[CRITIQUE] Belle – La Belle et la Bête dans Ready Player One

[CRITIQUE] Belle – La Belle et la Bête dans Ready Player One

29 décembre 2021 0 Par Louan N

Le réalisateur Mamoru Hosoda fait suite à sa première nomination aux Oscars pour Miraï, ma petite sœur (2019) avec Belle, un film avec un monde virtuel fantastique et visuellement vibrant qui touche une corde trop sensible sur les dangers de la technologie. Belle n’est peut-être pas le film le plus subtil qui soit, mais ses thèmes ne sont que trop réels. Hosoda montre une fois de plus son incroyable talent à capturer des histoires humaines racontées sur la magnifique toile de fond de l’anime, alors que le film oscille entre le monde réel du Japon et le monde virtuel de « U ». Belle commence peut-être lentement et dure un peu trop longtemps pour son propre bien, mais c’est toujours un plaisir de le regarder et il nous offre une version moderne et unique de l’histoire classique de « La Belle et la Bête« .

Dans le monde réel du film, nous suivons Suzu, une lycéenne de 17 ans dont la solitude et la dépression depuis un événement tragique qui a changé sa vie n’ont jamais disparu et n’ont fait que croître. Suzu est interprétée par Kaho Nakamura, une chanteuse-compositrice qui réussit parfaitement sa transition vers le grand écran, donnant au personnage principal un air d’adolescente innocente et maladroite tout en mettant en valeur ses talents vocaux incontestables avec quelques numéros musicaux dans « U ». Dans cette réalité virtuelle alternative, la plus grande du monde et qui compte des millions d’utilisateurs en ligne, les avatars des gens sont créés sur la base de leur apparence réelle (avec une certaine flexibilité créative de la part du logiciel, bien sûr). L’avatar de Suzu est Belle, qui devient une pop star à succès dans « U » et a l’apparence d’une princesse Disney classique. Dans « U », les images de Belle sont un mélange concentré de couleurs et de motifs vifs, de vastes panoramas technologiques et de personnages au design saisissant. Le film commence avec Belle chantant sur une baleine géante, à laquelle des haut-parleurs sortent du dos. Hosoda et son équipe créent un monde spectaculaire sous la forme de « U » : un décor futuriste flashy qui donne presque mal à la tête par sa vivacité. Il se juxtapose au monde réel du Japon, tout aussi beau mais beaucoup plus calme, et en particulier à la petite ville natale de Suzu, nichée dans les collines de la campagne. Cela permet de s’échapper du « U » délibérément écrasant et crée ainsi une dynamique intéressante : le monde virtuel est celui dans lequel les gens « s’échappent », alors que le monde réel est bien plus beau et plus connecté. Le design des personnages de Belle est tout aussi efficace.

MegaDragon vs le clan IOI.

Outre les parallèles évidents entre les adolescents (en particulier les filles) à la recherche d’une beauté digne d’une princesse et Belle, Hosoda ajoute également une touche intéressante avec le Dragon, un autre avatar de « U » qui combat tous ceux qu’il rencontre et qui est continuellement poursuivi par les créateurs du monde. Interprété par Takeru Satoh (Kamen Rider Den-O, Rorouni Kenshin), le Dragon (une création mystérieuse ressemblant à une bête) porte une série d’ecchymoses sur le dos, ce qui indique que la personne réelle qui se cache derrière cet avatar porte également des ecchymoses, en bref, c’est une « bête » incomprise qui souffre à la fois virtuellement et réellement, si l’on en juge par son apparence. Il s’agit d’une merveilleuse interprétation du conte populaire classique de la Belle et la Bête, et Hosoda a clairement réussi à faire entrer cette histoire dans l’ère moderne. Belle dure un peu plus de deux heures et cela se voit, surtout dans sa première heure. Il y a un peu trop de mise en place, mais lorsque les pièces s’emboîtent enfin et que la recherche de Suzu pour trouver la vraie personne derrière le Dragon au Japon est en parallèle avec la recherche de Belle dans « U », Belle devient une joie pure et simple. Cela ne veut pas dire que ce qui précède n’est pas agréable, mais simplement qu’il manque une direction claire pendant un certain temps. Et aussi évidents qu’ils soient, les thèmes de Belle le rendent toujours captivant. Le scénario de Hosoda manque un peu de subtilité, mais il est rarement étouffant. Les dangers de la technologie, le harcèlement en ligne, les problèmes d’image corporelle, la romance adolescente : tout cela a déjà été fait dans de nombreux films, mais, dans Belle, ces thèmes sont abordés avec suffisamment d’émotion et d’engagement pour rester pertinents. La narration, qui se développe régulièrement avant d’éclater en quelque chose de vraiment gratifiant, apporte également une fraîcheur à ces thèmes.

…les nouveaux commerçants.

Avec ses images futuristes et hyper stylisées et son univers virtuel, Belle peut sembler à des millions de kilomètres de l’original de Leprince de Beaumont, mais il conserve la qualité fantastique qui rend cette fable si populaire. Pourtant, Belle est moins une romance qu’une histoire de liens et d’amitié. L’angle émotionnel vous frappe de plein fouet dans sa magnifique conclusion, lorsque des scènes de Belle et Suzu chantant dans les deux mondes séparés sont entrecoupées. Cela suffit à vous donner la chair de poule et constitue le point culminant (fidèle à son titre) d’un film plutôt beau.

Note : 3.5 sur 5.

Belle au cinéma le 29 décembre 2021.

0
0