[RETOUR SUR..] Sixième Sens – La peur de la solitude

[RETOUR SUR..] Sixième Sens – La peur de la solitude

14 novembre 2021 0 Par Louan N

Il est facile de se moquer du scénariste/réalisateur M. Night Shyamalan de nos jours. Après une première période de succès acclamés par la critique, il a connu une chute vertigineuse qui l’a vu pondre plusieurs navets tournés en dérision par la critique, mais qui sont restés des succès cultes pour leur hilarité involontaire ou pour les gens qui les regardent en se demandant : « Mais qu’est-ce qu’il s’est passé ? » Alors qu’il semble bénéficier d’un retour en grâce, revenons à ce premier succès qui l’a rendu célèbre : le drame horrifique Le Sixième Sens. Lors de sa sortie en 1999, Le Sixième Sens a connu un succès critique et commercial massif, des nominations aux Oscars (dont celle du meilleur film) et l’honneur de devenir un pilier de la culture pop quasi instantané qui a fait dire à tout le monde : « Je vois des gens qui sont morts ». Cependant, après 20 ans et le fait que la réputation de Shyamalan a pris un tel coup, le film tient-il toujours la route ? La réponse courte est oui.

L’histoire du Sixième Sens, concernant un jeune garçon confronté à des esprits fantomatiques, ressemble à une histoire d’horreur surnaturelle typique. Cependant, décrire Le Sixième Sens comme un film d’horreur n’est pas tout à fait exact. En réalité, le film est plutôt un drame basé sur les personnages (une description à laquelle Shyamalan lui-même souscrit) ,sur la solitude, le chagrin et le dépassement d’un traumatisme, bien qu’il comporte des éléments surnaturels qui font froid dans le dos.

Paranormal activity

Les éléments d’horreur sont de nature secondaire, les frayeurs étant relativement rares. Cela ne veut pas dire que le film ne comporte pas quelques moments troublants. L’infâme discours « Je vois des gens qui sont morts » a toujours un effet flippant, même après 20 ans. Le reste du film s’appuie principalement sur des jumpscares qui fonctionnent bien, mais j’ai l’impression qu’ils seraient plus efficaces si la partition musicale ne les annonçait pas à l’avance. Cependant, contrairement à ce que l’on pourrait attendre d’un film d’horreur, la représentation des fantômes qui, malgré leur apparence souvent horrible, ne sont pas des esprits maléfiques qui veulent faire du mal. Il s’agit plutôt d’âmes perdues et tragiques qui tentent de trouver un sens à leur vie, soit en recevant de l’aide des vivants, soit en aidant les vivants. La réalisation de Shyamalan est exemplaire et nous rappelle qu’il possède un talent considérable derrière la caméra. Le film est lent et délicat, l’histoire évoluant à un rythme méthodique, la plupart du temps au cours de longues scènes dialoguées qui, bien que légères en termes d’action, ont un fort impact émotionnel. La scène finale entre Cole et sa mère (Toni Collette) est l’une de ces scènes, un véritable coup de poing dans lequel, après avoir lutté pour communiquer tout au long du film, les deux hommes finissent par s’ouvrir l’un à l’autre dans un final véritablement émouvant et déchirant.

Haley Joel Osment (qui a été nommé aux Oscars pour son rôle) est fantastique dans le rôle de Cole, un jeune garçon atteint du sixième sens. Dans ce qui a dû être un rôle émotionnellement épuisant pour un si jeune acteur, Osment interprète le rôle avec une vulnérabilité et un sentiment de solitude tragique pour lesquels on ne peut s’empêcher de ressentir une immense sympathie. Toni Collette (qui a également été nommée aux Oscars) est tout aussi brillante dans le rôle de la mère de Cole. L’actrice australienne fait preuve d’une grande polyvalence dans le rôle d’une mère stressée qui cherche désespérément à comprendre son enfant tout en essayant de gérer discrètement ses propres troubles émotionnels. Si Osment et Collette sont remarquables, la surprise du film vient de son acteur principal, Bruce Willis. Dans le rôle du psychologue pour enfants Malcolm Crowe, Willis offre l’une des meilleures performances de sa carrière, parfait dans le rôle d’un homme qui tente de se racheter auprès de ses échecs passés, alors que sa vie personnelle implose sous ses yeux. Après avoir souffert de ses œuvres plus récentes où il s’efforce à peine, c’est une re-révélation de voir Willis donner une performance aussi discrète, mais étoffée et étonnamment émotionnelle. Par exemple, lorsque Malcolm avoue son incertitude quant à sa capacité à aider Cole, la vue de ses larmes est une démonstration subtile du jeu de Willis qui contient plus d’émotion que ses 10 derniers films réunis. C’est une performance brillante qui nous rappelle que Bruce Willis peut être un grand acteur si seulement il essaie.

Souvenirs de vie

Bien sûr, on ne peut pas parler du Sixième Sens sans parler du désormais tristement célèbre twist final. Un rebondissement si célèbre que le fait de le spoiler est devenu une chute. Cependant, par égard pour les trois personnes qui n’ont pas encore vu Le Sixième Sens, je ne vais pas révéler quoi que ce soit. Ce que je dirai, c’est qu’il reste le meilleur twist de Shyamalan et celui qui, malgré des efforts répétés, n’a jamais été égalé et ne le sera probablement jamais. Grâce à de superbes performances, à une réalisation intelligente et à un scénario astucieux qui allie l’horreur et le drame, Le Sixième Sens est un film formidable qui nous rappelle pourquoi, après des décennies de moqueries, Shyamalan a été initialement (et sans doute à juste titre) célébré comme un génie du cinéma.

Le Sixième Sens disponible en (S)VOD, DVD et Blu-ray.

0
0