[rETOUR SUR..] Total Recall – Mémoires programmées

En l’année 2084, Douglas Quaid, un humble ouvrier du bâtiment incarné par Arnold Schwarzenegger, est tourmenté par des rêves récurrents envahissants mettant en scène la planète Mars. Cependant, sa femme Lori, interprétée par Sharon Stone, hésite à s’embarquer dans un voyage spatial. Face à cette obsession martienne, Quaid décide de franchir les portes de Rekall, une agence spécialisée dans l’implantation de souvenirs. On lui promet une expérience mémorielle de super-agent secret opposé au régime en place. Mais voilà, lors de cette procédure, l’implant réveille des souvenirs enfouis de son passé en tant qu’agent secret authentique, œuvrant sur la véritable Mars. S’ensuit une traque impitoyable orchestrée par les forces gouvernementales, désireuses de prévenir la révélation d’une information capitale de son histoire, d’une importance cruciale pour la résistance martienne anticoloniale. Quaid doit échapper à ces agents, quitter la planète rouge, rallier les rangs des rebelles et délivrer les informations enfouies dans sa mémoire, tandis que toutes les forces terrestres s’évertuent à l’en empêcher, à l’empêcher d’accomplir ce “Recall Total”. Pendant ce périple haletant, une interrogation majeure plane dans les cieux martiens, tout comme un ciel écarlate flamboyant : quelle est la part de vérité dans cet écheveau, et quelle est celle d’un simple artifice mémoriel ?

En somme, la trame narrative foisonne d’événements à une époque donnée. Bien que cela puisse sembler confus, il convient de rappeler que nous sommes en présence d’un scénario élaboré sur près de deux heures, tiré d’une nouvelle de 23 pages signée par le grand maître de la science-fiction, Philip K. Dick. Ce chaos scénaristique sert à démontrer l’extraordinaire cohérence et construction de Total Recall, une prouesse remarquable pour un film d’action de science-fiction issu de l’âge d’or du genre. Cette cohérence n’est pas à sous-estimer, car elle confère au film un rythme effréné, en faisant l’une des expériences cinématographiques les plus palpitantes jamais créées. C’est un cocktail d’adrénaline, d’humour, de réflexion philosophique et de légèreté, jonglant souvent habilement entre ces quatre éléments au sein d’une même séquence. Les rebondissements s’enchaînent et se révoquent en un clin d’œil. Les réflexions sur la nature de la moralité, lorsque les souvenirs sont interchangeables, se muent soudain en banalités sur les céréales du petit-déjeuner. Sharon Stone assène deux coups au bas-ventre d’Arnold Schwarzenegger dans le premier acte, pour réapparaître quarante minutes plus tard, respectant ainsi la règle comique du trio. Total Recall, c’est l’essence même du cinéma américain de blockbuster, réduite à sa forme la plus pure.

Ce qui rend le long-métrage encore plus fascinant, c’est que son scénario était voué à l’échec à Hollywood. Durant 14 longues années, entre l’acquisition des droits de l’œuvre de Dick et sa sortie triomphale en 1990, le projet a erré de maison de production en maison de production, sans jamais trouver sa voie. Le scénario a subi d’innombrables révisions et réécritures, impliquant une multitude de noms célèbres du cinéma des années 1980 tels que Richard Dreyfuss, David Cronenberg et Patrick Swayze, pour n’en citer que quelques-uns. Finalement, c’est l’engagement d’Arnold Schwarzenegger qui a donné naissance à l’un des scénarios les plus improbables de l’industrie. Le fait même que Schwarzenegger ait pris une telle responsabilité, incluant une part considérable des profits du film, et qu’il ait choisi Paul Verhoeven comme réalisateur en raison de son amour pour RoboCop, aurait dû suffire à sceller le sort funeste du projet. Pourtant, il en a résulté quelque chose de véritablement extraordinaire.

Bien sûr, l’une des principales raisons de l’hésitation des producteurs à s’engager dans le projet résidait dans son coût exorbitant à l’époque. Total Recall figurait parmi les films les plus onéreux de son temps, et il est donc miraculeux qu’aucun compromis majeur n’ait été fait. Malgré le tournage juste avant l’avènement des effets spéciaux numériques, le film privilégie les effets pratiques, offrant ainsi une esthétique qui vieillit avec grâce, à l’exception d’une seule séquence impliquant un scanner à rayons X, seule concession du film aux images de synthèse. Les prédictions technologiques du film, bien que teintées d’optimisme, s’inscrivent dans la lignée des rêves irréalistes de Star Trek, renforçant l’idée que le film ne se prend au sérieux que lorsque cela s’avère strictement nécessaire. Cette approche s’étend également aux performances des acteurs : Schwarzenegger livre peut-être l’une de ses meilleures prestations, tandis que Michael Ironside, dans le rôle de l’antagoniste, excelle dans sa méchanceté grinçante, à l’image des vastes décors en polystyrène du film.

Total Recall est un film qui savoure ses propres paradoxes. Le Quaid de Schwarzenegger incarne un homme ordinaire au physique surdimensionné, oscillant entre la confusion candide et les réparties cinglantes tout en arrachant les bras de ses adversaires. Le film propose une mise en abyme “du titre du film dans le film” remarquablement exécutée, tout en se prêtant volontiers à une analyse sociologique et psychologique. Il pourrait être considéré comme le frère maladroit de Blade Runner, élevé au son du gothique plutôt qu’à celui de la new wave. L’oeuvre, avec insouciance, danse entre l’ego et la psyché de ses personnages. L’ambiguïté qui entoure le déroulement des événements, que tout ce que l’on voit à l’écran après les cinq premières minutes se produise ou non, n’a d’autre dessein que d’éclairer une question secondaire, mais ô combien essentielle : quand le divertissement atteint de tels sommets, qui s’en soucie vraiment ?

Total Recall de Paul Verhoeven, 1h53, avec Arnold Schwarzenegger, Rachel Ticotin, Sharon Stone – Ressorti au cinéma le 16 septembre 2020

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *