47E FESTIVAL DE DEAUVILLE (2021)

[CRITIQUE] Flag Day – Le jour de la vanité

Flag Day de Sean Penn n’est guère plus qu’un montage de près de deux heures de visages éplorés s’interpellant de manière mélodramatique. Le film frôlerait la caricature s’il n’était pas aussi sûr de sa propre signification, avec tout ce qui se dit sur le jour du drapeau, comme une sorte de parabole américaine. De la musique d’Eddie Vedder à la voix off des Badlands, en passant par les images granuleuses et délavées indiquant que l’histoire se déroule dans le passé, chaque élément du film est surestimé.

L’histoire de Jennifer Vogel (jouée par Dylan Penn à l’âge adulte, Jadyn Rylee à l’âge préadolescent et Addison Tymec à l’âge enfant), dont la vie est centrée sur son père, John Vogel (Sean Penn), faux-monnayeur, braqueur de banque et pyromane, n’est pas très dynamique. S’échappant vers l’endroit où elle s’est installée lorsque l’alcoolisme de sa mère (Katheryn Winnick) devient trop important, elle ressent un lien fort avec son père qui n’est pas digne de confiance. Flag Day s’attache à démontrer que le narcissique John a des qualités rédemptrices en lui faisant aimer la musique classique, en particulier, et apparemment exclusivement, Frédéric Chopin. Dans l’une des scènes les plus complaisantes du film, la petite amie de John (Bailey Noble) est présentée à Jennifer et à son jeune frère Bob Seger, déclenchant un débat sur les raisons pour lesquelles ils préfèrent sa musique à celle de Chopin. Tout au long du film, John lâche le nom du compositeur à plusieurs reprises avec la grâce d’un étudiant qui veut que tout le monde sache qu’il écoute de la “vieille musique”.

Un long-métrage qui fait de la Penn.

Le sentiment que l’on a à ce moment-là n’est pas que cette énumération incessante reflète l’amateurisme de l’intérêt de John, mais le sens paresseux de la caractérisation propre au scénario. Cela n’est nulle part plus évident que dans la narration de Jennifer, qui est aussi sur-écrite que le dialogue est insipide. Se débrouillant seule après avoir échoué dans sa tentative de vivre avec son père, elle se dit en voix off : « Maintenant, ma préoccupation constante était de savoir ce que je deviendrais, et si je voulais moi-même avoir de l’importance ». Entre sa prose pourpre et son action incroyablement superficielle et répétitive, Flag Day ne parvient pas à créer une consistance dans ses thèmes, dans le personnage. En essayant de construire une vie symbiotique père-fille après que Jennifer se soit à nouveau enfuie chez sa mère, le couple semble avoir sans cesse la même conversation sur la l’ignominie morale de John. Dans Flag Day, la plupart des scènes qui ne sont pas des scènes d’engueulade ne sont que des montages hâtifs d’une vie du Midwest vaguement stéréotypée.

Dans les nombreuses scènes mettant en scène John et sa fille, la jeune Penn est nettement désavantagé : alors que son père, lauréat d’un Oscar, a la capacité profonde d’imprégner un personnage grossièrement esquissé d’une authentique vie, Dylan Penn s’avère incapable d’aider un scénario mort de la même manière. Le déséquilibre de ces scènes est peut-être la clé de tout le projet. Flag Day semble être filtré par les yeux d’une jeune femme qui apprend à se connaître, mais il est en réalité centré sur son père, une canaille relativement charismatique, tout comme les scènes elles-mêmes finissent toutes par être portées par Sean Penn. Rarement « vaniteux” n’a semblé être un meilleur descripteur que pour ce film à la fois kitsch et prétentieux. Néanmoins, toutes ces erreurs ont rendu le long-métrage encore plus attachant. Une sincérité s’y dégage, et c’est ce qui a de plus beau.

Note : 2 sur 5.

Flag Day présenté à la 47e édition du festival du cinéma américain de Deauville et au cinéma le 29 septembre 2021.

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *