Le film de Joe Wright La Femme à la fenêtre doit beaucoup à presque tous les films d’Alfred Hitchcock jamais réalisés, en particulier dans leur ton, leurs visuels et leur humeur. Encore une fois, vous ne pouvez pas blâmer Wright parce que le matériel source par A.J. Finn est une arnaque directe de ces films. L’un étant Fenêtre sur cour, et l’autre, dans une moindre mesure, Psychose. Il faut se demander si le film et les créateurs ont payé pour leurs réticences depuis que le film et ses créateurs ont enduré tant de controverses. À l’origine, La Femme à la fenêtre devait sortir en salle en octobre 2019 plutôt que sur Netflix. Au lieu de cela, le film a été retardé au mois de mai suivant pour des reshoot. Terry Gilroy a été embauché pour réécrire le script de Tracy Lett (deux écrivains accomplis avec des sensibilités très différentes). Que pourrait-il arriver d’autre ? Pour couronner le tout, Finn a été critiqué pour avoir raconté une grande quantité de mensonges sur sa carrière et même pour avoir eu un cancer. Il a même essayé d’utiliser son trouble bipolaire comme une excuse, qui est une insulte à quiconque en souffre. Pour un homme qui peut tisser une histoire aussi complexe dans la vraie vie, on pourrait penser qu’il aurait la capacité d’écrire un livre sans avoir à organiser un marathon Hitchcock sur TCM.

Le film met en vedette Amy Adams en tant que Dr. Anna Fox, qui est coincée dans sa maison. Dans le livre, le personnage guérissait de blessures (je suis surpris que Finn ne lui ait pas attribué le nom de famille, Jeffries). Dans le film, elle est agoraphobe, elle a peur de sortir. Maintenant, elle est séparée de son mari Ed (Anthony Mackie) et de sa fille Olivia (Mariah Bozeman) parce qu’elle est incapable de prendre soin de son enfant. Donc, pour passer le temps, elle espionne ses voisins (certains diraient que c’est mieux que n’importe quelle émission de télévision, ce qui est vrai). De sa fenêtre, elle espionne la famille Russell qui vient d’emménager dans un immeuble en face et qui « semble » être la parfaite famille américaine. Elle se lie d’amitié avec le garçon, Ethan (Fred Hechinger de La Mission), et sa mère, Jane (Julianne Moore). Après un agréable verre de vin et une bonne conversation, Jane part pour la nuit. Ce n’est pas la dernière fois qu’elle la reverra, cependant. Plus tard dans la nuit, Anna entend un cri. Elle voit Jane, la femme à la fenêtre, qui pleure, saigne et tient son estomac. Anna appelle les flics (Bryan Tyree Henry et Jeanine Serralles), qui lui posent un problème. Ils présentent M. Russell (Gary Oldman) et sa femme (jouée par Jennifer Jason Leigh), une femme qui ne ressemble en rien à celle avec qui elle a passé une soirée délicieuse.

Le film fonctionne étonnamment pendant un certain temps, suivant la ligne d’un récit suspensif et a une pincée d’horreur. Le troisième acte est d’une violence choquante, et j’ai été surpris par une attaque impliquant un outil de jardinage. Pas autant par l’acte lui-même que par qui ils ont laissé cela arriver. Avec autant d’acteurs dans le film, n’importe qui pourrait être impliqué, y compris le protagoniste, il y a donc une véritable tension. Cependant, l’étiquette psychologique donnée à ce film convient à n’importe quel film de nos jours où le héros de l’histoire se retrouve dans un concours de pointage du doigt. Le scénario, comme le livre, n’est pas aussi intelligent qu’il le pense mais crée suffisamment de tension pour être efficace. La Femme à la fenêtre a des problèmes dans son troisième acte, pour la simple raison que le matériel source vole tellement de Fenêtre sur cour qu’il a dû changer la raison pour laquelle le bon docteur était coincé dans sa maison pour couvrir un point secondaire de l’intrigue. Pourtant, le travail d’Hitchcock a été réutilisé et régurgité de tant de façons que ce n’est rien de nouveau. Il n’y a donc pas de véritable surprise dans l’adaptation de Joe Wright.

Cependant, c’est un thriller pour le fan de cinéma occasionnel, pas pour le cinéphile. Cela fonctionne, mais pas aussi bien qu’il le devrait. Néanmoins, il a un casting étoilé, et la main ferme de Wright crée suffisamment de tension pour induire assez de mystère et de modernité, une légère recommandation qui (très subjectivement) m’a assez touché. 

La Femme à la fenêtre exclusivement disponible sur Netflix.

0
0