En 2002, le camp de détention de Guantanamo Bay a été établi sur la côte de éponyme à Cuba par l’administration George W. Bush en réponse aux attaques terroristes qui ont eu lieu à New York le 11 septembre 2001. Selon le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld, le camp a été créé « pour détenir des personnes extrêmement dangereuses, pour interroger les détenus dans un cadre optimal et pour poursuivre les détenus pour crimes de guerre », autant d’objectifs apparemment admirables qui n’ont pas vraiment abouti. En l’espace de quelques années seulement, il a été révélé que non seulement certains prisonniers étaient détenus indéfiniment sans procès, mais qu’un grand nombre d’entre eux était également torturé régulièrement dans le but d’obtenir des « renseignements sur les organisations terroristes », des renseignements qui ne se sont jamais matérialisés. Bien que l’ancien président Barack Obama ait eu l’intention de fermer le camp pendant sa présidence, il n’a réussi qu’à réduire le nombre de détenus, et Guantanamo Bay reste ouverte à ce jour.

Cette brève leçon d’histoire sert de connaissances, de base essentielles pour Kevin McDonald’s (Le dernier roi d’Écosse, Jeux de pouvoir). The Mauritanian, une histoire racontée dans cette prison militaire mortifiante, considérée comme « une menace pour les droits de la personne » par Amnesty International, et principalement centrée sur le sort d’un Mohamedou Ould Salahi (Tahar Rahim). La lutte de Salahi est une tragédie troublante dans la vraie vie. En 2002, le Mauritanien a été accusé d’être l’un des architectes des attentats du 11 septembre, puis envoyé à Guantanamo où il est resté, sans jamais être officiellement accusé de crime, jusqu’au 17 octobre 2016. Essentielle à la libération de Salahi a été le travail de l’avocate Nancy Hollander (Jodie Foster), une avocate de la défense diligente qui, avec Teri Duncan associée junior et traductrice (Shailene Woodley), a découvert la tromperie du camp de détention et a évité l’intervention du lieutenant-colonel Stuart Coach (Benedict Cumberbatch), un procureur militaire ayant un lien personnel avec l’affaire Salahi. Au fil du temps, les trois personnes se sont rendu compte que la brutalité de Guantanamo Bay allait au-delà de ce qu’on avait jamais imaginé, mettant en lumière la corruption structurelle et contribuant à notre prise de conscience des atrocités commises jour après jour en matière de droits de la personne.

Bien que The Report de 2019, une procédure politique sur l’enquête de la commission du renseignement du Sénat sur l’utilisation de la torture par la CIA après le 11 septembre, ait raconté une histoire similaire il y a un peu plus d’un an, The Mauritanian contourne les comparaisons avec ce thriller actuel en privilégiant une narration plus personnelle et en adaptant explicitement les propres mémoires de Salahi, Guantanamo Diary, en plaçant la perspective du prisonnier au premier plan. Le gouvernement a sa juste part de représentation dans cette histoire, mais, en fin de compte, c’est le bilan des expériences de Salahi avant tout, et The Mauritanian bénéficie grandement de l’authenticité qu’il incorpore de ses propres récits de son temps à Guantanamo Bay. C’est une chose d’être simplement informé de la terreur que l’on endure en étant emprisonné à Guantanamo Bay, mais c’en est une autre d’être témoin de cette méchanceté, The Mauritanian nous met fermement à la place de Salahi, car il est victime de certaines des violations des droits de la personne les plus horribles qu’on puisse imaginer. Même s’il ne s’agit pas d’exploitation, McDonald’s est déterminé à capturer toute la sauvagerie de la baie, sans jamais édulcorer ses tactiques de torture. Et, tout au long de tout cela, la barbarie est d’autant plus insupportable que l’on se souvient que le gouvernement n’a aucune « bonne » raison de garder Salahi en captivité, au lieu de cela, il a simplement été victime des tentatives de l’administration Bush d’appréhender tous les agents d’Al-Qaïda « de grande valeur » au Moyen-Orient, passant parfois par rien de plus qu’un appel téléphonique qu’une personne a déjà adressé à un autre sujet suspect ou même une simple rumeur. Franchement, l’insolence est juste exaspérante. De la première image à la dernière, Rahim apporte un réalisme brut à son rôle de Salahi, puisant dans sa tourmente intérieure et rendant sa douleur (physique et mentale) palpable au public. Avant d’apprendre la vérité concrète concernant son enfermement, nous (et les personnages) sommes nourris d’innombrables mensonges sur le personnage de Salahi, et c’est au crédit de Rahim que nous ne doutons presque jamais de son innocence malgré tout. Parce que Rahim croit en la sincérité de Salahi, nous acceptons trop aveuglément ses témoignages comme la vérité sans aucune question, et la façon dont il suscite sans effort notre investissement émotionnel avec un plaidoyer passionné ou même simplement une expression sans joie est tout simplement extraordinaire. Tout simplement, The Mauritanian est aussi fort qu’il l’est grâce au sérieux avec lequel Rahim s’engage dans son habitation du personnage principal.

Même tout en gardant le point focal du film principalement sur les conflits de Salahi, le Mauritanien trouve encore le temps d’étoffer pleinement son casting secondaire empilé, avec Foster, Woodley et Cumberbatch tous tournant dans un travail également en trois dimensions. Foster, dans son premier rôle au cinéma depuis Hotel Artemis en 2018, est un formidable pétard comme Hollander entêtée, ne s’éloignant jamais de sa recherche des véritables dissimulations gouvernementales à Guantanamo Bay ou de sa poursuite pour prouver l’innocence de Salahi. Elle n’est pas sans moments de faiblesse, mais, pour la plupart, elle ne faiblit jamais dans sa foi en Salahi, et son attention intense pour l’affaire est tout simplement louable (ce que Foster joue parfaitement). Woodley a un peu moins à faire, mais son incapacité à cacher ses émotions contraste avec la froideur de Foster de manière convaincante, créant une dynamique qui exige notre attention à tout moment. À l’inverse, Cumberbatch est en fait doté d’une intrigue secondaire assez substantielle, ce qui est particulièrement important compte tenu du cliché que son personnage aurait pu être, et il profite certainement de son opportunité pour transmettre avec compassion le bras de fer interne de Coach, une guerre entre sa morale et ses obligations envers son travail. En tant qu’homme qui a perdu un meilleur ami le 11 septembre, il ne pourrait pas être plus déterminé à éliminer toutes les menaces terroristes contre les États-Unis, mais lorsqu’il se rend compte de l’ampleur de l’injustice qui se produit à Guantanamo, Peut-il faire la queue et fermer les yeux ? Cumberbatch décrit le changement d’opinion de Coach sur le cas de Salahi de manière assez convaincante, et il assure que le développement de Coach est perçu comme plausible tout au long, ne se livrant jamais à des actes exagérés et / ou inauthentiques de quelque nature que ce soit. 

En fin de compte, le public trouvera peut-être un peu de soulagement dans la résolution gratifiante de The Mauritanian, mais dès que cette satisfaction se dissipera, beaucoup se retrouveront avec un dégoût persistant pour la dépravation de Guantanamo Bay, et ça ne pourrait pas être un plus grand compliment pour les histoires envoûtantes exposées ici. Le but premier de The Mauritanian est peut-être d’éduquer ses spectateurs sur les maux de cette prison militaire (qui fonctionne encore), mais, dans le même temps, elle réussit à attiser simultanément la colère des individus exposés à ces atteintes aux droits de l’homme et à les tenter d’agir à leur propre époque, en dépeignant l’art politique dans sa plus grande puissance.

Désigné coupable au cinéma le 14 juillet 2021.

0
0