[CRITIQUE] The King’s Man : Première mission – Retour aux sources

[CRITIQUE] The King’s Man : Première mission – Retour aux sources

29 décembre 2021 0 Par Louan N

En 2015, Matthew Vaughn nous a offert l’un des films d’action les plus divertissants des années 2010 avec Kingsman : Le Service secret. Après avoir réalisé sa suite (horrible !) en 2017 (Kingsman : Le Cercle d’or), il revient une nouvelle fois pour réaliser et coécrire une préquelle, The King’s Man : Première mission. Cette fois, nous nous trouvons au début du XXe siècle, avant que la Première Guerre mondiale n’éclate. Après que le moine vénéré Grigori Raspoutine (Rhys Ifans, le Dr. Connors aka le Lézard dans The Amazing Spiderman) a convaincu la Russie de se retirer de la guerre, le duc d’Oxford (Ralph Fiennes, Voldemort dans Harry Potter) décide que lui et un groupe d’amis de confiance doivent prendre les choses en main pour sauver l’Angleterre de la défaite aux mains des pires tyrans et cerveaux criminels de l’Histoire. En même temps, Oxford se préoccupe de sa relation avec son fils Conrad (Harris Dickinson), qui est tendue par la mort de sa femme il y a des années et les ambitions de Conrad de s’engager dans l’armée contre sa volonté.

Le premier film Kingsman est stylé, sanglant, drôle et s’appuie sur des personnages très mémorables. Le Cercle d’or contient également des éléments de ce genre, mais son histoire est plus désordonnée et sa réalisation moins assurée, en plus d’être complétement à coté de la plaque. Je ne savais donc pas vraiment comment ce préquel allait s’en sortir, même avec Vaughn toujours aux commandes. The King’s Man : Première mission conserve certains des meilleurs éléments de ses prédécesseurs, ajoute suffisamment de nouvelles connaissances pour se justifier en tant que préquelle, et est un film amusant et divertissant en soi. The King’s Man : Première mission est facilement le film le plus lourd de la trilogie dans son ensemble. Vaughn a toujours ajouté des moments dramatiques, même dans ses œuvres les plus folles, mais de nombreuses scènes de ce préquel, principalement au milieu, le voient dans sa plus franche sincérité depuis X-Men : Le Commencement. C’est à la fois une force et une faiblesse du film. C’est une faiblesse parce que la partie centrale, qui contient une séquence vraiment brutale et même difficile à regarder dans les tranchées de la Première Guerre mondiale, est entourée de deux actes beaucoup plus gais et exacerbés qui sont plus proches de ce que l’on pourrait attendre d’un film Kingsman. The King’s Man : Première mission peut donner l’impression de trois films fusionnés en un seul. Il est très déstabilisant, par exemple, de penser que vingt minutes avant cette séquence dans les tranchées, vous regardez Rhys Ifans en train de dévorer le décor à tout bout de champ dans le rôle de Raspoutine.

Non, ce n’est pas le même que dans Anastasia.

En temps normal, un tel problème risquerait de tuer le film, mais il y a deux points positifs qui équilibrent quelque peu les choses. La première est que les tons ne s’opposent presque jamais dans les mêmes scènes. En raison de la séparation des trois actes de The King’s Man : Première mission, les différents tons se gênent rarement les uns les autres, ce qui atténue considérablement le choc entre eux. L’autre point positif est que chaque scène est bien exécutée pour ce qu’elle tente d’accomplir. Il est vrai que la première partie du film a un peu de mal à trouver ses marques, souffrant du problème de Kingsman : Le Cercle d’or de rendre l’histoire plus alambiquée que nécessaire avec le recul. Mais cette partie met en place les personnages de manière très efficace, les rendant tous instantanément distincts et identifiables comme tout personnage de Kingsman devrait l’être. Fiennes et Dickinson ont une grande complicité père-fils, et l’on comprend clairement leurs points de vue respectifs, car Conrad veut partir à la guerre et Oxford, très sympathiquement, veut le protéger pour qu’il ne risque pas sa vie. Fiennes, en particulier, apporte tellement de gravité et de charme à son rôle. Mais Rhys Ifans est sans aucun doute le voleur de scène. La représentation de l’une des personnes les plus extraordinaires qui aient jamais existé dans un film Kingsman est exactement aussi grande et ridicule qu’on pouvait l’espérer, à tel point que je suis un peu triste qu’il ne soit pas le méchant principal. C’est également très amusant de voir la façon dont le film dépeint les événements qui ont déclenché la Première Guerre mondiale. Il s’agit clairement d’un récit hautement fictif, mais il s’adapte très bien à cette franchise et constitue une solide satire de la nature délicate, presque obligatoire, des véritables réseaux d’alliances et d’intérêts contradictoires qui ont plongé ces pays dans la guerre.

Tu ne tueras point.

La palettes de couleurs dans les bandes-annonces pouvait mener à l’incertitude, mais elle fonctionne avec cette période, ainsi que dans les sections plus sombres du film. Le directeur de la photographie Ben Davis réalise des prises de vue incroyables des paysages et des décors. L’action n’est pas la plus stylisée de la franchise Kingsman, mais elle est la plus intense et la plus palpitante. Je dois une fois de plus faire l’éloge des scènes dans les tranchées, notamment une installation ingénieuse dans le No Man’s Land avec une exécution anxiogène et des combats encore plus réalistes. Cela rappelle 1917, tant par son aspect que par son impact émotionnel, et cela se termine sur une note qui m’a fait bondir. Le final est également très amusant, avec la meilleure séquence d’action aérienne que j’ai vue depuis Mission : Impossible – Fallout. Soit l’équipe a utilisé des fonds verts et des images de synthèse très convaincants, soit elle est allée dans les airs et a tourné une grande partie de cette séquence… le fait que je ne puisse pas le dire montre à quel point elle est passionnante. Les chorégraphies de combat et les prises de vue sont à la hauteur des autres films de la franchise, il y a une bonne révélation (bien que prévisible) concernant le méchant, et il y a beaucoup de satisfaction émotionnelle à voir le début de cette agence Kingsman que nous avons appris à connaître dans les deux premiers films. Cette organisation a beaucoup plus de poids lorsqu’on sait comment elle a été formée et les événements étonnamment significatifs qui l’ont poussée à poursuivre ses activités.

J’espère que chaque épisode continuera à apporter quelque chose de nouveau et d’intéressant et à être un film divertissant en soi. The King’s Man : Première mission atteint ces deux objectifs, même si ce n’est pas de manière tout à fait cohérente, loin s’en faut. Matthew Vaughn a concocté un autre thriller d’action vraiment agréable qui, malgré toutes ses incohérences, offre suffisamment de rires, de frissons et même de surprises pour que le public, en particulier les fans de Kingsman, quitte la salle comblé.

Note : 4 sur 5.

The King’s Man : Première mission au cinéma le 29 décembre 2021.

0
0