[CRITIQUE] Lamb – L’imperceptible bêlement de l’écriture

[CRITIQUE] Lamb – L’imperceptible bêlement de l’écriture

29 décembre 2021 0 Par Louan N

J’aimerais que les distributeurs cessent de faire passer des films qui ne sont pas des films d’horreur pour des films d’horreur. Si Lamb est un film d’horreur, alors c’est le film d’horreur le moins inquiétant que j’aie jamais vu. Il a rapidement acquis la réputation d’être l’un des films les plus étranges et les plus controversés de l’année, et je pense que cela a beaucoup à voir avec le fait qu’il soit catalogué comme un film d’horreur, ce qui expose le public à la déception. Même s’ils s’habituent à ce qu’il est vraiment, ce ne sera toujours pas ce qu’ils voulaient ou attendaient en y allant. Lamb n’est pas un film d’horreur. Il utilise une imagerie et des idées macabres pour explorer des thèmes étranges, ce qui définirait habituellement un film comme un film d’horreur, mais étant donné que l’horreur signifie « un film effrayant » pour la plupart des spectateurs, je pense que nous pouvons affirmer catégoriquement que Lamb n’en est pas un parce qu’il ne cherche jamais à effrayer ou à perturber le spectateur, ni à faire monter la tension. Si quelqu’un essayait d’affirmer que Lamb est un film d’horreur, je devrais supposer qu’il le fait dans le but de dénigrer le film parce qu’il n’est pas assez angoissant. Les éléments d’horreur que contient le film sont plutôt une surprise.

« Ohé, ohé, l’animal abandonné… »

La question qui se pose est la suivante : qu’est-ce que Lamb, sinon l’horreur ? C’est certainement folklorique et le film d’horreur pourrait bien être décrit comme notre folklore contemporain de mise en garde, ce que je dirais que Lamb était, mais la gamme de réponses somatiques que le film inspire est entièrement différente et beaucoup, beaucoup plus subtile. C’est un film à retardement, sans aucun doute, et franchement, j’en ai eu assez ces derniers temps. L’ouverture du film ressemble à une sorte de Dents de la mer islandais. Dans un point de vue panoramique, une sorte de bête parcourt la campagne, dispersant les poneys sauvages comme des bancs de poissons, avant d’arriver à la bergerie de Maria (Noomi Rapace) et Ingvar (Hilmir Sraer Gudnason). Des mois plus tard, le couple sans enfant est choqué (mais peut-être moins que la plupart ne le seraient) lorsqu’une de leurs brebis donne naissance à un agneau en bonne santé, mais inhabituel. Il y a très peu de débat entre eux sur leur décision de garder l’agneau et de l’élever à l’intérieur, laissant le spectateur avoir ces conversations avec lui-même tout en regardant. Les parallèles avec la naissance de la vierge et d’autres références bibliques sont évidents, bien que le fait d’appeler la mère Maria et qu’Ingvar passe son temps à faire de la menuiserie soit peut-être un peu exagéré.

Cette naissance virginale tient peut-être plus de Rosemary’s Baby. Ils appellent la créature Ada et commencent à l’élever comme un enfant, mais la mère biologique d’Ada veut récupérer sa fille. Cette brebis a joué un rôle fantastique, d’ailleurs. Ada, quant à elle, n’a jamais été un effet convaincant, ressemblant à l’un de ces remakes Disney en live-action malencontreux, et n’est certainement jamais une présence crédible. Les choses se compliquent encore avec l’arrivée de Petur (Bjorn Hignar Sigurdsson), le frère d’Ingvar, qui a un faible pour Maria et qui se retrouve bloqué près de leur ferme. L’arrivée de Petur ne sert pas à grand-chose d’autre que de remplissage, et le film aurait été beaucoup plus intéressant si Ingvar avait rempli ce rôle lui-même, rendant le film plus compact et plus intense. La seule chose effrayante à l’écran dans Lamb est Noomi Rapace dans le rôle de Maria, obsessive et possessive. Il y a un peu de Shining dans cette petite famille isolée mais le film reste dans la période des premiers murmures pendant toute la durée du film, sans jamais gagner en intensité ou en intérêt. Gardez à l’esprit que ce n’est pas une critique liée au fait qu’il n’est pas assez horrible, mais tous les films doivent être intéressants. Le paysage est souvent spectaculaire sous le soleil arctique perpétuel, en particulier les marais, et Rapace donne une bonne performance, même si je continue à dire que le mouton est le meilleur.

Midsommar me rend chèvre.

Il y a quelques thèmes perceptibles dans Lamb, qui se présente comme une mise en garde contre la tentative de domestiquer la nature, mais il ressemble davantage à un court métrage ou à une idée inachevée. C’est une idée admirablement ambitieuse et quelque peu divertissante, mais elle n’est pas cohérente. On a l’impression d’un manque de concentration et de discipline, avec un scénario mal ficelé qui aurait bien besoin d’être corrigé. Le film mise beaucoup sur la créature du titre et, une fois le choc passé, elle est plus gênante qu’autre chose. Le film est constamment intriguant et, heureusement, ne s’éternise pas au point de dépasser cet intérêt, mais il ne développe jamais ses idées et ressemble davantage à une ébauche d’histoire inachevée qu’à un scénario abouti.

Note : 2.5 sur 5.

Lamb au cinéma le 29 décembre 2021.

0
0