Étiquette : Romance

47ᵉ FESTIVAL DE DEAUVILLE (2021)

[CRITIQUE] Julie (en 12 chapitres) – Une étoile est née

Julie (en 12 chapitres) de Joachim Trier, un film qui évoque avec éloquence le pouvoir séducteur du cinéma, s’impose comme un triomphe. Alors que le réalisateur norvégien avait déjà démontré son potentiel prometteur par le passé, notamment avec son premier long métrage, Reprise, en 2006, une œuvre brillante sur l’apprentissage punk, son dernier opus se révèle être d’une tout autre nature. Il s’agit d’une comédie romantique teintée de drame, d’une intelligence émotionnelle remarquable, dont les moments forts résonneront longtemps dans

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] La trilogie des Trois Couleurs – Final sublime

À l’apogée de sa carrière, Krzysztof Kieślowski se tenait à la croisée des chemins, sur le seuil d’une métamorphose existentielle, tandis qu’il façonnait l’illustre trilogie des Trois Couleurs. Décidant que ces œuvres seraient ses ultimes, il proclama cette résolution au monde en 1994, alors que la renommée couronnait son génie cinématographique. Délaissant les feux de la scène, il s’enferma dans son antre, préférant s’enivrer de fumée plutôt que de lumière projectée sur écran. Tristement, deux années plus tard, Kieślowski s’éteignit

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Les Amours d’Anaïs – Simple, facile

Une romance chaleureuse et sablonneuse qui rappelle des temps plus heureux, Les Amours d’Anaïs se délecte d’une simplicité peu commune pour un premier film. Anaïs Demoustier joue le rôle d’une jeune femme qui porte le même nom qu’elle, une femme dont Daniel (Denis Podalydès) est amoureux. C’est cependant Émilie (Valeria Bruni-Tedeschi), la femme de Daniel, qui enchante Anaïs, et qui amène le personnage, trentenaire et au bord de la rupture avec un ancien amant, sur les collines pittoresques des dîners

LIRE LA SUITE »
46ᵉ FESTIVAL DE DEAUVILLE (2020)

[CRITIQUE] Lorelei – Alerte Sirène

Dans le film Lorelei, œuvre inaugurale de la scénariste et réalisatrice Sabrina Doyle, se déploie l’histoire de travailleurs précaires dans les confins nord-ouest du Pacifique, où un ex-détenu croise le chemin d’une mère célibataire et de ses trois enfants. En surface, se dessine un drame familial atypique, où des individus cherchent à tracer leur voie tant individuellement que collectivement. Mais en son essence, ce long métrage exhorte à avancer, à se délester du poids du passé. L’ouverture du récit dépeint

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Réminiscence – Amour et souvenirs douloureusement inconfortables

Que vous souhaitiez revivre des moments tendres avec un être cher disparu ou que vous ayez besoin d’aide pour retrouver vos clés de voiture, Nick Bannister, interprété par Hugh Jackman, peut vous aider grâce à une entreprise (gérée avec son amie Emily, jouée par Thandiwe Newton) offrant l’expérience de revivre des souvenirs. Pour la scénariste et réalisatrice Lisa Joy, Réminiscence a beaucoup de points communs avec Westworld (la série populaire de HBO qu’elle a co-créée), qu’il s’agisse de se prendre

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Milla – L’adolescence dans ses plus (beaux ?) moments

Depuis la mort d’Ali McGraw dans Love Story, les films sur les jeunes femmes en phase terminale qui vivent une histoire d’amour transformatrice avant leur mort inévitable n’ont cessé de se multiplier. Le Temps d’un automne, Now is Good, Restless, This Is Not A Love Story, ils peuvent prendre des formes différentes, mais le résultat est toujours similaire : une fille malade rencontre un garçon, la fille donne au garçon une bonne leçon sur lui-même. Bien sûr, l’existence des femmes

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] In the Mood for Love (2001) – Un amour indicible

Alors que le magnifique In the Mood for Love ressort en salles dans sa version restaurée 4K, quoi de mieux que de le redécouvrir sur grand écran, véritable film-synthèse du cinéma du réalisateur hong-kongais. D’une tromperie vécue par deux locataires dans le Hong-Kong des années 60s, Wong Kar-wai perçait à jour tous les enjeux d’un engagement, ici du mariage, vécu à la fois comme une trahison et un enfermement psychologique. Puisqu’il n’est question que de cela dans le long-métrage, des

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Annette – Carax, l’opéra rock

Leos Carax est l’anarchiste sournois du cinéma français dont les sorties sont malheureusement rares. Il vient d’ouvrir la voie avec cette fantaisie folle et aboyante, une tragédie musicale presque entièrement chantée, créée avec Ron et Russell Mael de Sparks, un groupe que l’on croyait relégué aux clips YouTube, mais qui connaît aujourd’hui un nouvel essor grâce à ce film, ainsi qu’à un documentaire d’Edgar Wright sur eux intitulé The Sparks Brothers. Ron et Russell font leur première apparition ici dans

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] D’où l’on vient (In the Heights) – La culture est une fête

En 2016, Damien Chazelle et Justin Hurwitz ont apporté un peu de piment bien nécessaire à la comédie musicale avec La La Land. Le film a été un succès auprès des critiques et du public et a offert la preuve que la comédie musicale était encore bien vivante. Sans oublier Hamilton de Lin-Manuel Miranda, une comédie musicale de Broadway qui est passée du statut de lauréat d’un Tony Award à celui de phénomène culturel à part entière. Ces deux productions

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Ride or Die – Le road trip “Thelma & Louise” japonais qui divisera

À première vue, Ride or Die d’Hiroki Ryuichi, maintenant en streaming sur Netflix, ressemble à plusieurs choses différentes, dont presque aucune n’en est. Il a une prémisse classique de crime-thriller mais mène avec ce qui dans la plupart des films serait le crescendo du deuxième acte. C’est une romance, techniquement, mais c’est trop sombre et bizarre pour être considéré comme romantique. Il dure deux heures et demie mais ne cherche pas à remplir le temps avec beaucoup de quoi que

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif