[CRITIQUE] Dual – Un double pour ne faire qu’un

Publicités

Après le succès critique considérable de L’Art de l’autodéfense en 2019, tous les regards étaient tournés vers Riley Stearns pour voir quel sujet il aborderait ensuite après avoir si habilement désossé la masculinité toxique dans son deuxième long métrage. Et ce qu’il y a de mieux avec un film de Riley Stearns, c’est que, même si l’on connaît son scénario à l’avance, on sait rarement à quoi s’attendre, car son style satirique caractéristique transforme ses concepts initiaux en concepts originaux, faisant de chacun de ses films une expérience mémorable qui ne pourrait être créée par personne d’autre.

C’est pourquoi, même si son dernier long métrage, Dual, ressemble au film Swan Song de Mahershala Ali sorti l’année dernière (Dual raconte l’histoire d’une femme dans un futur proche, Sarah (Karen Gillan), qui apprend qu’elle est en phase terminale et qui se soumet à une procédure de clonage pour éviter à sa famille la douleur de la perdre), Stearns donne une tournure inattendue à cette histoire, en modifiant l’arc du personnage de Sarah : Lorsque Sarah se rétablit miraculeusement, elle apprend qu’elle ne peut coexister avec son clone et que, selon la loi, elle et son clone doivent se battre en duel jusqu’à la mort pour déterminer qui sera autorisé à vivre en tant que la seule vraie Sarah. C’est une idée passionnante pour un film de science-fiction, et Dual démarre sur les chapeaux de roue. Malheureusement, malgré l’excellent travail de Karen Gillan dans le rôle principal et une construction du monde remarquable, toutes les étapes de ce film ne s’assemblent pas aussi clairement que dans les projets précédents de Stearns, et une fin insipide laisse les choses sur une impression de fadeur.

Personne ne dira jamais d’un film de Riley Stearns qu’il est dépourvu de créativité, et c’est encore le cas ici, la situation qu’il met en place pour Sarah est intrigante et imaginative, et nous sommes rapidement fascinés par l’histoire qui se cache derrière les affrontements entre humains et clones, sanctionnés par le gouvernement, mais aussi par l’impact d’une procédure aussi innovante que le clonage sur les relations interpersonnelles. Et si un parent ou un conjoint préférait votre clone à vous, comme c’est le cas pour Sarah ? Stearns plonge dans l’inconfort de ces relations avec un abandon insouciant, nous forçant à nous confronter à l’horrible grossièreté de ces conversations, avec son humour sec et noir. Il y a aussi un commentaire social légèrement convaincant sur la télé-réalité et la tendance de notre culture à se réjouir de la violence télévisée, mais il n’est pas résolu aussi bien qu’il aurait pu l’être, et c’est un problème central de Dual dans son ensemble. Bien que Stearns excelle lorsqu’il se concentre sur l’étude de l’intériorité de la psyché de Sarah et sur ses relations personnelles, son étude des thèmes plus vastes de Dual n’est pas à la hauteur, et cela est particulièrement évident dans le final peu convaincant, qui se termine par des pleurs plutôt que par une explosion.

Indépendamment des maladresses du scénario, Gillan est un joli rôle principal pour cette aventure sombrement amusante, parfaitement aligné sur les sensibilités comiques de Stearns et faisant le travail nécessaire pour différencier Sarah de son clone tout en s’assurant que les deux délivrent des dialogues drôlement secs avec la même efficacité. Certains trouveront peut-être Gillan trop distante sur le plan émotionnel, mais ceux qui sont familiers avec les films de Stearns trouveront qu’elle joue le rôle d’un protagoniste de Stearns avec une précision esthétique et affective, tandis que la progression de ses prouesses physiques à l’approche du duel est tout aussi crédible. Aaron Paul, est le seul membre du casting à laisser une forte impression en dehors des Gillan. Si son Trent, l’entraîneur de Sarah, n’a rien à envier au Sensei d’Alessandro Nivola dans L’Art de l’autodéfense, il se comporte avec une bravoure similaire qui fait de lui un adversaire fascinant pour Sarah alors qu’elle se prépare au combat de sa vie. Dual n’est jamais plus captivant ou vivant que lorsque ces deux-là partagent l’écran, et cela témoigne de la puissante présence de Paul qui vous manque à chaque instant lorsqu’il est absent.

Publicités

Bien que Stearns n’ait pas réussi à reproduire le succès de L’Art de l’autodéfense et sa narration socialement pertinente et intellectuellement stimulante, Dual offre un divertissement décent sur le moment, et la réalisation habile de Stearns lui insuffle une énergie passionnante qui anime le film presque tout du long. Il est dommage qu’il trébuche autant lorsqu’il atteint son point culminant, car ce final imparfait fait baisser le film de quelques crans, mais cela ne discrédite pas l’excellent travail de Stearns dans la préparation ni l’engagement convaincant de la performance principale de Karen Gillan.

Note : 2.5 sur 5.

Dual en compétition à la 48e édition du festival du cinéma américain de Deauville, prochainement sur Canal+.

1
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *