Catégorie : PAR SAISONS

PAR SAISONS

[RETOUR SUR..] Game of Thrones (Saison 2) – Querelles et ambitions

Préambule Cet article contient de nombreux spoilers. Dès lors, il est vivement conseillé d’avoir regardé la série pour apprécier au mieux la lecture. Tout le long de cet été, il s’agira de revenir à la manière d’une rétrospective sur chaque saison de la série aux mille merveilles, Game of Thrones. L’idée ici n’est pas totalement d’aborder la série d’un oeil critique mais également de se l’approprier comme une sorte de lettre d’amour faite par un fan, cela en revenant sur

LIRE LA SUITE »
PAR SAISONS

[RETOUR SUR..] Game of Thrones (Saison 1) – La mort de l’honneur

Préambule Cet article contient de nombreux spoilers. Dès lors, il est vivement conseillé d’avoir regardé la série pour apprécier au mieux la lecture.  Tout le long de cet été, il s’agira de revenir à la manière d’une rétrospective sur chaque saison de la série aux mille merveilles, Game of Thrones. L’idée ici n’est pas totalement d’aborder la série d’un oeil critique mais également de se l’approprier comme une sorte de lettre d’amour faite par un fan, cela en revenant sur

LIRE LA SUITE »
PAR SAISONS

[CRITIQUE] Seul face à l’abeille – Atkinson contre son destin

Cela faisait un moment que nous n’avions pas vu Rowan Atkinson sur les écrans, et on souhaite corriger cela dans cette critique de la série comique Seul face à l’abeille, dont le principe est très simple : un homme contre une abeille, à plusieurs reprises, avec des résultats désastreux (pour l’homme). Un concept éternel, presque une version live-action de certains des plus célèbres courts-métrages de Donald Duck (avec lesquels Atkinson partage l’utilisation massive d’expressions faciales et, dans des cas spécifiques

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] The Beatles : Get Back – Le retour du roi

Le 30 janvier 1969, les Beatles ont donné leur dernier concert sur le toit de leur studio d’enregistrement de Savile Row, à Londres. Mais ce que l’on sait moins (du moins, jusqu’à présent), c’est la lutte, les déchirements et la reformation qu’a connus le groupe légendaire dans les semaines qui ont précédé cette performance emblématique. Avec The Beatles : Get Back, le réalisateur Peter Jackson a réalisé un résumé tout à fait captivant et touchant de ces semaines, en rassemblant

LIRE LA SUITE »
PAR SAISONS

[CRITIQUE] ARCANE (Saison 1) – Mécaniquement magistrale.

Le travail d’adaptation de jeu vidéo en univers narratif contemplatif, à savoir transposer un médium interactif en un médium visuel, est un travail hautement complexe pouvant se révéler être décevant. On ne va pas se le cacher, beaucoup de films nous l’ont prouvés comme Prince of Persia, Mortal Kombat, Hitman, etc. Tous ces films n’ont été au final que des produits dérivés, jouant sur la nostalgie et l’attachement plus que de la transposition d’un univers interactif en univers visuel. Mais

LIRE LA SUITE »
PAR SAISONS

[CRITIQUE] Euphoria – les méandres de l’adolescence américaine

Apparu sur les écrans à l’aube de l’été 2019, le feuilleton télévisé Euphoria, fruit de la collaboration entre HBO et A24, s’est rapidement imposé comme une tempête déferlante, bravant avec audace des sujets dérangeants et des thématiques autrefois jugées “taboues”. Contrairement aux œuvres précédentes destinées aux adolescents (songez à 90210 Beverly Hills : Nouvelle Génération, Gossip Girl, Glee, etc.), Euphoria n’a en rien édulcoré son récit, sondant avec authenticité l’anarchie de l’adolescence et explorant les tourments de cette génération que

LIRE LA SUITE »
PAR SAISONS

[CRITIQUE] Love, Death & Robots (Saison 2) – Pas de réinvention pour maîtriser l’animation à la perfection.

Il y a un niveau de liberté dans la narration que les séries d’anthologies permettent, ce qui est souvent impossible ailleurs. Le format a explosé au cours de la dernière décennie, en particulier en ce qui concerne la narration de genre. Love, Death & Robots ne bénéficie pas seulement de la polyvalence de son format d’anthologie, mais aussi de la nature illimitée de l’animation, ainsi que de la nature révolutionnaire de la science-fiction et de l’horreur. La première saison de

LIRE LA SUITE »
PAR SAISONS

[CRITIQUE] Helstorm – La série “mature” et rejeté de chez Marvel Studio.

Daimon et Ana Helstrom sont deux des plus grands comics de Marvel. Le Fils de Satan et sa puissante sœur sorcière ont été créés au début des années 70 dans le cadre de la ligne d’horreur de Marvel, une sous-section culte préférée de longue date du monde coloré des superhéros de Marvel. Mais leur histoire a généralement été plus intéressante que les histoires dans lesquelles ils ont été placés. Dans leurs nombreuses décennies sur la scène, ni l’un ni l’autre

LIRE LA SUITE »
PAR SAISONS

[CRITIQUE] Pacific Rim: The Black – L’animé d’action Netflix à gros potentiel

Critique uniquement basée sur les trois premiers épisodes. Pour de nombreuses personnes, Pacific Rim a été une surprise quand il a fait ses débuts dans les salles en 2013. Dans un paysage de films de super-héros et d’autres films d’action aléatoires, peu de films se sont rapprochés de l’approche unique proposée par Pacific Rim. Malgré son attrait, il n’a pas fait sensation dans le grand public. Il y eut un jeu vidéo, une suite lamentable et des jouets, mais pas

LIRE LA SUITE »
PAR SAISONS

[CRITIQUE] L’attaque des titans (Saison 1) – L’animé spectaculaire à l’ambition démesurée

Comme il faut une “otaku” sur ce site, je me dévoue volontiers pour proposer des critiques d’animés / films d’animation japonais. Petit pitch de lancement Shingeki no Kyojin ou L’attaque des titans pour les mauvais élèves, est un anime japonais, de type Shonen. Et pour les derniers au fond, un Shonen est un type de manga visant les jeunes adolescents masculins entre 8 et 18 ans, pour les filles, c’est un Shojo. Adaptation du manga portant le même nom, Shingeki

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif