Étiquette : Mur

C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] Birth – Vierge de tout soupçon

En plein cours universitaire, Sean dicte à ses élèves que la réincarnation n’est pas possible. Comment croire qu’un proche décédé puisse s’exprimer par un animal, ou tout être vivant ? Plus tard, il meurt après avoir fait son jogging habituel pour décompresser. Un jeune garçon prétendant être cet homme rendra visite à Anna, la femme de Sean, pour lui dire de ne pas se remarier. Jonathan Glazer utilise des concepts sans leur donner tout leur sens d’emblée, préférant naviguer autour pour

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] R.M.N – Comprendre

Cristian Mungiu, cinéaste roumain, s’impose comme l’un des principaux représentants du style néoréaliste ancré dans une grande partie du cinéma européen d’Art et Essai. Il a acquis une reconnaissance internationale avec son long métrage de 2007, 4 mois, 3 semaines, 2 jours. Ce film a courageusement mis en scène les épreuves que les femmes devaient affronter pour interrompre leur grossesse sous le règne de Nicolae Ceausescu. Dès lors, Mungiu s’est consacré à explorer les fardeaux liés à la confrontation avec

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Francisca – Réflexion sur le cinéma

Dans Francisca de Manoel de Oliveira émerge une création complexe et réfléchie qui aborde les thèmes de l’amour, du désir et de la société portugaise du XIXe siècle. À travers une esthétique théâtrale singulière et une narration non linéaire, Oliveira offre une analyse profonde des affections humaines tout en interrogeant le rôle de l’art et du cinéma en tant que réflecteurs de la réalité. Celui-ci propose, en premier lieu, une vision désabusée de l’amour, où les relations passionnées sont présentées

LIRE LA SUITE »
La rétrospective LARS VON TRIER

[RETROSPECTIVE] Manderlay – Entre paradis perdu et dictature déguisée

Après Dogville (2003), le réalisateur Lars Von Trier pensait à une suite en changeant d’actrice principale pour incarner Grace. Bryce Dallas Howard se substitue donc à Nicole Kidman pour une œuvre développant un peu plus les racines américaines en partant de la discrimination. Manderlay commence directement après les évènements du premier film, où Dogville avait fini en flammes. Grace se retrouve dans la pleine plantation de « Manderlay », découvrant que l’abolition de l’esclavage n’a certainement pas permis la fin de cet

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Belle – La Belle et la Bête dans Ready Player One

Le cinéaste Mamoru Hosoda, après sa première nomination aux Oscars pour Miraï, ma petite sœur en 2019, nous revient avec Belle, une œuvre plongeant dans un monde virtuel fantastique d’une vivacité visuelle éblouissante, qui effleure subtilement les périls insidieux de la technologie. Sans atteindre des sommets de subtilité, il résonne avec une poignante réalité. Hosoda, une fois de plus, démontre son talent prodigieux pour saisir des récits humains et les tisser sur la toile magnifique de l’anime. Il oscille habilement

LIRE LA SUITE »