[RETOUR SUR..] La trilogie des Trois Couleurs – Final sublime

Krzysztof Kieślowski était à un moment charnière de sa vie lorsqu’il a réalisé sa célèbre trilogie des Trois Couleurs. Il avait décidé que ce seraient ses derniers films et, à la fin de sa trilogie, il l’a annoncé au monde entier. C’était en 1994 et Kieślowski était à l’apogée de sa carrière. Pourtant, il s’est éloigné du cinéma avec l’intention de rester chez lui à fumer et de ne plus jamais aller au cinéma. Malheureusement, Kieślowski mourra deux ans plus tard à l’âge de 54 ans. Un véritable artiste guidé par ses propres règles créatives jusqu’à la fin.

La trilogie Trois Couleurs ne pouvait pas être un meilleur adieu, un témoignage de la passion d’un visionnaire pour la création de films qui s’enfoncent profondément dans les éléments humains qui nous relient. Kieślowski a dit un jour qu’il préférait « aborder des sujets et des situations qui lient les gens, et non ceux qui les divisent. » Bien qu’il ait souvent parlé des climats sociaux et politiques de son époque, ils étaient trop diviseurs et ils étaient rarement son centre d’intérêt. Il a déclaré plus tard : « les sentiments sont ce qui relie les gens entre eux. » C’est cette idée qui imprègne chaque image de ses films Trois Couleurs. Le nom de la trilogie est tiré des trois couleurs du drapeau français : bleu, blanc et rouge. Chacune des couleurs du drapeau représente un idéal particulier. Le bleu représente la liberté, le blanc l’égalité et le rouge la fraternité. Chaque film représente un de ces idéaux, mais à un niveau humain et jamais dans un cadre politique. La politique a tendance à diviser et cela n’intéressait pas Kieślowski. Il a cherché à examiner ces principes dans les limites des vies individuelles et de tout l’amour, la peine, la douleur et l’humour qui accompagnent la vie. Ce sont des sentiments et des émotions que nous connaissons tous et auxquels nous pouvons nous identifier. Les trois films, tout en étant capables de se suffire à eux-mêmes, se connectent de manière subtile et parfois surprenante.

Trois Couleurs – Bleu

Pendant une grande partie du film, il peut être difficile de trouver la liberté dans Bleu, le premier film de la trilogie. En fait, une grande partie du film semble explorer une forme d’asservissement, au chagrin, à la douleur, au passé. Mais je suppose que ce que l’on dit est vrai : la liberté est bien plus douce une fois que l’on a goûté à la servitude. Dans Bleu, le thème de la liberté est présent, mais bien plus comme un désir que comme une réalité. La trilogie entière a été écrite par Kieślowski et son collaborateur de confiance Krzysztof Piesiewicz. Leur premier film se concentre sur une femme nommée Julie (interprétée par la sublime Juliette Binoche) qui doit faire face à la mort de son célèbre mari compositeur et de sa jeune fille dans un accident de voiture. Accablée par le poids de son chagrin, Julie cherche à couper tout lien avec son passé. Elle met en vente la maison familiale, se déconnecte des gens qu’ils connaissaient et détruit même la dernière partition inachevée que son mari lui avait commandée. La seule chose qu’elle garde est le portable bleu étincelant de sa fille. Julie veut vivre comme quelqu’un qui n’a pas de passé. Elle loue un appartement dans un coin de Paris dans l’espoir de vivre dans l’anonymat. Mais chaque nouveau contact humain involontaire la rapproche inévitablement du passé qu’elle tente de fuir. C’est là que Julie doit décider si elle doit s’enfoncer davantage dans son trou d’isolement ou déterrer son chagrin et sa douleur dans l’espoir de se libérer de leur emprise sur elle. Kieślowski ne rend pas cette décision facile. Elle devient encore plus compliquée lorsque des secrets du passé de son mari font surface.

La photographie a été réalisée par Sławomir Idziak, qui a tourné la plupart des premières œuvres de Kieślowski. Comme vous pouvez le deviner, Idziak trouve de nombreuses façons d’incorporer la couleur bleue dans ses plans, mais ils ne sont jamais dénués de sens. Comme des artisans habiles, lui et Kieślowski utilisent les tons avec beaucoup d’effet pour accentuer les sentiments et souligner l’humeur. C’est à la fois beau et évocateur. Vous remarquerez également une pléthore d’autres techniques visuelles artisanales qui ajoutent constamment une nouvelle perspective. Kieślowski s’attache à examiner la nature humaine et aucun détail n’est trop petit ou sans signification. Bleu avance avec constance et assurance, des traits qui sont sans doute le reflet de son réalisateur. Il s’agit d’une méditation intime centrée sur la performance audacieuse et percutante de Binoche, qui parle peu mais raconte beaucoup à travers ses révélatrices expressions. En observant le déroulement des couches émotionnelles de Bleu, nous avons beaucoup de choses à assimiler. Et il ne faut pas longtemps pour que Kieślowski nous investisse dans son personnage principal et dans les thèmes fascinants qui font surface, notamment l’idée de liberté mentionnée plus haut.

Note : 4 sur 5.

Trois Couleurs – Blanc

Dans Blanc, il est encore plus difficile de reconnaître un lien significatif avec l’égalité, mais il est là pour être glané. Il suffit d’avoir un œil attentif pour la voir dans la relation centrale, dans l’analyse sociopolitique et en considérant l’histoire comme une vaste allégorie. Et comme pour la couleur bleue dans le film précédent, le blanc est utilisé de manière proéminente à plusieurs fins. Mais en même temps, Kieślowski semble utiliser la couleur blanche pour jouer avec son public. Ceux qui ont vu Bleu se souviendront de l’ambiance et du sentiment véhiculés par l’utilisation de cette couleur par le réalisateur. Après avoir éveillé notre curiosité avec ce film, on peut presque sentir Kieślowski ricaner lorsque nous essayons de faire de même dans Blanc, lorsque nous essayons de déchiffrer un sens qui n’est pas toujours présent. C’est une idée qui semble unique à ce volet de la trilogie, mais qui est également conforme à ce qui est essentiellement une comédie noire.

On pourrait dire que Blanc est une histoire d’amour, pas tellement à travers les yeux d’un romantique mais d’un réaliste. L’amour que Kieślowski examine n’est pas net, chaleureux et pétillant. Il est particulier, douloureux et désordonné. Ce désordre est évident dès les premiers instants du film, alors qu’un coiffeur polonais nommé Karol (Zbigniew Zamachowski) est humilié par sa femme Dominique (Julie Delpy) dans un tribunal de divorce à Paris. Elle témoigne qu’elle ne l’aime plus et veut divorcer à cause de son impuissance. Par une série de malchances, il perd sa maison, son argent et son passeport. Sans moyen de rentrer en Pologne, Karol se résout à faire la manche dans le métro parisien. Là, il rencontre et se lie d’amitié avec un autre Polonais, Mikołaj (Janusz Gajos), qui l’aide à rentrer à Varsovie par les moyens les moins orthodoxes. Une fois rentré chez lui, il reprend pied et se lance dans la vengeance et l’égalité qui, dans le film de Kieślowski, sont inséparables. D’abord, Karol se jette dans le système capitaliste naissant de la Pologne post-communiste, où l’on entend sans cesse « tout est à vendre ». Tout cela fait partie d’un plan élaboré pour se venger de Dominique, même s’il est évident qu’il l’aime toujours.

Zamachowski a reçu pour instruction de garder les films de Charlie Chaplin dans un coin de sa tête lorsqu’il jouait. L’intention de Kieślowski n’était pas d’imiter Chaplin mais de laisser son langage physique influencer la performance de Zamachowski. Cela fonctionne de deux façons, d’abord comme un dispositif comique sournois, mais aussi pour dépeindre Karol comme doux et timide. On le voit particulièrement dans la première moitié du film, où Karol est considéré comme malchanceux et sans but. Un peu comme la valise déglinguée de la scène d’ouverture, qui avance sur le tapis roulant d’un aéroport sans savoir où elle va. Les choses deviennent un peu loufoques dans le dernier acte de Blanc, mais de manière appropriée compte tenu de la bizarrerie de l’histoire. Bien qu’il s’agisse du film le plus léger de la trilogie, Blanc a clairement beaucoup à dire sur nombre de sujets liés à l’expérience humaine. Il n’est pas aussi méditatif que Bleu, mais il aborde autant de thèmes et explore de nombreuses facettes du sujet favori de Kieślowski : la nature humaine. Cela en fait un élément intéressant de l’expérience des Trois Couleurs.

Note : 3.5 sur 5.

Trois Couleurs – Rouge

Avec Rouge, le dernier film de la trilogie des Trois Couleurs, Kieślowski garde le meilleur pour la fin. Tout en reprenant certains éléments des deux films précédents, Rouge reste étonnamment unique, tant par son aspect que par son ton. Il a probablement la relation la plus évidente avec l’idéal qu’il représente (la fraternité), mais cela ne signifie pas qu’il est exempt d’exploration thématique et de nuance. C’est plutôt évident. Kieślowski regarde rarement ses sujets de manière littérale, ce qui signifie que nous avons beaucoup à méditer et à ruminer. Rouge présente une histoire assez simple, mais avec un sens du mystère et de l’émerveillement. Il y a aussi une quantité surprenante de chaleur que l’on ne voit pas dans les autres films. Bleu était froid dans sa façon de traiter l’isolement et la séparation. La froideur de Blanc prend la forme d’une relation brisée et du désir de vengeance d’un mari éconduit. Rouge a un peu de la même chose, mais il se dirige lentement et régulièrement vers la chaude lueur de la fraternité, non sans affronter les dilemmes de la vie que Kieślowski aime contempler.

Irène Jacob joue le rôle de Valentine, une étudiante universitaire et mannequin à Genève. Un soir, en rentrant chez elle, elle renverse un berger allemand avec sa voiture. L’adresse sur le collier la conduit à un ancien juge reclus nommé Joseph Kern (Jean-Louis Trintignant). Leur première rencontre ne se passe pas bien. Joseph, aigri et sans cœur, ne semble pas se soucier de son chien et encore moins de Valentine. Finalement, la solitude qu’ils partagent tous les deux fait naître un lien irrésistible entre eux. Rouge est un film qui traite de la fraternité, mais aussi de la mauvaise communication et des connexions manquées. Nous le voyons dans la relation centrale de Valentine et Joseph, mais le film le souligne aussi d’autres manières. Par exemple, un étudiant en droit nommé Auguste (Jean-Pierre Lorit) vit dans l’immeuble voisin de celui de Valentine. Les deux se croisent tous les jours, mais ne semblent jamais se remarquer l’un l’autre. Tous deux sont dans des relations qui ne sont pas parfaites, Valentine avec le dominant Michel, que nous n’entendons qu’au téléphone, et Auguste avec la coquette Karin (Frédérique Feder). Tous deux ont la possibilité d’avoir une relation potentiellement meilleure mais manquent constamment la connexion.

Kieślowski déballe de manière réfléchie ces personnes à travers leurs circonstances et croise leurs histoires de manière parfois inattendue. Ce faisant, il nous pousse à éprouver de l’empathie pour ses personnages et à approfondir leurs motivations et leurs sentiments. C’était une pratique courante chez Kieślowski, dont le véritable désir était de dépeindre non seulement ce que nous voyons avec nos yeux, mais aussi ce que nous ressentons. Cela est évident dans son utilisation efficace de la couleur de chaque titre. Dans le Bleu, c’était lunatique et sombre. Dans le Blanc, elle était souvent plus naturaliste et parfois idyllique. Mais dans Rouge, elle transmet un certain nombre de sentiments tout en provoquant nos sens de diverses manières. Rouge est une expérience fascinante et captivante jusqu’à sa fin particulière mais parfaitement adaptée. Il se rattache aux deux films précédents, mais continue en même temps à être étonnamment unique. Les trois films ont réussi à se situer dans le même univers mais sont étonnamment différents en termes d’histoire, de ton, d’esthétique et de signification. Rouge est une superbe façon de clore la trilogie et il est particulièrement émouvant dans la mesure où il s’agit du dernier film de Kieślowski. Avec Rouge, il nous laisse un point d’exclamation sur une carrière fabuleuse et nous rappelle fermement que son travail compte parmi les meilleurs de son art.

Note : 5 sur 5.

La trilogie des Trois Couleurs de retour au cinéma le 6 octobre 2021.

2
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.