Étiquette : Fantastique

LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Day Shift – Caninefornication

De temps en temps, il arrive qu’un film soit si fou, si absurde qu’il est impossible de ne pas sourire en le regardant, et pour l’instant, Day Shift est ce film. Il n’y a absolument rien dans ce film qui puisse être retenu par le spectateur dans une semaine, mais il n’y a pas non plus grand-chose à redire lorsque l’on regarde le chasseur de vampires Bud Jablonski (Jamie Foxx) découper les morts-vivants à la nuit tombée. Le ton est

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] De l’autre côté du ciel – Les pieds sur terre, la tête dans les étoiles

Quel est le premier film que vous avez vu au cinéma ? Une question importante car pour beaucoup de personnes ça a été le début de quelque chose. Le début d’une cinéphilie, d’un regard, d’un point de vue sur l’art et sur ce qui nous touche. Si Disney et Pixar ont eu pour longtemps le monopole du premier film vu au cinéma comme un gage de qualité, les animés Japonais ont souvent été vus comme une consécration, comme le symbole

LIRE LA SUITE »
PAR SAISONS

[CRITIQUE] Je s’appelle Groot (Saison 1) – Arbuste de vie

Situés dans l’entre-deux des Gardiens de la Galaxie Vol. 1 et Vol. 2, une période charnière où notre vaillante pousse évolue, les courts métrages de Kirsten Lepore se révèlent être de modestes bouffées de bonheur, où la trame narrative et la construction du monde importent peu, mais où les éclats de rire déclenchés par le charmant Groot valent bien cinq minutes de notre temps. Présenté dans Les premiers pas de Groot, doté d’un thème 8-bit entraînant, notre petit arbre en

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Luck – On a encore eu de la chance !

Luck de Skydance Animation n’est pas tout à fait le chef-d’œuvre que fut la collaboration internationale de Cartoon Saloon et Mélusine Productions. Cette histoire en animation numérique d’une jeune fille à la recherche d’une meilleure chance au nom de sa sœur adoptive a une prémisse intéressante mais se perd en cours de route. La première partie du scénario de Kiel Murray est prometteuse. Sam (Eva Noblezada), 18 ans, vit dans un foyer pour jeunes filles où elle fait office de

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Le Monstre des mers – “Libérez le Kraken !”

Chris Williams a eu un parcours effectivement réussi jusqu’à présent au cinéma. Le réalisateur, qui a été l’un des co-scénaristes du classique Mulan des années 90, est depuis lors attaché à Disney et à son style de narration particulièrement sûr. C’est également la raison pour laquelle, malgré une longue et vaste carrière en tant que scénariste, réalisateur et doubleur au sein du studio, il n’a pas encore connu de phase véritablement cinglante. Et pour cela, une seule raison est significative,

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] Hurlements – Créer un récit au suspense palpitant

Compte tenu du nombre de films d’horreur des années 1980 qui font la part belle au sang et au gore dès la première image, les rares films qui ne le font pas ne peuvent que se démarquer. Ce qui est drôle, c’est que ces derniers sont ceux que je n’aimais pas quand j’étais enfant. Je me souviens avoir regardé Hurlements de Joe Dante il y a plusieurs années à la télévision et avoir pensé que c’était trop ennuyeux pour avoir

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Thor: Love and Thunder – Les Aventures de Chris Boy et Mighty Girl

Lorsqu’on scrute les diverses œuvres cinématographiques consacrées aux protagonistes de l’Univers Cinématographique Marvel, les films mettant en vedette Thor se distinguent par leur hétérogénéité. Le Thor réalisé par Kenneth Branagh en 2011 constituait un subtil mélange d’action super-héroïque et d’esprit badin. En revanche, l’opus intitulé Thor : Le Monde des Ténèbres (2013), œuvre d’Alan Taylor, s’enfonce dans les abîmes de la saga. Quant à Thor : Ragnarok, façonné par l’artiste Taika Waititi en 2017, il s’agit d’une comédie singulière, certes,

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] La Princesse – Sur son donjon perché

La Princesse ne perd pas une seconde avant de lancer la mariée éponyme dans l’action. C’est sans doute la décision la plus judicieuse prise par les scénaristes Ben Lustig et Jake Thornton, et ce pour plusieurs raisons : l’histoire est un concept simple qui n’a pas besoin d’une mise en place élaborée, et étant donné le calendrier malencontreux de la sortie du film, qui a vu l’abrogation du droit à l’IVG des femmes américaines, on n’a pas vraiment envie qu’un

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Black Phone – Erreur de numéro

Premier film au cinéma de Scott Derrickson, depuis Doctor Strange en 2016, et son départ de la production du deuxième volet. Il revient à ce qui a fait son succès, notamment avec Sinister : le film d’horreur. Ici on suit l’histoire d’un jeune garçon qui va se faire enlever et séquestrer par un homme masqué (incarné par Ethan Hawke, déjà son acteur principal dans Sinister). Pendant sa captivité, il entendra les voix d’outre-tombe des précédentes victimes à travers un mystérieux

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Firestarter – Coup de feu manqué

Il faut quatre minutes pour qu’une seule ligne de dialogue soit prononcée dans le nouveau Firestarter. À première vue, quatre minutes de silence pour présenter les personnages principaux ne sont pas particulièrement remarquables, mais elles sont révélatrices des problèmes plus importants du film. Un sentiment de vide envahissant existe dans tous les aspects de Firestarter. Une sorte d’exécution désordonnée qui n’est pas du tout intéressée par l’étude des superpouvoirs incontrôlables d’une jeune fille qui allume des feux, qui agissent comme

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif