Catégorie : LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

REVIOWZ IN SHADOWZ

[REVIOWZ] Good Boy – I Wanna Be You Dog

Connaissez-vous la blague suivante : « Si Christian Grey avait été pauvre, il paraîtrait être un psychopathe ? ». Tel semble être la principale source d’inspiration de Good Boy, du réalisateur norvégien Viljar Bøe. L’histoire suit une jeune femme charmée sur Tinder par un certain Christian, vivant dans une immense maison avec son chien Franck. Enfin, chien, c’est vite dit, car en réalité Frank est un homme déguisé en canidé et qui se comporte exactement comme un chien. Bøe prend

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Flora and Son – Chanter jusqu’au bout du monde

John Carney est un réalisateur dont le nom est indissociable de la musique et de la connexion humaine. Dans Once, la musique sert de langage pour des protagonistes éperdus d’amour. Dans New York Melody, elle ravive la passion de deux étoiles éteintes. Dans Sing Street, elle donne à deux jeunes une voix pour s’exprimer. Flora and Son ne fait pas exception. La musique agit comme un agent de transformation, rapprochant deux personnes vivant à des milliers de kilomètres l’une de

LIRE LA SUITE »
REVIOWZ IN SHADOWZ

[REVIOWZ] “Comme un poisson dans l’eau” – Séance 1, Festival Court Métrange 2023

Pour cette première séance, un thème commun entre les quatre films (bien qu’un peu tiré par les cheveux) est bien évidemment l’eau. Nous embarquons donc à bord d’un bateau de la Seconde Guerre mondiale, sur les rivages néo-zélandais, dans la baignoire d’un appartement français, et enfin, nous tremperons nos pieds en Irlande. Cette première séance réussie marque le début de la dix-neuvième édition du festival de Court Métrange, diffusée simultanément sur Shadowz, la plateforme partenaire de l’événement. Cette croisière d’une

LIRE LA SUITE »
MADE IN ASIA

[REVIOWZ] Junk Head – Science-fiction à modeler

Imaginez que les films de la Aardman production (tels que Wallace et Gromit et Chicken Run) aient engendré un enfant japonais. Cet enfant en question serait doté d’un sens de l’humour très noir, d’une passion pour les jeux vidéo Silent Hill et les animés japonais. Les promesses offertes éveillent notre curiosité ! Junk Head est un film d’animation japonais en stop motion réalisé, produit et interprété par Takehide Hori. Dans un futur lointain, les êtres humains ont découvert le secret

LIRE LA SUITE »
MADE IN ASIA

[REVIOWZ] The Medium – Plongée sombre dans le spiritisme et la possession

Dans la région d’Isan, en Thaïlande, Nim (Utoomma) se distingue en tant que chamane, professant être l’incarnation de l’esprit de Ba Yan. Reconnue comme une guérisseuse éminente au sein de la localité, elle entretient un certain désaccord avec sa sœur, Noi (Yankittikan). Cette dernière était censée hériter de l’esprit de Ba Yan, mais elle a fait le choix de le refuser, léguant ainsi cet héritage spirituel à Nim. Lorsqu’un habitant respecté de la communauté vient à décéder, ce décès bouleverse

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Venin – Comme un poison dans l’eau

Il est impératif de contextualiser Venin au sein du panorama artistique de Wes Anderson. En effet, ce cinéaste jouit d’une notoriété indéniable en raison de sa signature visuelle distincte et de son approche narrative singulière. À travers des réalisations telles que The Grand Budapest Hotel et Moonrise Kingdom, il a instauré une esthétique aisément reconnaissable. Le court-métrage en question s’inscrit dans cette tradition en tirant parti de décors chatoyants, d’une direction artistique épurée et d’une mise en scène méticuleuse. Cette

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Le Preneur de Rats – Le conte de Dracurat

Wes Anderson nous offre une nouvelle pépite dans son adaptation de l’œuvre de Roald Dahl, intitulée Le Preneur de Rats. Ce court-métrage nous plonge au cœur d’une intrigue sinistre, explorant les abysses les plus sombres de la nature humaine, tout en mettant en scène un dératiseur aux méthodes pour le moins insolites. Dès les premières minutes, il est manifeste que nous évoluons dans un univers qui nous est familier, celui que Wes Anderson a si habilement tissé au fil de

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Le Cygne – Le vilain petit canard

L’univers singulier de Wes Anderson, aisément reconnaissable grâce à sa stylisation visuelle unique et à sa fusion entre la comédie pince-sans-rire et une mélancolie sous-jacente, se révèle d’une manière singulière dans son court-métrage intitulé Le Cygne. Dans cette œuvre, Anderson déroge à sa formule habituelle, offrant un monologue poignant, sublimé par le talent solitaire de l’acteur Rupert Friend. Cette audacieuse initiative nous convie à une immersion profonde dans l’âme du personnage de Peter Watson, un jeune garçon chétif aux prises

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] La Merveilleuse Histoire de Henry Sugar – Retour à la fantaisie

La Merveilleuse Histoire de Henry Sugar, seconde adaptation de Roald Dahl par le talentueux Wes Anderson, nous plonge dans un univers atypique où le réalisme côtoie l’artifice, et où la morale se mêle à la fantaisie. D’emblée, on peut noter que l’intrigue semble tout droit sortie de l’imagination débordante de Wes Anderson lui-même. Benedict Cumberbatch incarne le rôle du richissime Mr. Sugar à la recherche des méthodes d’un gourou pour tricher au jeu, un scénario propice aux mésaventures cocasses. Anderson

LIRE LA SUITE »
FILMOTHÈQUE DE FILMO

[FILMOTHÈQUE] Blaze – Le feu du dragon

Illustrer une réponse émotionnelle aussi complexe que le traumatisme est une tâche extrêmement difficile. Il n’y a pas de mode d’emploi, pas de codes et de conventions, pas de formule établie pour y parvenir. Cependant, Del Kathryn Barton, peintre double lauréate du prix Archibald et artiste chevronnée dans la création d’œuvres symboliques, riches en couleurs psychédéliques et en détails excentriques, fait de cette exploration sa marque de fabrique dans son audacieux premier long métrage, Blaze. Le film nous plonge dans

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif