Catégorie : AUJOURD’HUI, LE CINÉMA

AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Affamés – L’Horreur de l’homme

Affamés (Antlers) marque l’union de deux cinéastes importants de ces dernières années : Scott Cooper (Hostiles) à la réalisation est épaulé par Guillermo Del Toro (que l’on retrouvera très bientôt avec Nightmare Alley) à la production pour un film d’horreur fantastique adapté de la nouvelle The Quiet Boy de Nick Antosca. À Cispus Falls en Oregon, un jeune garçon taciturne (Jeremy T. Thomas) va éveiller la curiosité de son institutrice (Keri Russell) alors qu’il semble lié à de mystérieux événements

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Maudit ! – La poupée Vaudou du colonialisme

Le troisième film d’Emmanuel Parraud est difficile à traiter tant l’ambiance est unique, voire trop singulière. Il se peut que Maudit ! déroute le public non averti. Celui-ci se place dans les paysages forestiers de l’île de La Réunion, nous y suivons Alix, un jeune habitant de la région, aimable, avec une envie certaine de travailler. Le jeune homme, un soir de brume rend visite à son ami. Le lendemain de cette soirée alcoolisée, son ami disparaît. Dans l’incompréhension, il

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] La Déesse des mouches à feu – La mort de la liberté adolescente

Fred, fervent adepte du grunge et trafiquant, énonce à Catherine que l’écoute de son CD de Hole lui est interdite, arguant que Courtney Love a sciemment éteint la flamme de Kurt Cobain. Cette observation, mêlant badinage et mémoire tragique, suscite chez Keven le discernement nécessaire pour reconnaître que Love, si elle avait tenté, n’aurait pu freiner l’ascension irrépressible de Cobain vers sa destinée. Cobain n’était point une marionnette du destin ; il a arpenté intensément un sentier qu’il a lui-même

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Tre Piani – Un monde au bord de la crise de nerfs

Tre Piani n’a pas fait l’unanimité à sa présentation au dernier Festival de Cannes, beaucoup de critiques reprochant un récit décousu, et un déséquilibre dans la structure narrative. Cela serait pourtant bien dommage de passer à côté d’un long-métrage évoquant les thèmes les plus chers du réalisateur, entre conflits familiaux, deuil, accidents et apprentissages de la vie.  L’histoire, adaptée du roman Shalosh Qomot de l’israélien Eshkol Nevo, et resituée à Rome, emprunte les codes du film choral, où l’on suit

LIRE LA SUITE »
46ᵉ FESTIVAL DE DEAUVILLE (2020)

[CRITIQUE] A Good Man – (Very) Bad Cinéma

A Good Man se profile comme un exemple flagrant de casting irréfléchi, cherchant à s’approprier des récompenses en affichant l’actrice cisgenre Noémie Merlant dans un rôle transgenre. Si un réalisateur cisgenre devait porter à l’écran une histoire transgenre, il serait opportun qu’un acteur transgenre incarne le personnage en question. Or, tel n’est manifestement pas le cas ici. Cette démarche soulève un point d’insulte d’autant plus cuisant lorsque l’on apprend que Christian Sonderegger, coscénariste du film, a un frère transgenre. La

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Cry Macho – L’insignifiant testament

Au fil des décennies de sa carrière, Clint Eastwood a laissé une empreinte considérable dans le genre du western. Certaines de ses œuvres les plus marquantes, dont Impitoyable, lauréat du meilleur film aux Oscars en 1993, appartiennent à ce genre. C’est donc avec un intérêt particulier que l’on voit la légende hollywoodienne revenir à ses racines. À l’âge de 91 ans, Eastwood, infatigable, réalise et joue dans Cry Macho, adapté du roman éponyme de N. Richard Nash (également coscénariste). Si

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Albatros – Coupez les ailes d’un gendarme

Albatros, le huitième film du cinéaste français Xavier Beauvois, contient des changements de direction et de ton si abrupts que le degré d’appréciation du film dépendra en grande partie de la capacité à encaisser les coups. La plupart du temps, il s’agit d’un film de routine policière qui suit un flic dans l’exercice de ses fonctions, et lorsqu’il s’en tient à cela, il est indéniablement convaincant et discret. Vers la fin, il change de vitesse pour devenir un film presque

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] My Son – Un gimmick à la recherche d’un film

Le co-scénariste et réalisateur Christian Carion (Joyeux Noël) adapte son propre film de 2017 du même nom. Sorti de nulle part, ce thriller peut se targuer d’avoir deux stars au talent indéniable, dont l’une n’aurait pas reçu de script ou de dialogue afin de tenter de saisir la confusion et la panique de son protagoniste, la même technique que Carion a utilisée la première fois avec Guillaume Canet. Un thriller improvisé semble intrinsèquement intéressant, tension et intensité en temps réel

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] The Many Saints of Newark, Une histoire des Soprano – La découverte

À part reconnaître la chanson du générique, je ne connais absolument rien des Sopranos, il est donc conseillé de continuer à lire cette critique pour avoir un point de vue extérieur. Cela dit, The Many Saints of Newark est un préquel à la série très appréciée (son créateur David Chase écrit également le scénario aux côtés de Lawrence Konner), qui explore la relation entre un jeune Tony Soprano (incarné à un moment donné par Michael Gandolfini, le fils de James

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Les Éternels – Un récit sériel, tueur de temps

Indubitablement, Les Éternels se dresse comme l’œuvre la plus énigmatique, la plus loquace, et la plus excentrique jamais façonnée au sein du Marvel Cinematic Universe. Ce constat révèle, sans doute, la singularité de cette franchise interconnectée, reconnue pour ses récits populaires parsemés de péripéties qui titillent l’imagination des adeptes de bandes dessinées. S’aventurant sur les chemins tortueux de l’histoire humaine et surhumaine, Les Éternels exige un changement, une métamorphose colossale que même les plus fervents admirateurs pourraient peiner à appréhender

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif