Catégorie : ANALYSE

ANALYSE

[ANALYSE] The Fog – Pas de fumée sans feu

Fog est un long-métrage de John Carpenter sorti en 1980, qui est aujourd’hui devenu culte. Comme de nombreux films du réalisateur, il a acquis ce statut grâce à diverses raisons, telles que ses nombreux niveaux de lecture, sa musique inoubliable et sa direction artistique originale. Cependant, si on vous recommande aujourd’hui Fog, c’est en raison de sa menace et de ses antagonistes, qui sont particulièrement réussis. Plongez au cœur du brouillard. La principale menace dans ce film est donc la

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] La préhistoire au cinéma – Un sujet diffisilex

Le cinéma s’intéresse depuis ses débuts à l’histoire. Il faut dire que les hommes ont toujours utiliser l’art pour raconter ses grands faits, les détourner, les mythifier, les revisiter voir même dans de très rares cas pour les restituer tels qu’ils sont. Ce sont des scénarios qui intéressent le public, car il le concerne directement. Et surtout ce sont de formidables moyens de donner sa vision d’artiste sur des sujets parfois complexes ou tendus. On pense par exemple à des

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Ran – Fresque du chaos

Adaptation de littérature européenne, fable sociétale, fresque chevaleresque, polar transpirant, drame historique : Akira Kurosawa n’a pas réalisé Ran qu’il est déjà passé par tous les genres et toutes les époques, a livré certains des plus imposants chefs d’œuvre du cinéma nippon et a inspiré leurs propres classiques à d’autres. En 1985, le maître japonais n’a donc plus rien à prouver, malgré une traversée du désert qui aura presque duré quinze ans. Extirpé de cette mauvaise passe par ceux qu’il a bercés artistiquement

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[RETOUR SUR..] Kill Bill: Volume 2 – La vengeance chez Tarantino

Théoriquement, le cinquième film de Quentin Tarantino (soit le deuxième volume de Kill Bill) est en réalité considéré comme sa quatrième œuvre, fusionnant ainsi les deux volumes de Kill Bill en une entité unique dans la filmographie du réalisateur et dans son cœur (ainsi que dans le mien). Nous nous plongeons donc à nouveau dans la quête vengeresse de Beatrix Kiddo, alias La Mariée, alias Black Mamba, alias le personnage interprété par Uma Thurman. Comme mentionné dans mon précédent article,

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Cartographie du mal – Evil Dead Rise x The Shining

Récemment est sorti Evil Dead Rise2023, nouveau long-métrage de la franchise d’horreur qui se passe dans un immeuble quasiment à l’abandon. L’appartement des protagonistes, situé dans les derniers étages du bâtiment, est un lieu parfait pour faire naître de la terreur. Il est relativement isolé, car les locataires du building ont tous quittés leurs domiciles à cause de la destruction prochaine de l’immeuble. Nos personnages sont donc seuls pour faire face à une menace millénaire, sans issue de secours. Les seuls

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] A Ghost Story – Une multitude de thèmes sous un seul regard

A Ghost Story est un film qui a fait son entrée dans les salles obscures en décembre 2017 sous la direction de David Lowery, un réalisateur à la filmographie courte mais prometteuse, comme en témoigne son récent succès avec The Green Knight. Dans les rôles principaux, Casey Affleck incarne le fantôme le plus passif imaginable, tandis que Rooney Mara se démarque davantage. Nous avons ici affaire à un véritable bijou qui mérite une attention particulière. D’un point de vue technique,

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] La Nuit des morts-vivants – Nous sommes les croque-mitaines

La monstruosité est dans l’œil de celui qui regarde. Alors que certains voient leurs peurs les plus cruelles prendre vie dans des créations grotesques, d’autres trouvent une connexion bienvenue avec les pulsions les plus dégoûtantes. L’année 1968 a connu son lot de visions monstrueuses, à cheval entre la dure réalité et l’imagination débordante. Ces créatures vicieuses créées par l’homme ont permis d’entrevoir les aspects les plus sombres d’une société compliquée. Quelque chose d’excitant, en dehors des limites du studio traditionnel,

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] To Be or Not to Be – Jeu de Rôles

To Be or Not To Be est une comédie noire réalisée par Ernst Lubitsch en 1942. Alors que l’Amérique entre en guerre durant le tournage, avec l’attaque japonaise de Pearl Harbor, le cinéaste américain va écrire et réaliser cette excellente satire, teintée en permanence de la gravité du réel. Le film met en scène des comédiens polonais qui, dirigés par le couple formé par Joseph (Jack Benny) et Maria Tura (jouée par Carole Lombard qui décède peu après le tournage)

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Perfect Blue – Conte horrifique sur l’obsession de la célébrité qui se déchaîne

L’ouverture de Perfect Blue, sorti en 1998, ressemble à d’innombrables autres animes de l’époque : un groupe de héros colorés aux allures de Kamen Rider en train de combattre l’un de leurs innombrables ennemis. Mais il ne faut pas plus d’une minute pour que la caméra recule et révèle qu’il ne s’agit que d’un groupe d’acteurs donnant une représentation sur scène – une représentation qui, selon le public, semble bon marché et ne ressemble en rien à ce qu’il a

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Irréversible – Le Temps et le rêve

Alex (Monica Bellucci) se sent étouffée et veut désespérément quitter la fête. Son nouveau petit ami, Marcus (Vincent Cassel) est trop extravagant dans son comportement. Sa consommation de drogues et sa coquetterie semblent hors de contrôle, ce qui la met dans l’embarras. Son ex-petit ami, Pierre (Albert Dupontel), a une curiosité masochiste à leur égard, ce qui la met mal à l’aise. Elle les abandonne donc tous les deux en décidant de quitter la fête et de rentrer chez elle.

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif