Mettons une chose au clair, il n’y a rien de tel qu’un film de Quentin Tarantino. Rien. Il y a peu d’expériences cinématographiques au cours desquelles vous pouvez instantanément savoir que vous regardez le mélange unique de style et de dialogue de l’ancien vendeur de vidéothèque, mais chacun de ses neuf films ont été singulièrement différents les uns des autres. Cela étant dit, il y a un certain groupe de cinéphiles, même les purs et durs de Tarantino, qui ont été déçus par son dernier film, Once Upon A Time in Hollywood.. Si vous faites partie de ceux qui sont frustrés par la longueur du film avant qu’il n’arrive là où il doit être ou par son penchant non seulement d’écrire une histoire uchronique, mais aussi d’aller de l’avant et de la réinventer, demandez-vous ceci : qu’est ce que tu voulais voir exactement ?

“Le monde qui nous entoure est dégueulasse et sordide. Je ne cherche pas à le maquiller comme 99 % des films hollywoodiens.”

Synopsis et contexte : Once Upon A Time in Hollywood se déroule après la fin de l’âge d’or d’Hollywood, qui a duré de 1917 au début des années 1960. Le public a changé, ont disparu depuis longtemps les films muets ou les grandes épopées comme Autant en emporte le vent ou Magicien d’Oz. Ils ont été remplacés par la télévision gratuite donnée au public pour regarder des divertissements depuis leurs maisons. Ce n’est pas un film sur les dernières années de l’âge d’or, comme beaucoup le disent, c’est sur les années d’après et ce que deviennent les films. Les personnages qui sont dans ces années de transition sont la star de la télévision Rick Dalton (Leonardo DiCaprio) et Cliff Booth (Brad Pitt, facilement l’un de ses meilleurs rôles), ce dernier jouant le double rôle de cascadeur et de meilleur ami de Rick. On propose à ce dernier de jouer dans une série de Spaghetti Western Pictures qui le bouleverse de toutes sortes, sentant que la fin de sa vie professionnelle est proche. Pendant ce temps, Sharon Tate (Margot Robbie) a pris la ville d’assaut, s’est retrouvée avec Roman Polanski (Damon Herriman de Mindhunter) et l’acteur Jay Sebring. Tout cela mène à cette nuit d’été sur Cielo Drive en 1969.

Tarantino a écrit le scénario et naturellement, des hypothèses ont été faites. Voici un homme qui aime les personnages féminins forts, mais qui peut finalement utiliser les femmes pour le sensationnalisme et a été accusé (à juste titre) de cracher le mot “nigger” (ou l’insulte “négro” en français) comme un moyen d’être plus nerveux que les autres. Exploite-t-il les «meurtres de la famille Manson» pour montrer qu’une belle actrice blonde est ensanglantée sur le grand écran à des fins de divertissement ? Pas si vite, c’est peut-être le fait que Tarantino s’est marié, et donc s’est calmé, et qu’il fait ça pour probablement entrer dans le sillage du mouvement #MeToo. Son film uchronique dure deux heures quarante et n’aurait pas fonctionné s’il se déroulait moins longtemps, quels que soient les changements bénins ou importants qui ont pu ou non être apportés. Ce n’est pas nouveau pour lui, son Inglorious Basterds en est un excellent exemple.

“Je suis aussi réel qu’un beignet.”

Bien sûr, il faut environ deux heures pour y arriver, flottant dans le road-trip doudou nostalgique représentant sa lettre d’amour à Hollywood, mais quelle quantité divertissante de doudou est-ce. Son scénario utilisera des mots comme des actions, comme le savent les cinéphiles, Tarantino écrit toujours comment les gens parlent réellement. Il y a quelque chose d’exaltant à regarder le Dalton de DiCaprio bégayer ses lignes en hommage à Steve McQueen, la façon dont les plaisanteries entre Pitt’s – Booth et la très jeune admiratrice de la famille élargie de Charlie, Pussycat (une formidable Margaret Qualley) plaisantent dans une vieille Cadillac DeVille, le long d’une autoroute ensoleillée. Malgré le problème que j’ai avec la narration étrangement inégale, répétée et encore répétée qui est utilisée par Kurt Russell, le script est surprenant, pratiquement sans défaut et joyeusement divertissant.

Pitt’s Booth et Pussycat : extrait.

Le film ne semble long que pour certains, car beaucoup attendent la grande fin qui, dans la vraie vie, a fait tourner la tête d’une nation. Ce qui manque, c’est que ce film est une pièce d’époque, une époque où Hollywood a tourné la page pour toujours, et un incident qui a changé le cinéma. Après avoir regardé Once Upon A Time in Hollywood, tout le film fonctionne singulièrement et n’aurait pas pu fonctionner autrement. C’est un film très divertissant, contenant l’une des meilleures performances de Brad Pitt et une ode presque perverse à l’amour d’un réalisateur pour les films. Je ne mettrais pas son neuvième film avec Pulp Fiction, Django Unchained ou Reservoir Dogs, mais ce chapitre est de loin son morceau de cinéma le plus mature, même fondé et le plus magnifiquement tourné à ce jour.

Once Upon A Time in Hollywood est disponible en DVD/Blu-ray.

3
0