Auteur : Louan Nivesse

LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Deux minutes plus tard – Le Tenet du grotesque

Il y a deux ans, tout juste sorti du thriller d’action à contretemps Tenet, Tom Cruise a proclamé avec joie : “Grand film. Grand écran. J’ai adoré”. Le film de Nolan était peut-être effectivement “grand”, mais il était loin d’être l’événement salvateur pour l’industrie que tant de médias avaient promis. Au lieu de cela, ses scènes d’action étaient filtrées par un ensemble de casse-têtes absurdes et insupportables, dans lesquels naviguait un personnage à peine développé, appelé seulement le Protagoniste. Mis

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Bullet Train – Les joies du destin

Après avoir livré avec John Wick l’un des films d’action les plus influents de la dernière décennie, il n’est pas exagéré de dire que le réalisateur David Leitch a tenté à plusieurs reprises de retrouver le succès retentissant de son premier film ubuesque et coloré. Après un certain nombre de successeurs assez bien accueillis comme Atomic Blonde et Nobody, Leitch revient avec sa dernière sortie (et peut-être la plus grossière) dans le genre de l’action moderne : Bullet Train. Bien

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] L’Année du requin – En dents de sea

Deux ans après le réussi Teddy, c’est avec joie qu’on retrouve les frères Boukherma au cinéma pour un nouveau cocktail de genre et de comédie. Dans ce L’Année du requin, qu’ils ont écrits et réalisés ensemble, Ludovic Boukherma et Zoran Boukherma reconnaissent l’influence des Dents de la mer de Steven Spielberg dans le scénario lui-même, calquant certains des premiers moments du classique de 1975. Adoptant un ton plus doux que celui de leur film précédent, Teddy, une comédie d’horreur sur

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Becoming Father – Un équilibre remarquable entre le bonheur et le malheur

Becoming Father espère manifester le pouvoir du balancier suspendu au-dessus de la tête d’une personne, qui oscille et cherche un point d’équilibre. Ce pendule, c’est la moralité : Au cœur de l’adaptation du réalisateur Tetsuya Mariko, il y a un viol, mais de cet acte découle une tentative de nuancer un effet réactionnaire enraciné dans les regards patriarcaux. Dans Becoming Father, Miyamoto (Sosuke Ikematsu) s’enivre d’une série de manifestations toxiques fétichisées après que sa partenaire, Yasuko (une Yū Aoi tout

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Destruction Babies – Quand la société est le problème

Shota (Nijiro Murakami) vit seul dans une tente dans la petite ville japonaise de Mitsuhama. Son frère aîné Taira (Yuya Yagira) traîne dans les rues de la ville voisine, Matsuyama. Taira est obsédé par les bagarres. S’il voit une cible dans la rue qui semble pouvoir représenter un défi, il s’approche simplement et commence à la frapper au visage. Tandis que Shota part à la recherche de Taira, ce dernier fait la connaissance de Yuya (Masaki Suda), un adolescent du

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Le Rapport Auschwitz – D’une importance vitale

Les récits des atrocités commises pendant l’Holocauste sont innombrables et, pour beaucoup de personnes vivant dans un confort et une sécurité relative à l’époque et aujourd’hui, ils peuvent être totalement inimaginables. Il n’y a guère d’autre explication à l’incapacité du monde à intervenir à temps pour sauver la vie de millions de personnes tuées dans les camps de concentration. Mais l’ampleur de la conquête et de la décimation de l’Europe par les nazis était si considérable que chaque pays a

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Persuasion – Contemporaine éloquence

Persuasion est la dernière œuvre de Jane Austen. Il a été publié six mois après sa mort, et Netflix en a fait son plus récent film. Réalisé par Carrie Cracknell, Persuasion (2022) met en scène Dakota Johnson dans le rôle d’Anne, la fille cadette de la famille Elliot. Depuis treize ans, son père, Sir Walter Elliot (Richard E. Grant), dépense l’argent de la famille pour mener un style de vie somptueux sans se soucier des conséquences de ses actes. Ses

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Tempura – Le conte d’Ohku

Tempura de Ohku Akiko est, comme son film de 2017 Tremble All You Want, le portrait d’une jeune femme solitaire dont la vie intérieure se manifeste à l’écran dans des séquences fantastiques qui rappellent davantage les animes que la comédie romantique traditionnelle. Tremble All You Want était une sorte de comédie musicale sur une femme essayant de choisir entre un béguin passé et un nouvel homme dans sa vie. Tempura est nettement plus sombre que cela, son héros ne sachant

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Don’t Make Me Go – Dramédie itinérante

Un petit road movie réconfortant, une agréable surprise disponible sur Prime Video depuis 15 juillet. Cette critique de Don’t Make Me Go souligne les qualités d’un film qui, tout en racontant une histoire pas particulièrement originale, trouve le moyen de nous étonner et de nous enthousiasmer. Tout cela grâce à un scénario délicat et bien équilibré et grâce aux performances des deux protagonistes de l’histoire, John Cho et la nouvelle actrice Mia Isaac. L’alchimie entre les deux interprètes, ici dans

LIRE LA SUITE »
PAR SAISONS

[CRITIQUE] Resident Evil (Saison 1) – Aux fraises et tant débile

Bien qu’il s’agisse de l’une des franchises de jeux vidéo les plus populaires, les plus emblématiques et les plus adaptées au cinéma, le bilan des adaptations en live-action de Resident Evil à ce jour est pour le moins mitigé, et ce, si l’on est vraiment gentil. Au-delà de la version particulièrement kitsch et divertissante de Paul W.S. Anderson en 2002, les films Resident Evil ont rarement dépassé le stade de l’amateurisme, et même le Resident Evil : Bienvenue à Raccoon

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif