L’univers Kingdom est de retour avec un très agréable cadeau, un épisode spécial dérivé intitulé Kingdom : Ashin of the North, pour vous faire voyager avec les nouveaux personnages alors que nous entrons dans la troisième saison de la série. Depuis sa naissance dans le monde de Netflix, Kingdom s’est imposée comme la meilleure série télévisée de zombies en provenance de Corée. En outre, la série renoue avec le type de narration allégorique inauguré par les films de zombies classiques de George Romero, en utilisant les “morts-vivants” comme métaphores de l’avidité insatiable de l’humanité et des divisions de classe de l’ère Joseon.

Toutes ces qualités et bien d’autres encore sont présentes dans ce préquel particulièrement fascinant. Le scénariste Kim Eun-hee et le réalisateur Kim Seong-hun retournent dans le monde de Kingdom pour se pencher sur les origines de la plante de résurrection violette, la peste zombie et les motivations déchirantes d’un mystérieux méchant. D’une durée de 93 minutes, ce film est aussi long qu’un long métrage, mais aussi épique et tragique. Commençant des décennies avant la série, Ashin Of The North met en scène Jun Ji-hyun (ou Gianna Jun) dans le rôle d’Ashin, un personnage mystérieux que nous avons brièvement aperçu dans le final de la deuxième saison. La première fois que nous la rencontrons, elle est une petite fille (jouée par Kim Shi-a) vivant dans un village frontalier entre Joseon et leurs féroces ennemis des plaines de Mandchourie, le peuple Jurchen. Bien que sa tribu, les Seongjeoyain, soit techniquement Jurchen, le fait qu’ils aient vécu en terre Joseon pendant si longtemps signifie qu’ils sont rejetés par leur propre peuple comme des traîtres. Malheureusement, en raison de leurs racines raciales, tous les habitants du village d’Ashin sont méprisés comme des citoyens de seconde classe à Joseon également. Alors que le pays est en ruine à cause de l’invasion japonaise dans le sud, le village frontalier d’Ashin devient le point de départ d’un conflit qui se prépare dans le nord, les guerriers Jurchen se rendant compte que les forces de Joseon sont à bout de souffle. Lorsqu’une dispute sur un territoire de chasse menace de déclencher une guerre totale, la famille d’Ashin et ses voisins sont pris entre deux feux.

Orpheline et seule, notre protagoniste désemparée est tentée d’utiliser la plante de résurrection mythique, le saengsacho, qui pousse naturellement dans la région, pour sauver ses proches. Après être tombée sur un sanctuaire abandonné au fond des bois et avoir appris les effets de la plante grâce à d’anciennes peintures murales gravées dans la pierre environnante, Ashin est convaincue que les légendes sur cette herbe magique ne sont pas des contes de fées. Alimentée par un chagrin furieux et poussée par des connaissances dangereuses, la jeune Ashin entre dans l’âge adulte, affinant ses talents de combattante et concoctant un plan diabolique pour venger les Seongjeoyain et anéantir Joseon et les Jurchen. Ashin devrait probablement être considérée comme une méchante dans le grand schéma de la saga Kingdom (compte tenu de la mort et de la destruction vues dans la série principale), mais Kim Eun-hee fait un travail fantastique en plongeant le spectateur dans l’état d’esprit d’Ashin au fil des rebondissements, nous permettant non seulement de compatir et d’admirer sa ténacité, mais aussi d’encourager sa vengeance sanglante. Nous avons vu tout au long de la série comment les villageois d’Ashin ont été ignorés de manière flagrante, tant par le gouvernement Joseon que par les tribus Pajeowi, qui sont techniquement la même tribu que la leur. Malgré la promesse de Joseon de reconnaître officiellement leur village et de promouvoir son père en tant qu’officier, ses villageois continuent de vivre sans affirmation, sans loi et sans reconnaissance de leur identité de villageois frontaliers. Ils continuent d’être exclus en raison de leurs racines sociales, ce qui les place en seconde zone dans la construction sociale de Joseon. Ashin est également confrontée à la répression lors de son entrée dans l’âge adulte. Son personnage représente une victime d’un système destructeur contrôlé par l’excès d’indulgence et l’égocentrisme des humains ; elle est maintenue dans la cage à cochons par Joseon, elle est un objet de sexualisation tout au long de sa vie dans le territoire réservé aux hommes et elle est l’objet de propagande. 

Il s’agit d’un voyage anti-héroïque émotionnellement engageant qui vous laisse aussi enragé que son protagoniste. Mais lorsque l’ampleur de sa vengeance apparaît clairement, même le spectateur le plus sympathique sera horrifié par la dépravation du plan d’Ashin. Visuellement, les nouveaux lieux d’Ashin Of The North permettent également au réalisateur Kim Seong-hun de jouer avec une grande variété de palettes géographiques inédites dans la série Kingdom. De la majestueuse étendue de la Mandchourie aux forêts de conifères profondes et sombres, en passant par des paysages de neige d’une blancheur éblouissante, les paysages nordiques sombres et solitaires ne font qu’approfondir la description de la tristesse et du désespoir d’Ashin. Fidèle à sa série mère, Ashin Of The North conserve l’œil esthétique ravissant de Kingdom, cadrant avec finesse les terrains accidentés, les batailles cinétiques, les costumes d’époque détaillés et même la pauvreté crasse. La photographie est de premier ordre. Le bleu, le violet, l’orange, le brun foncé et le noir dominent le film, créant un ton froid. Par rapport aux saisons précédentes, qui se concentrent sur Joseon, il y a également une grande variété de schémas, qui sont à la fois enchanteurs et palpitants. N’oublions pas de parler de la bande-originale de Kingdom : Ashin of the North. Dès le début du film, la musique fait un excellent travail d’agitation et d’ambiance. L’utilisation de cordes, de percussions, de distorsion, combinée à une série de sons non conventionnels, fonctionne efficacement pour enrichir l’histoire et la dynamique. Je tiens également à souligner l’aspect inclusif des sous-titres. 

À l’exception de quelques petits trous dans l’intrigue et de problèmes de logique, Ashin Of The North est une entrée bien rythmée et tout à fait passionnante de la franchise Kingdom qui fait beaucoup pour approfondir sa mythologie fascinante, mettre en place un antagoniste convaincant et étendre son monde bien au-delà du prince héritier Lee Chang, de Seo-bi et de Yeong-shin. Pris dans le vide, Ashin Of The North fonctionne fantastiquement comme un film passionnant qui peut être apprécié même si vous n’avez jamais vu Kingdom. Mais dans un sens plus large, les graines plantées ici ouvrent une myriade de directions narratives excitantes pour la troisième saison de Kingdom à venir, et même des spin-offs potentiels.

Kingdom : Ashin of the North exclusivement disponible sur Netflix.

1
0