[CRITIQUE] The Duke – En cœur et en charme

[CRITIQUE] The Duke – En cœur et en charme

20 mai 2022 0 Par Louan N

Dernier long métrage du célèbre cinéaste britannique Roger Michell, The Duke offre une parenthèse appropriée à la carrière d’une force sous-estimée du cinéma britannique. Avec les vétérans Jim Broadbent et Helen Mirren, The Duke raconte l’histoire vraie de Kempton Bunyon (Broadbent), un retraité politiquement actif et un excentrique charmant qui se retrouve en procès pour avoir volé le portrait du duc de Wellington par Francisco de Goya. Sa femme Dorothy (Mirren), toujours exaspérée, et son fils Jackie (Fionn Whitehead) sont rapidement impliqués dans le projet de Kempton de prendre le tableau en otage pour atteindre ses objectifs politiques, à savoir l’abolition de la redevance télévisuelle pour les personnes âgées.

Avec une histoire aussi absurde que celle-ci, la retenue caractéristique de Michell fait ressortir la substance, et sa mise en scène discrète s’efface volontiers pour laisser la place aux performances de ses acteurs. Il s’ensuit que The Duke n’a rien de tape-à-l’œil, rien qui puisse détourner l’attention de l’excellent travail de Mirren et Broadbent, qui exécutent tous deux chaque moment comique et dramatique à la perfection. Et alors que beaucoup pourraient trouver que le manque d’ingéniosité visuelle est un échec compte tenu du support, le film communique une recherche claire de la substance sur le style, et gère cette approche avec maturité et assurance. La réalisation de Michell, fidèle à la forme du réalisateur, est sans faille, mettant en valeur ses interprètes dans des compositions discrètes avec une intentionnalité raisonnée, ce qui contribue à l’impression d’authenticité du film.

De France Télévision au cinéma

Au lieu de produire un film de hold-up lisse, à la Soderbergh, la version de Michell est tout à fait britannique, remplaçant la figure de l’escroc beau parleur du cinéma de braquage américain par un vieil homme maladroit et empoté, et empruntant même ses effets de transition à la télévision britannique du milieu des années 80. Michell prend également soin d’intégrer les spécificités des croyances socialistes de la vieille garde de Bunyon et tire un véritable pathos de l’omniprésent système de classe britannique plutôt que de s’appuyer simplement sur une vague motivation à la Robin des Bois. En d’autres termes, The Duke est un film qui semble véritablement enraciné dans les communautés ouvrières du nord qu’il dépeint, cette fidélité étant un complément parfait à la sottise de l’intrigue et des personnages du film.

Un monde qu’il ne peut plus voir en peinture

Le plus grand héritage de Roger Michell en tant que cinéaste sera peut-être son passage habile de la scène à l’écran, et l’approche dominante consistant à privilégier les acteurs qu’il semble avoir apprise de ces premières années. Michell a toujours été doué pour obtenir des performances remarquables de ses interprètes, et The Duke ne fait pas exception à la règle. Si le film est certes pittoresque et si discret qu’il est peut-être trop facile pour certains spectateurs de passer à côté de son poids dramatique considérable, il prouve également que des acteurs aussi singuliers que Mirren et Broadbent n’ont pas besoin de rôles prestigieux et surannés pour s’épanouir.

The Duke n’est peut-être pas un film radical, mais il offre une fin satisfaisante à la carrière de Michell en fonctionnant comme le genre de concept simple et bien exécuté pour lequel il s’est montré si doué, combinant avec succès toutes les caractéristiques de la carrière du réalisateur dans un film absurde et réconfortant sans jamais tomber dans le ringard.

Note : 3.5 sur 5.

The Duke au cinéma le 11 mai 2022.

0
0