Étiquette : Drame

AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] No Sudden Move – Soderberghaissance et Ocean’s 14

Dès que le logo Warner Bros des années 1950 est apparu à l’écran, j’ai su, à cet instant précis, que No Sudden Move allait être une énième bombe de Steven Soderbergh. Le réalisateur a connu une certaine résurgence après être sorti de sa retraite en 2017 pour réaliser Logan Lucky, en allant à l’encontre du système des studios et des méthodes traditionnelles de réalisation, en tournant deux films sur des iPhones et en réalisant des films exclusivement pour des services

LIRE LA SUITE »
47ᵉ FESTIVAL DE DEAUVILLE (2021)

[CRITIQUE] Stillwater – L’erreur de sujet

L’affaire Amanda Knox, un drame dans lequel une jeune Américaine est faussement accusée du meurtre de sa colocataire, et la manipulation de ses aveux par la police italienne pour les utiliser contre elle au tribunal, a été un événement dévastateur, parsemé de rebondissements, suffisamment dramatique pour remplir une mini-série télévisée, voire un long métrage. Bien que le nouveau film de Tom McCarthy, Stillwater, ne soit pas une reconstitution historique de l’affaire Knox, il s’inspire de ses éléments pour construire une

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Tout s’est bien passé – Farce suicidaire

L’humour noir est omniprésent dans ce Tout s’est bien passé étonnamment désinvolte sur l’euthanasie, adapté par François Ozon des mémoires d’Emmanuèle Bernheim (dont les livres Swimming Pool et Vendredi Soir ont fait l’objet d’adaptations convaincantes sur grand écran). Cela donne lieu à quelques moments brillants, mais les émotions sous-jacentes ne sont jamais à la hauteur de l’énormité du sujet, malgré le rôle central magnétique de Sophie Marceau dans le rôle d’Emmanuèle. André, le père d’Emmanuèle (joué par André Dussollier avec

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Serre Moi Fort – Amalric compositeur

Avec cette adaptation d’une pièce de théâtre de Claudine Galea datant de 2003, le multi-hypéniste français Mathieu Amalric apporte une solide contribution à sa carrière éclectique de réalisateur. Avec Vicky Krieps dans le rôle d’une mère qui a peut-être ou non abandonné sa famille, c’est une sorte de tragédie, qui est parfois presque trop sombre pour être supportée. Mais il y a aussi des moments où Serre Moi Fort réussit quelque chose de tout à fait remarquable, en brouillant la

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] La Nuit des Rois – Dans le mille et une nuit

Écrit et réalisé par Philippe Lacôte, La Nuit des Rois explore délibérément et efficacement la beauté et l’importance de la narration et de la performance, en brouillant souvent les frontières entre ce qui est réel et ce qui est mythique. Il n’est pas facile de mêler les deux, mais Lacôte y parvient avec un effet émouvant et poignant. La Nuit des Rois saisit la hiérarchie d’une prison dirigée par des détenus, la soif de pouvoir et l’histoire captivante qui rassemble

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Le Bal des folles – Le combat des femmes

Mélanie Laurent est certainement l’une des réalisatrices les plus polyvalentes et discrètes du cinéma actuel. Bien qu’elle soit indéniablement connue pour sa performance dans Inglourious Basterds de Quentin Tarantino, elle a également réalisé cinq films au cours de la dernière décennie, dont Respire et Galveston, et son sixième est sans doute le plus ambitieux. Adapté du roman Le Bal des folles de Victoria Mas (2019), Le Bal des folles se déroule dans le Paris de 1885, où une jeune femme,

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Summertime – Moments de vie(s)

Carlos Lopez Estrada ne joue pas dans la demi-mesure avec ce film, appuie son style en jouant de la tendance « woke », celle d’une jeunesse américaine souciée des problèmes communautaires de son époque, entre racisme anti-asiatique, grossophobie, homophobie, intolérance, et d’autres plus simples. L’histoire ? Celle de 25 jeunes à Los Angeles, s’entrecroisant pendant une journée ensoleillée, alors qu’ils sont tous plus où moins confrontés à des soucis quotidiens… Le réalisateur ne recherche pas tant l’émotion directe par le « spoken word », sorte

LIRE LA SUITE »
47ᵉ FESTIVAL DE DEAUVILLE (2021)

[CRITIQUE] Le monde de John – Un trou de temps

Le monde de John, le premier film de Pascual Sisto, s’inscrit parfaitement dans l’attente évoquée par son titre évocateur. Sous la plume de Nicolas Giácobone, co-scénariste de Birdman, le récit narre les péripéties d’un jeune garçon de douze ans, John (interprété par Charlie Shotwell), qui découvre un étrange trou dans le sol et y confine ses parents ainsi que sa sœur aînée pour une durée indéterminée. Dès le début, ses parents tentent de minimiser la situation en présentant ce trou

LIRE LA SUITE »
47ᵉ FESTIVAL DE DEAUVILLE (2021)

[CRITIQUE] Dune – “Ce n’est que le début”

Initialement prévu pour une sortie en 2020, reportée à maintes reprises en raison de la pandémie, Dune occupe depuis plus d’un an une place centrale dans les préoccupations cinématographiques, et ce, à juste titre. Depuis l’adaptation de David Lynch et la mini-série télévisée imparfaite de l’an 2000, ainsi que la tentative avortée de Jodorowsky, les fervents admirateurs des romans magistraux de Frank Herbert attendent avec impatience qu’un cinéaste transpose Dune sur grand écran, en préservant l’ampleur et la profondeur d’une

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Boite Noire – Ça encaisse !

Boîte Noire nous plonge avec une intensité captivante dans les arcanes de l’analyse des enregistrements de vol. Tel un énigmatique puzzle émanant tout droit du Da Vinci Code, ce thriller aérien, solidement ancré dans la réalité, ne ménage aucun effort pour dévoiler les vérités dissimulées derrière les accusations, les conspirations corporatives, révélant jusqu’où certains sont prêts à aller pour dissimuler ou exhumer la vérité. Lorsqu’un avion flambant neuf, reliant Dubaï à Paris, se précipite vers un destin funeste, Mathieu (interprété

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif