.

Le Visiteur du futur au cinéma le 7 septembre 2022.

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.