Étiquette : Fantastique

ACTUALITÉ CINÉMA - EN SALLES, (S)VOD, etc..

[CRITIQUE] Les Guetteurs – MENSONGE ! FAUX ! FAUX D’ÉTAT ! PERROQUET !

Dans son premier tour de piste derrière la caméra, Ishana Night Shyamalan plonge audacieusement dans le territoire de l’horreur avec “Les Guetteurs”. Inspiré du roman captivant d’A.M. Shine, le film nous entraîne dans les méandres sombres et mystérieux de l’âme humaine à travers les yeux de Mina, interprétée avec une nuance troublante par Dakota Fanning.

LIRE LA SUITE »
FESTIVAL DE CANNES (2024)

[CRITIQUE] Angelo dans la forêt mystérieuse – Trans-Animation

Le cinéma d’animation français a encore de beaux jours devant lui, grâce à l’émergence de talents prometteurs. En particulier, Vincent Paronnaud et Alexis Ducord, originellement dessinateurs de bandes dessinées, nous offrent Angelo dans la forêt mystérieuse, un long métrage d’animation qui célèbre l’imagination avec une grâce inouïe. D’une durée d’une heure et vingt minutes, nous suivons les aventures d’Angelo, un enfant à l’imagination débordante et incontrôlable, mise en scène dès les premières minutes où il transforme son petit-déjeuner en un

LIRE LA SUITE »
CQL'EN BREF

[CQL’EN BREF] Animale (Emma Benestan)

Depuis quelques années, le désir d’un renouveau du septième art est palpable, notamment avec l’essor de films comme Grave de Julia Ducournau. Les propositions fantastiques, particulièrement dans le cinéma de genre français, envahissent nos écrans. C’est dans ce contexte que s’inscrit Animale d’Emma Besnestan (après son sublime Fragile), présenté comme un western dramatique fantastique. On y suit Nejma, incarnée par Oulaya Amamra, qui rêve de triompher dans une course de taureaux en Camargue. Cependant, une nuit, elle disparaît dans un

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] S.O.S. Fantômes : La Menace de glace – Polluer nos esprits

À quel moment de votre vie avez-vous saisi que l’antagoniste du Ghostbusters original d’Ivan Reitman était, en fait, l’Agence de protection de l’environnement ? Cela réside au cœur même du film, sans nécessiter d’analyse subtile, avec cette agence gouvernementale représentée par le bureaucrate plaintif Walter Peck (incarné par le perpétuel acteur des années 1980, William Atherton), osant remettre en question le bien-fondé d’une bande de marginaux bardés de technologie, s’égosillant dans les rues bondées, armés de pistolets laser faits maison

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Alienoid (Les Protecteurs du futur) – Spatiotemporel

Certains récits se révèlent trop vastes pour être contenus en une seule pellicule. Débordant d’idées conceptuelles révolutionnaires et de jeux temporels, Alienoid, conçu par le talentueux scénariste et réalisateur coréen Choi Dong-hoon, n’est qu’un prélude à une épopée cosmique tentaculaire. Il séduit par ses tableaux visuels, son rythme endiablé et sa touche comique subtile, tissant habilement une trame narrative alliant l’héritage historique à la science-fiction moderne. En Corée du XIVe siècle, durant la dynastie Goryeo, Muruk (interprété par Ryu Jun-yeol),

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] Un Vampire à Brooklyn – Wes cramé

Il semble que les cinéastes aient égaré l’art de concevoir un film vampirique empreint de terreur. Le dernier à hanter les écrans fut probablement A Girl Walks Home Alone at Night, il y a de cela près de neuf ans. Depuis lors, le vampire “sensible” est devenu la norme – une créature tourmentée par son inhumanité et ses appétits. Bien que ces noctambules existentiels puissent exercer un attrait en tant qu’études de caractères, leur capacité à effrayer est limitée. Le

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] La Demoiselle et le Dragon – Comptes tenus

L’inquiétude grandit parmi les esprits quant à l’irruption de l’intelligence artificielle dans le domaine de la création, reléguant ainsi l’homme à un rôle superflu dans le processus de conception de films, d’œuvres artistiques, de musique, et autres. Pourtant, il est possible que cette transition soit déjà plus avancée que nous ne l’admettons. Considérons la dernière super-production de Netflix, véritable monstre de Frankenstein cinématographique, composé de fragments disparates de la culture pop, traités à travers un pipeline numérique qui uniformise tout

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] The Sweet East – Virée aux States

Ce n’est guère une divulgation de dire que la scène finale du premier long métrage de Sean Price Williams, The Sweet East, dépeint Lillian, incarnée par Talia Ryder, déambulant nonchalamment vers la caméra, un sourire malicieux aux lèvres. Cet ultime tableau résume à lui seul l’essence du film, une odyssée traversant les sphères des universitaires suprémacistes blancs, des conspirationnistes de PizzaGate, des cinéastes autosatisfaits, des artistes multimédias au talent douteux et des fanatiques religieux. Au sein de cette galerie de

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Tiger Stripes – Sortir les Ongles

L’horreur métamorphique, subtilement explorée à travers l’objectif cinématographique, se révèle être un moyen exquis d’interroger l’altérité, parfois agrémentée d’une nuance queer. Ces récits, ancrés dans le voyage initiatique vers l’âge adulte, dépeignent les protagonistes s’efforçant d’embrasser leur unicité, découvrant leur salut dans l’acceptation de leur véritable essence. Dans son premier opus, la réalisatrice malaisienne Amanda Nell Eu pousse cette exploration de la transformation corporelle à son apogée. Tiger Stripes transcende les limites des éléments queer pour plonger au cœur de

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Le Royaume des Abysses – Atroce beauté

Vous avez cru qu’un film d’animation prenant place dans un restaurant-sous-marin appartenant à un chef-clown magique, avec des morses et des loutres comme personnel, et des clients aquatiques accrochés à leurs téléphones, où une fillette humaine de 11 ans est le personnage principal, pouvait être considéré comme un film pour enfants ? Vous êtes bien crédule. Vous êtes un sot. Un parfait imbécile (c’est ironique, c’est la campagne marketing qui a merdé). Ce long-métrage est d’une noirceur telle – osant

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif