47E FESTIVAL DE DEAUVILLE (2021) CINEMA DU PRÉSENT EN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Julie (en 12 chapitres) – Une étoile est née

Le genre de film qui vous rappelle à quel point le cinéma peut être séduisant, Julie (en 12 chapitres) de Joachim Trier est un triomphe. Si l’auteur norvégien s’est...
Lire la suite..
CINEMA DU PASSÉ

[RETOUR SUR..] La trilogie des Trois Couleurs – Final sublime

Krzysztof Kieślowski était à un moment charnière de sa vie lorsqu’il a réalisé sa célèbre trilogie des Trois Couleurs. Il avait décidé que ce seraient ses derniers films et,...
Lire la suite..
CINEMA DU PRÉSENT

[CRITIQUE] Les Amours d’Anaïs – Simple, facile

Une romance chaleureuse et sablonneuse qui rappelle des temps plus heureux, Les Amours d’Anaïs se délecte d’une simplicité peu commune pour un premier film. Anaïs Demoustier joue le rôle...
Lire la suite..
46E FESTIVAL DE DEAUVILLE (2020) CINEMA DU PRÉSENT

[CRITIQUE] Lorelei – Romantique tranche de vie

Dans Lorelei, le premier long métrage de la scénariste et réalisatrice Sabrina Doyle, un ex-détenu, une mère célibataire et trois enfants forment l’ossature d’une histoire de travailleurs précaires qui...
Lire la suite..
CINEMA DU PRÉSENT

[CRITIQUE] Réminiscence – Amour et souvenirs douloureusement inconfortables

Que vous souhaitiez revivre des moments tendres avec un être cher disparu ou que vous ayez besoin d’aide pour retrouver vos clés de voiture, Nick Bannister, interprété par Hugh...
Lire la suite..
CINEMA DU PRÉSENT

[CRITIQUE] Milla – L’adolescence dans ses plus (beaux ?) moments

Depuis la mort d’Ali McGraw dans Love Story, les films sur les jeunes femmes en phase terminale qui vivent une histoire d’amour transformatrice avant leur mort inévitable n’ont cessé...
Lire la suite..