Au début, il y avait Eve. En 2018, ce thriller d’espionnage infortuné devait être dirigé par Matthew Newton, l’écrivain et réalisateur australien de Who We Are Now qui a une longue liste d’accusations criminelles et de condamnations à son nom, y compris celles pour violences conjugales. C’est le genre de choses qui rebutait la productrice et vedette du film, Jessica Chastain, une fervente adepte des mouvements Time’s Up et Me Too, mais apparemment non. Néanmoins, une contre-attaque frénétique contre lui et l’hypocrisie de Chastain a forcé Newton à se retirer et être remplacé à la dernière minute par Tate Taylor. Le titre a été changé pour Ava, vraisemblablement sous l’hypothèse que trois lettres palindrome avec un V au milieu passerait complètement inaperçu. Ava est actuellement disponible sur Netflix en Europe, où l’on suppose que toute la controverse sera de nouveau creusée, ce qui ne rendra probablement pas service à un bon film et fera probablement couler celui-ci, et on va le dire légèrement mais sincèrement : Ava est loin d’être un bon film.  

Synopsis : Ava est une tueuse travaillant pour une organisation d’opérations secrètes, qui parcourt le monde en exécutant des contrats de hauts profils. Lorsqu’un travail tourne mal, Ava est obligée de se battre désormais pour survivre.

Ava n’est qu’un thriller d’action générique, il est difficile de le recommander à cause de sa répétition de clichés, d’intrigues tortueuses et d’actions périmées qui atteignent parfois un niveau de montage de « Liam Neeson grimpant une clôture dans Taken 3 » par Zach Staenberg. C’est aussi parce que l’on passe trop vite sur certains clichés dramatiques du genre : une sorte de mélodrame familial ridicule, avec des problèmes de papa et de maman, un triangle amoureux compliqué, et de la toxicomanie, entre autres. C’est stupide en grande partie parce que cela se prend beaucoup trop au sérieux. Chastain, en particulier, donne un traitement vraiment réfléchi au rôle de l’assassin de haut niveau Ava, et le fait qu’elle est bonne dans son jeu malgré qu’elle soit aux prises avec un scénario lamentable – crédité, peut-être sans surprise, à Newton – témoigne de son pouvoir de star. Elle fait tout ce qu’elle peut pour donner des contours émotionnels à un personnage dont toute la trame de fond – des échauffourées d’enfants de la rue à la toxicomanie et à l’alcoolisme, au recrutement dans l’armée et aux assassinats de black-ops – est révélée au générique d’ouverture par diverses coupures de journaux, photographies d’archives et des documents partiellement expurgés. Le film la trouve en train de travailler pour Duke (John Malkovich), une figure paternelle qui aimerait qu’elle arrête de trop bavarder avec ses victimes avant qu’elle ne suscite la colère de son ancien protégé Simon (Colin Farrell) et de l’agence clandestine qu’il représente.

Tout d’abord, le long-métrage commence à l’ambassade d’Allemagne à Riyad. Ainsi, la mission va mal tourner et l’un des nombreux grands ensembles d’action du film va rythmer la séquence. Peu de temps après, Ava est en fuite, et les choses deviennent très personnelles, et c’est en devenant personnelle que ce film devient aussi assez déroutant. On coupe instantanément l’action “Johnwickesque” pour passer à un drame thriller d’espionnage aussi chiant que déjà-vu. Par exemple, quand Ava a fui Boston, elle a laissé derrière elle une mère largement désintéressée (Geena Davis), un père qui est maintenant mort, et une sœur, Jude (Jess Weixler), qui est toujours en train de râler qu’Ava a manqué les funérailles. Pour rendre les choses encore plus compliquées, l’autre moitié de Jude, Michael (Commun), était en relation avec Ava avant qu’il ne s’installe avec elle. Il est le seul membre de la famille qui semble intéressé à garder quoi que ce soit dedans, et le film n’a absolument aucune idée de comment déballer tous les sous-lots personnels et les traumatismes associés à ces relations noueuses. Cela n’est nulle part plus évident que dans ce qui est censé être une scène de confession culminante, au cours de laquelle Ava se libère en plein milieu d’une séquence d’action qui n’a rien à voir avec le drame familial.

Ava est un microcosme, deux films très différents se bousculent pour n’en former qu’un. Le problème est que ni le thriller d’action ni le drame familial ne vaut l’effort. Il est coupé en morceaux agrafés ensemble comme une sorte de monstre de genre hideux de Frankenstein, et l’hybride résultant est trop impoli pour le talent à la fois présent devant et derrière la caméra. Malkovich et Farrell s’accrochent intelligemment au ridicule de cette série B et tirent le meilleur parti de leurs scènes ensemble, qui incluent un combat involontairement drôle, bien qu’il soit plutôt inégal. Stephen Goldblatt et Bear McCreary, s’occupant respectivement de la photographie et de la bande-originale, optent simplement pour un travail généralement soigné.

Le point culminant est finalement Joan Chen en tant que chef du crime dont je ne suis toujours pas sûr de pouvoir expliquer complètement la fonction dans le récit. Néanmoins, elle est là, et elle semble presque avoir été transplantée d’un film bien meilleur et plus sérieux que l’on aurait aimé voir. On ne peut pas en dire autant de celui-ci.

Ava est disponible exclusivement sur Netflix (en l’attente d’un format physique).

0
0