[CRITIQUE] The Beatles : Get Back – Le retour du roi

[CRITIQUE] The Beatles : Get Back – Le retour du roi

12 décembre 2021 0 Par Louan N

Le 30 janvier 1969, les Beatles ont donné leur dernier concert sur le toit de leur studio d’enregistrement de Savile Row, à Londres. Mais ce que l’on sait moins (du moins, jusqu’à présent), c’est la lutte, les déchirements et la reformation qu’a connus le groupe légendaire dans les semaines qui ont précédé cette performance emblématique. Avec The Beatles : Get Back, le réalisateur Peter Jackson a réalisé un résumé tout à fait captivant et touchant de ces semaines, en rassemblant plus de 150 heures de séquences audio et visuelles récupérées pour nous placer de manière précise et appropriée directement dans cette salle de répétitions avec eux. Comme les Beatles eux-mêmes le font remarquer à plusieurs reprises tout au long du projet, il s’agit d’un documentaire totalement ouvert et honnête qui vise à raconter leur histoire telle qu’elle s’est déroulée, sans aucune sorte d’interférence de la part des studios ou du marketing, ce qui donne lieu à une œuvre étonnante qui offre un regard vraiment intime et réaliste sur ces superstars étonnamment humaines.

Nous sommes en janvier 1969. Les Beatles, suite à une série de difficultés personnelles et de désaccords au sein du groupe, n’ont pas donné de concert depuis presque trois ans. Désireux de revenir pour un dernier concert, ils se retrouvent avec moins de trois semaines pour écrire, répéter, enregistrer et préparer onze nouvelles chansons. Le documentaire nous fait suivre chaque étape de leur processus, de la conception à l’exécution, et se termine par un enregistrement intégral magnifiquement filmé de leur célèbre concert sur le toit. Nous avons accès aux moments les plus personnels et les plus tacites de ce qui fut une période incroyablement tendue et stressante pour les Beatles, et nous suivons chaque étape avec un niveau de participation sans retenue qui est aussi excitant qu’il en est parfois surprenant. Il est important de noter qu’une grande partie de ces séquences a déjà été présentée dans le documentaire Let it Be de 1970, mais que nombre des événements les plus « difficiles » qui ont eu lieu pendant cette courte période, y compris la brève démission de George Harrison du groupe, n’ont pas été inclus dans ce montage. The Beatles : Get Back n’a pas peur de la vérité, se délectant souvent de sa présentation sans tabou des nombreuses tensions et désaccords qui ont caractérisé cette période de l’histoire du groupe, et qui ont finalement conduit à sa dissolution.

Un moment de doute comme tant d’autres.

C’est cette volonté de présenter la vérité pure qui rend le documentaire si fascinant à regarder. Même pour ceux qui ne sont pas de grands fans du groupe, ou même ceux qui ne sont pas familiers avec la musique, il est difficile de ne pas se perdre dans le sens pur du talent qui semble suivre ces quatre musiciens partout où ils vont. Le documentaire présente une séquence prolongée particulière dans laquelle Paul McCartney conçoit la base de la désormais iconique chanson « Get Back« , apparemment à partir du néant, et ce sont des moments comme celui-ci qui vous font vraiment vous perdre dans le spectacle de tout cela. Ce n’est pas que personne n’ait jamais douté du niveau de compétence et de talent de ce processus, mais le fait de le voir se dérouler devant vos yeux ajoute un autre niveau d’émerveillement à toute cette épreuve. Le documentaire intègre également la musique dans son récit d’une manière fraîche et intéressante, en maintenant toujours un niveau d’énergie et de vivacité qui traverse tout le film et le rend intéressant. Ce qui est peut-être le plus frappant dans ce documentaire, c’est à quel point il s’appuie sur l’idée que les Beatles ne sont pas des génies de la musique ou des superstars de la célébrité, mais des êtres humains. Même les conversations les plus banales entre ces individus (en particulier Lennon et McCartney) sont rendues vivantes par leur compréhension innée les uns des autres et le respect qu’ils portent à tous les membres du groupe. Il peut y avoir des disputes et des malentendus, mais le documentaire ne les rend jamais sensationnels et ne les présente pas comme autre chose que le produit de véritables défauts humains. Il est ancré dans la réalité plutôt que dans la célébrité, et c’est ce qui le distingue des nombreux autres projets qui ont tenté de présenter les Beatles sous cet angle.

Le sommet de l’amitié.

La star du spectacle ici, et le moment vers lequel tout tend, est le fameux concert sur le toit de Savile Row, et c’est absolument électrique. Bien que le concert ait eu lieu il y a plus de cinquante ans, on a l’impression qu’il aurait pu avoir lieu hier. Les nouvelles séquences sont époustouflantes et donnent vie à ces individus d’une manière que les séquences précédentes n’ont pas su capter aussi efficacement. L’accent est clairement mis sur les Beatles ici, et cela agit comme une conclusion appropriée à toute la pression, la tension et les efforts qui ont caractérisé la préparation de ce moment. Toutes les tensions précédentes disparaissent et nous sommes invités à rejoindre les Beatles dans cette célébration musicale pendant toute la séquence ininterrompue de 42 minutes, qui constitue un hommage parfait au groupe et à son héritage. The Beatles : Get Back n’est pas seulement l’un des meilleurs documentaires de l’année jusqu’à présent, mais aussi l’une des expériences de visionnage les plus divertissantes et les plus révélatrices que j’ai eues depuis longtemps. C’est bien plus que les images de répétitions et de concerts qu’on pourrait croire, c’est un regard soigneusement construit sur les Beatles à travers leurs propres yeux, raconté comme ils voulaient que l’on raconte leur histoire. Il montre leur talent et leurs capacités dans leur forme la plus brute et la plus authentique, juste quatre amis dans une pièce, jouant et chantant jusqu’à ce que quelque chose colle.

Note : 4 sur 5.

The Beatles : Get Back sur Disney+ le 25 novembre 2021.

0
0