Étiquette : Biopic

FILMS

[CRITIQUE] Bob Marley: One Love – No trouvailles No Cry

Alors que l’industrie du film de super-héros semble glisser inexorablement vers un déclin inéluctable, comme le prophétisait Thanos, Hollywood semble avoir découvert une nouvelle mine d’or avec les biopics musicaux. Depuis le succès retentissant de Bohemian Rhapsody, ce genre occupe une place de plus en plus importante dans nos cinémas. Si des œuvres telles que Rocketman se démarquent en offrant des récits authentiques et audacieux (comédie musicale co-écrite et produite par Elton John lui-même, qui n’hésite pas à explorer les

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Race for Glory: Audi vs. Lancia – course toujours

Que penser d’un long-métrage dépeignant une biographie, mais qui, d’emblée, expose les artifices de sa créativité narrative ? On pourrait légitimement escompter une œuvre affranchie des clichés éculés inhérents aux biographies, dont la lassitude nous a accablé. Pourtant, l’expérience offerte par Race for Glory: Audi vs. Lancia ne s’accorde guère avec ces attentes. Il s’agit d’un drame de course qui s’avère incapable de saisir la frénésie du circuit, l’âme brûlante de la vitesse, ou l’ardent désir de triomphe. En effet,

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Iron Claw – De l’autre côté du ring

Discuter en profondeur du Iron Claw de Sean Durkin, une dramatisation de la vie de la famille Von Erich, dont l’influence perdure sur plusieurs générations dans le monde du catch professionnel, s’avère être un véritable casse-tête intellectuel. La célèbre permutation des Von Erich, constituée initialement de cinq frères adultes évoluant dans le monde du catch (réduits à quatre dans le film), principalement au sein d’une promotion basée à Dallas dans les années 80 et 90, détenue de manière autoritaire –

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] Une famille sur le ring – Des débuts “parfaits”

Basé sur l’authentique épopée de la lutteuse WWE Paige, Une famille sur le ring se révèle être une touchante déclaration d’amour envers l’art du catch. Le scénario, méticuleusement élaboré par le réalisateur Stephen Merchant, dépeint de manière quasi-chorégraphique le parcours de sa protagoniste, évitant habilement tout excès narratif. C’est fondamentalement une comédie fusionnée avec le récit de la découverte sportive d’une femme, parsemée de quelques réflexions superficielles sur la théâtralité du catch. Ce long-métrage retrace l’ascension de Paige, alias Raya

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Ferrari – Adam Pilote au pays du vroom vroom

Lorsqu’il avait été invité au Max Linder il y a quelques années, Michael Mann nous avait confié qu’il était bien plus compliqué aujourd’hui de réaliser un film, du moins de le produire et le financer. Son dernier film était Blackhat, Hacker en français, il y a 9 ans de cela, potentiellement son dernier film vu l’âge du monsieur. Heureusement il n’en est rien, puisque Michael Mann revient cette année avec son nouveau projet, Ferrari, adaptation du livre Enzo Ferrari –

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Priscilla – Reine du Tortionnaire

Le Priscilla de Sofia Coppola, retraçant la relation entre la jeune Priscilla Presley, 14 ans, et Elvis Presley, 24 ans, présente une perspective déconcertante du King, bien loin de l’image flatteuse à laquelle ses fans sont habitués. L’œuvre, inspirée du livre autobiographique d’Elvis et Priscilla, dépeint un récit sombre et morne, dépourvu de l’exubérance que l’on trouve dans d’autres productions telles que le récent Elvis de Baz Luhrmann. Dès les premières images, Sofia Coppola saisit l’inégalité frappante entre Priscilla, une

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Maestro – L’incontournable amour

Dans sa réalisation de Maestro, Bradley Cooper s’est investi dans un défi artistique audacieux : dépeindre avec brio une saga amoureuse tourmentée au cœur de l’existence flamboyante du vénéré Leonard Bernstein. Son dessein ne se limitait point à une simple biographie ; il aspirait à transcender les frontières habituelles pour sonder la trame complexe liant Bernstein à Felicia Montealegre. L’épicentre narratif se concentre sans équivoque sur cette intimité tumultueuse, un choix esthétique défiant les attentes classiques d’un portrait biographique conventionnel.

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Napoléon – L’Empereur de la farce

Pour l’abonné aux fresques historiques qu’est Ridley Scott, réaliser Napoléon, c’est un peu comme renfiler ses vieux chaussons. Des chaussons encore chauds, en l’occurrence, puisque le metteur en scène enchaîne depuis Le Dernier Duel les drames en costumes, comme le signe d’un regain d’inspiration après une traversée du désert – et de l’espace, avec les préquels fanés d’Alien – qui commençait à durer. Sur sa lancée, le réalisateur s’attaque à la vie du célèbre Bonaparte, le soldat corse parvenu au

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] House of Gucci – Décadence de luxe

Le dernier film de Ridley Scott, à peine échauffé avec The Last Duel, concentré sur la décadence de l’empire familial Gucci, ne peut pas faire l’unanimité. On y suit le jeune Maurizio Gucci (Adam Driver), encore en études de droit, sur le point de faire la rencontre de Patrizia Reggiani (Lady Gaga), qui pourrait bien être l’amour de sa vie. L’empire Gucci déjà en marche depuis des années passées, c’est l’héritage qui reprend le trône jusqu’aux excès. Adapté du roman

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Mank – rendez-vous manqué

Mank se distingue singulièrement de l’ensemble de l’œuvre du réalisateur David Fincher. Il nous offre un retour, empreint d’une folie divertissante, vers l’âge d’or du cinéma hollywoodien, en pleine ébullition politique, secoué par des loyautés éprouvées et une propagande insidieuse. Il s’agit d’une déclaration d’amour, non seulement envers les visionnaires de l’industrie cinématographique, mais également envers son propre père. Chaque élément du film est soigneusement façonné, créant une œuvre d’une beauté minutieuse. Cependant, il convient de noter que votre appréciation

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif