[CRITIQUE] L’Exorciste du Vatican – On a le démon

Je pense qu’il est juste de dire que la référence en matière de films sur la possession démoniaque est L’Exorciste1973. Le film classique de William Friedkin a effrayé les spectateurs lors de sa sortie, 50 ans plus tard, il continue de ravir les nouvelles générations de fans du genre. Aujourd’hui, nous avons L’Exorciste du Vatican2023, qui met le paquet sur le fait que débarrasser les innocents des esprits maléfiques est apparemment important pour l’Église. Contrairement au Père Merrin, le Père Gabriele Amorth était une personne réelle qui parcourait l’Europe pour exorciser les mauvais esprits au nom du diocèse de Rome. Journaliste avant d’être prêtre, Amorth a écrit plus de 30 livres sur ses expériences avec le surnaturel. Deux de ces livres constituent la base de ce film.

Pour un prêtre qui passe sa vie à combattre les démons, le père Gabriele Amorth joué par Russell Crowe est un drôle de type. Sa légèreté et son penchant pour une gorgée de whisky de temps à autre, combinés à ses méthodes peu orthodoxes pour exorciser les esprits maléfiques des gens, ne lui ont pas valu beaucoup de fans parmi ses pairs au Vatican, mais Gabriele s’en moque. Il répond à une autorité supérieure, pas à eux, et cette autorité supérieure est le Pape lui-même. Lorsque Sa Sainteté apprend qu’un jeune Américain se trouve en Espagne et qu’il pourrait être diaboliquement possédé, le père Gabriele enfourche sa Vespa et se rend dans une abbaye délabrée où séjournent le jeune garçon, sa mère et sa sœur adolescente. Une fois sur place, Gabriele prend la relève du père Esquibel (Daniel Zovatto), un prêtre local qui a déjà eu une altercation avec l’esprit malveillant, dont le nom n’a pas encore été révélé, et cela ne s’est pas bien passé. Gabriele se met au travail et apprend bientôt quelque chose sur l’abbaye qui remonte à l’époque de l’Inquisition. Il semble que ce démon ait été emprisonné pendant un certain temps et que, maintenant qu’il est libre, il ne se laissera pas faire sans se battre.

© 2023 CTMG, Inc. All Rights Reserved.

Commençons par la structure, qui penche fortement vers le ridicule. Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais j’ai déjà fait de la Vespa et après quelques heures, j’avais mal au cul. Conduire de Rome au nord de l’Espagne ne semble pas déranger Gabriele, car le film donne l’impression que l’Espagne est située juste à l’extérieur de Rome. Pourtant, la distance qui les relie est d’environ 1 500 km. Une Vespa a une vitesse de pointe d’environ 100 km/h, ce qui signifie que Gabriele mettrait au mieux deux jours pour s’y rendre. Ensuite, il y a la famille américaine qui vit dans l’abbaye. La mère nous apprend que l’abbaye appartenait à la famille de son défunt mari depuis des générations. Elle a décidé de la restaurer pour pouvoir la vendre car ils ont besoin d’argent. Traitez-moi de fou, mais s’ils sont à court d’argent, pourquoi ne la vend-elle pas telle quelle ? Et quelle mère emmènerait ses enfants à l’autre bout du monde pour vivre dans un chantier de construction ? N’a-t-elle jamais entendu parler d’un hôtel ?

L’absurdité continue à partir de là et peut-être que le réalisateur Julius Avery (Le Samaritain2022) le savait parce que L’Exorciste du Vatican2023 contient une bonne dose d’humour, bien que je ne pense pas que tout cela soit intentionnel. Crowe, lui aussi, semble se délecter de l’humour de l’histoire et joue un peu trop. Quant à l’aspect horrifique de l’histoire, il est plutôt banal, avec de grandes quantités de sang, de la vulgarité et un tout petit peu de nudité parce que, eh bien, il s’agit de prêtres. Ce qui est bien dans ce film, c’est la musique de Jed Kurzel, qui a déjà travaillé avec Avery sur l’excellent Overlord2018.

© 2023 CTMG, Inc. All Rights Reserved.

En dehors de l’absurdité et du ridicule de toutes les situations, Julius Avery se limite aux cloisons du genre. Il ne prend pas assez de risque. La structure narrative est convenue, tout est prévisible hormis le long climax. D’un coup, comme un éveil, notre bon Julius entre en plein délire et nous confronte à des CGI proportionnel au budget du film (18 millions de $ – dont la moitié pour Russell Crowe, à mon avis), qui n’ont pas grand sens narratif si ce n’est espérer en mettre plein la vue au spectateur. Où est le gore poussif et sale d’Overlord2018 ? Comment a-t-il perdu le sens du rythme présent dans Le Samaritain2022 ? Tant de questions qui resteront sans réponses. L’Exorciste du Vatican2023 est bruyant, vulgaire et tape à l’œil. L’encourageant Julius Avery ne fait que tomber bien bas depuis son immense réussite Overlord2018 et avec une œuvre aussi convenue que cet énième brûlot sur l’exorcisme, le réalisateur semble devenir de plus en plus pathétique.

Quelques semaines après sa sortie mondiale, le film est déjà rentable. Est-ce que cela signifie que nous verrons plus souvent le Père Gabriele à l’écran ? J’espère que non, vraiment pas.

L’Exorciste du Vatican de Julius Avery, 1h43, avec Russell Crowe, Daniel Zovatto, Alex Essoe – Au cinéma le 10 mai 2023

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *