Catégorie : AUJOURD’HUI, LE CINÉMA

AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Dune : Deuxième Partie – L’Épice contre-attaque

Un amont de sable arrondi par le vent. À sa courbe, des vagues opaques nées de l’agitation des grains. Des millions de tâches aveuglantes face à l’œil de la caméra, des étoiles qui naissent et meurent aussitôt. Un univers en pleine ébullition. Ce n’est qu’après cette vision prémonitoire que (la première partie de) Dune ouvrait le bal de la science-fiction, avec ses kilotonnes de vaisseaux, de costumes et d’effets spéciaux. Pour Denis Villeneuve, il était primordial de percevoir la matière

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Débâcle – Pic de glace dans le cœur

Débâcle (féminin) : (1) Rupture subite de la couche de glace (d’un cours d’eau) dont les morceaux sont emportés par le courant ; (2) Fuite soudaine (d’une armée), effondrement soudain. (Larousse) Adaptation du roman flamand éponyme de Lize Spit, et premier long-métrage de Veerle Baetens, actrice et chanteuse reconnue en Belgique, Débâcle met en scène Eva (Charlotte De Bruyne) en train d’élaborer un bloc de glace – élément central du récit. Ce dernier, qu’elle place dans le coffre de sa

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] La Mère de Tous Les Mensonges – Souvenirs en carton-pâte

Casablanca, juin 1981. De nombreux marocain·es descendent dans les rues de la capitale afin de protester contre la hausse soudaine du prix des produits de première nécessité. Appelée par la suite la “Révolte du pain”, la grève générale se transforme rapidement en une puissante émeute qui sera très violemment réprimée par l’armée nationale, faisant de nombreuses victimes dont la dépouille ne sera, pour la plupart, pas retrouvée. Dans la famille El Moudir, quiconque osera évoquer cet événement traumatisant de l’histoire

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Une Vie – Vaut mieux pas la gâcher

Il importe de soulever d’emblée un point crucial – car nombre d’esprits sensés pourraient légitimement estimer que cela ne saurait altérer notre jugement sur un film – Une Vie, de James Hawes, se révèle être une supercherie. Ceci, particulièrement au regard de la façon dont SND, distributeur du film en France, a choisi de le promouvoir. En effet, entre l’affiche finale et la bande-annonce, cette dernière surfant sur une mélodie d’Adèle qui détonne totalement avec le ton et le contexte

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Les Derniers Hommes – Question de point de vue

En Indochine – le pays, pas le groupe – l’armée japonaise attaque un groupe de la Légion Etrangère française. Cet assaut, qui a véritablement eu lieu le 9 mars 1945, force le groupe de soldats à devoir s’enfuir à travers la jungle. Bonne nouvelle : des renforts les attendent. Mauvaise nouvelle : ces derniers sont à plus de trois cents kilomètres, que nos bons soldats vont devoir accomplir à pied. Dès ce pitch, et le titre du film Les Derniers Hommes au

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Vivants – Oublier le Capital

Dans le domaine exaltant du journalisme d’investigation, se déploie un processus immersif exigeant, conjugué à une rigueur organisationnelle nécessaire pour livrer un reportage dûment orienté, et idéalement exhaustif. Pour l’audience, il y a quelque chose de captivant à absorber ces informations ; des émissions telles que 90′ Enquêtes, Capital, Enquête exclusive, Grands Reportages, entre autres, parviennent à séduire un large public et, selon les sujets abordés, à susciter des pics d’intérêt significatifs. Cependant, le principal écueil de cette forme de

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Sleep – Nuit de noces

“Quelqu’un réside à l’intérieur.” Ces mots, prononcés avec une précision menaçante, plongent le premier film de Jason Yu, Sleep, dans une atmosphère malicieuse et énigmatique ; car dans le monde des rêves, la notion même de “l’intérieur” demeure énigmatique. Pour le jeune couple formé de Soo-jin (Jung Yu-mi) et de Hyun-soo (Lee Sun-kyun), leur appartement douillet en périphérie de la Corée constitue leur refuge contre les pressions impitoyables de l’économie capitaliste. Une nuit, Hyun-soo, assis droit au pied du lit,

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Le Royaume des Abysses – Atroce beauté

Vous avez cru qu’un film d’animation prenant place dans un restaurant-sous-marin appartenant à un chef-clown magique, avec des morses et des loutres comme personnel, et des clients aquatiques accrochés à leurs téléphones, où une fillette humaine de 11 ans est le personnage principal, pouvait être considéré comme un film pour enfants ? Vous êtes bien crédule. Vous êtes un sot. Un parfait imbécile (c’est ironique, c’est la campagne marketing qui a merdé). Ce long-métrage est d’une noirceur telle – osant

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE ] Madame Web – À la lisière du nanar

Pour le cinéma de super-héros, c’est la dégringolade. Et l’on serait tenté de penser, si ses films Spider-Verse ne le compensaient un minimum, que Sony travaille vivement à son éradication en persistant dans son projet de franchise Spider-Man sans Spider-Man. En dépit du bon sens, et en parallèle de ses merveilles en animation, le studio enchaîne les Venom et Morbius, blockbusters boiteux, vidés de toute substance, et dont les relents ravivent le souvenir d’un temps pas si lointain : quand les

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Sans jamais nous connaître – Savoir où on est

L’univers spatio-temporel dans Sans jamais nous connaître d’Andrew Haigh se caractérise par une délibérée instabilité. L’œuvre prend racine au sein d’une nouvelle tour résidentielle, presque déserte, située au cœur de Londres. En ce lieu, Adam (interprété par Andrew Scott), un scénariste d’âge mûr, semble mener une existence en apparence solitaire. Cependant, le second lieu crucial de l’intrigue est la maison de son enfance, située dans le sud de Londres, qu’il visite périodiquement en train au cours du récit. Au premier

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif