J’ai l’impression de poser cette question à chaque nouveau film Fast & Furious, mais qui aurait pu imaginer que le premier film, au budget modeste, mettant en scène un flic infiltré dans le milieu des courses de rue de Los Angeles, deviendrait non seulement une énorme franchise, mais aussi un poids lourd du box-office mondial ? Pourtant, vingt ans après le film Fast and Furious de 2001, nous voici avec le neuvième volet de cette série immensément populaire. Et si vous avez besoin d’une preuve supplémentaire de son statut de bien-aimé, le film a déjà récolté près de 300 millions de dollars lors de sa sortie internationale limitée. Des chiffres impressionnants, surtout en période de pandémie.

Fast & Furious 9 marque le retour du réalisateur Justin Lin, qui a également coécrit le scénario avec Daniel Casey. Il voit également le départ du scénariste Chris Morgan qui avait écrit tous les films depuis 2 Fast 2 Furious en 2003. Mais tous les acteurs centraux reviennent, emmenés par le cœur du film, Dominic Toretto de Vin Diesel. On retrouve également l’antagoniste cyberterroriste Cipher de Charlize Theron et John Cena qui rejoint la franchise pour la première fois. Fast & Furious 9 poursuit une tendance qui a débuté dans Fast & Furious 5, lorsque la série a subi un remaniement assez important. C’est à ce moment-là qu’elle a pleinement adopté le spectacle à outrance. Au lieu de fuir les flics et d’énerver les barons de la drogue, ils ont commencé à s’attaquer à des mercenaires malveillants et à des terroristes mégalomanes. Les plans d’annihilation mondiale ont été contrecarrés, non pas par des agents du gouvernement ou des super-espions, mais par des amateurs de vitesse aux voitures pimpées. Et chaque nouveau film visait à surpasser les précédents en proposant une action plus sauvage et plus folle. Fast & Furious 9 s’en tient à cette formule, ce qui signifie que les spectateurs savent exactement ce qu’ils vont obtenir. Fast & Furious 9 brille dans le domaine de l’action, mais se débat lorsqu’il s’agit de l’histoire. Je dis cela en étant parfaitement conscient que les gens ne vont pas voir les films Fast & Furious pour leurs récits immersifs et profonds. Pourtant, la plupart de ces films sont liés par une intrigue juste suffisante pour garder les choses intéressantes. Fast & Furious 9 tente de nouvelles choses, notamment en essayant d’étoffer l’histoire entre le Dom de Diesel et son petit frère Jakob (Cena), qui est également le principal antagoniste du film. Il y a une tonne de vieux poids familiaux et le film passe beaucoup trop de temps à les déballer à travers de fréquents et longs flashbacks qui sont plus envahissants qu’intrigants. Ces scènes vident le film de son énergie à plusieurs reprises.

Toutes les autres intrigues, peu détaillées, semblent n’être là que pour préparer le prochain moment d’action. Jakob est à la recherche d’un dispositif numérique apocalyptique appelé Aries qui met un frein à la retraite de Don avec Letty (Michelle Rodriguez) et son jeune fils. Les motivations de Jakob sont pour le moins confuses, mais il représente une menace suffisamment importante pour que Dom et ses cohortes habituelles fassent le plein et se lancent à sa poursuite. Cela donne lieu à un certain nombre de scènes d’action scandaleuses et surtout amusantes dans des endroits comme Montecito, Édimbourg et Tokyo, la plupart impliquant une forme de combat en véhicule. Lin sait parfaitement comment mettre en scène, tourner et monter ces séquences élaborées (enfin, pas comme James Wan) et c’est là que Fast & Furious 9 ne déçoit pas. L’action est époustouflante et on voit clairement où est passée la majeure partie du budget (+200 millions de dollars). Pourtant, il est difficile de se débarrasser des problèmes évidents liés à l’écriture. Pour être juste, des choses comme la logique, la réalité et même la physique ne s’appliquent tout simplement pas à ces films. Vous devez éteindre une partie de votre cerveau et laisser certaines questions et préoccupations évidentes dériver dans votre subconscient. Mais dans Fast & Furious 9, il est difficile de faire abstraction de certaines choses, notamment les flashbacks susmentionnés, fades et qui cassent l’élan. De plus, la série n’a jamais eu une menace aussi générique à affronter. Ce n’est pas la faute de Cena, qui commence aussi raide et sans émotion qu’un T-1000, mais qui se détend avec le temps. Il n’y a tout simplement pas d’histoire pour lui permettre de travailler. C’est un méchant à la recherche d’une chose qui pourrait essentiellement détruire le monde. La dynamique de la fratrie est censée ajouter une couche supplémentaire, mais elle ne le fait pas. Au lieu de cela, j’ai passé mon temps à me demander comment Jakob n’a jamais été évoqué dans une franchise si fortement axée sur la famille.

Les personnages principaux qui reviennent font tout ce que vous attendez d’eux. Dom parle avec ses grognements super-sérieux caractéristiques et a toujours son affinité pour les chemises musclées blanches. Letty broie du noir comme une mère surprotectrice, mais peut toujours se mesurer à n’importe quel gars. Roman (Tyrese Gibson) et Tej (Chris “Ludacris” Bridges) apportent la touche comique du film. Mia (Jordana Brewster) apporte une certaine douceur au film, tandis que la fougueuse Ramsey (Nathalie Emmanuel) est peut-être ma préférée de la bande. Nous avons également le retour de Han (Sung Kang), un vieux visage bienvenu qui ajoute un peu (pas beaucoup) de profondeur bien nécessaire. Les autres personnages ne s’en sortent pas aussi bien. Theron obtient un rôle ingrat et passe l’essentiel de ses quelques scènes dans une cellule en plastique de type Magneto. Le Mr. Personne de Kurt Russell apparaît dans quelques transmissions et un flashback puis disparaît (je ne sais toujours pas ce qu’il est devenu). C’est toujours un plaisir de voir Michael Rooker et Helen Mirren, mais ici ils ne font que des apparitions. Au lieu de cela, on perd du temps avec des caméos inutiles comme une scène de Cardi B qui n’est là que pour avoir Cardi B dans le film. 

Fast & Furious 9 est un film délicat à analyser. Dans un sens précis, il est exactement ce que les vrais fans de la série veulent. Il ne s’excuse pas de sa bêtise exagérée et ne prétend jamais être autre chose que ce qu’il est. Pour cette raison, les fans regarderont et repartiront probablement satisfaits. Mais ceux qui se lassent un tant soit peu de la formule de la franchise risquent de passer à côté pendant la longue durée du film. Je sais que je regardais ma montre et que j’avais envie d’un petit quelque chose à mâcher. Mais l’action reste le véritable point fort du film, elle lui donne du relief. De justesse, mais suffisamment pour que les 145 minutes du film en valent la peine. 

Fast & Furious 9 au cinéma le 14 juillet 2021.

0
0