Catégorie : AUJOURD’HUI, LE CINÉMA

AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Pierre Lapin 2 – L’effet Paddington ?

Parmi les films majeurs les plus retardés depuis l’apparition de la pandémie, Pierre Lapin 2 est enfin sorti dans les cinémas, Sony a refusé d’appuyer sur la gâchette d’une quelconque sortie VOD ou hybride, et a attendu plus d’un an pour récolter les précieuses recettes en salles. Et si peu de gens se précipiteront vers leur multiplexes pour voir cette suite avec la même verve que, disons, le dernier Disney Cruella ou la surabondance d’autres films de franchise reportés depuis

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Gagarine – Un peu plus près des étoiles

Alors que le monde est plongé dans le chaos et la corruption, l’endroit le plus sûr est dans les étoiles. Le film commence par des images d’archives montrant Youri Gagarine, le premier homme à se rendre dans l’espace en 1961, accueilli par des acclamations et des applaudissements au moment où il inaugure la cité d’appartements de la banlieue de Paris qui porte son nom, la Cité Gagarine. Le film fait un bond en avant, 50 ans plus tard, alors que

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Un espion ordinaire – L’histoire extraordinaire d’une histoire vraie

En ce qui concerne les histoires vraies, celle-ci est dingue. Pendant la guerre froide, le MI6 employait un ingénieur et un homme d’affaires sans aucune formation, formelle ou informelle, et certainement pas d’expérience dans le traitement des dangereux agents du KBG. Greville Wynne a été recruté en raison de ses relations régulières et de ses fréquents voyages en Europe de l’Est, qui lui ont permis de transmettre des messages entre une taupe russe, Oleg Penkovsky, et les services secrets britanniques.

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Cruella – Ce n’est pas qu’un effet de mode

Dès la révélation de sa première bande-annonce, le dernier opus cinématographique de Disney, Cruella, m’a plongé dans un état de contemplation teinté à la fois de fascination et de perplexité. D’un côté, l’anticipation de voir Emma Stone plonger sans retenue dans l’incarnation tourmentée de Cruella de Vil suscitait en moi une curiosité ardente. De l’autre, la façon dont Disney envisagerait le traitement narratif de l’une des méchantes les plus sournoises et emblématiques de notre société demeurait une interrogation captivante. Aurait-on

LIRE LA SUITE »
46ᵉ FESTIVAL DE DEAUVILLE (2020)

[CRITIQUE] Minari – Le rêve américain est tendre bien que difficile

L’un des films les plus passionnants et les plus discutés du Festival du film de Deauville de cette année était Minari de Lee Isaac Chung. Le film a remporté deux des plus grands prix à l’international et a reçu de nombreux éloges pour son chef Steven Yeun. Étoile montante, Yeun a suivi The Walking Dead avec plusieurs rôles impressionnants sur grand écran, notamment Burning, acclamé par la critique en 2018. Dans Minari, Yeun, 36 ans, fait équipe avec une superbe

LIRE LA SUITE »
46ᵉ FESTIVAL DE DEAUVILLE (2020)

[CRITIQUE] Wendy – Une aventure douloureusement belle dans l’univers de Peter Pan

On a tous une âme d’enfant, ainsi notre aversion à devenir adulte fait d’un certain Peter Pan une sorte d’idole. Je suis sûr que vous connaissez le garçon, mais au cas où vous ne le sauriez pas, c’est un garçon qui restera toujours un garçon, ayant des aventures et se faisant des amis de l’aube au crépuscule, toute la journée, tous les jours. Oh, et il peut voler. Mais à part ça, l’histoire de Peter Pan s’adresse finalement à deux

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Freaky – Qui veut être dans le corps de Vince Vaughn ?

Le scénariste-réalisateur Christopher Landon a beaucoup retenu l’attention avec sa comédie d’horreur étonnamment amusante Happy Birthdead et sa suite pas aussi bonne mais toujours divertissante. Bien sûr, ce ne sont pas les premières incursions de Landon dans le genre. Il a écrit le thriller astucieux de 2007 Paranoïak et plusieurs suites de la franchise Paranormal Activity. Mais Happy Birthdead a montré son talent pour mélanger l’horreur et l’humour avec une portion de nostalgie. Le dernier film de Landon, Freaky, tente de

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] D’où l’on vient (In the Heights) – La culture est une fête

En 2016, Damien Chazelle et Justin Hurwitz ont apporté un peu de piment bien nécessaire à la comédie musicale avec La La Land. Le film a été un succès auprès des critiques et du public et a offert la preuve que la comédie musicale était encore bien vivante. Sans oublier Hamilton de Lin-Manuel Miranda, une comédie musicale de Broadway qui est passée du statut de lauréat d’un Tony Award à celui de phénomène culturel à part entière. Ces deux productions

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] 5ème Set – Gagner contre soi, le vrai combat

Le film de sport trouve ses limites lorsque ses enjeux ne sont pas suffisamment développés, les personnages désincarnés et réduits à des acteurs d’une scène prévisible. Autrement dit, lorsque le seul propos du film consiste en la victoire du protagoniste contre l’adversaire, le spectateur ne peut y trouver grand intérêt. Au mieux, il l’oubliera quelques jours, semaines plus tard. 5ème Set est un film sur le tennis, relatant l’histoire du joueur Thomas Edisson âgé de 37 ans, ancien demi-finaliste du

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Un tour chez ma fille – TF1 présente votre film du dimanche soir

Les comédies françaises populaires pullulent encore et toujours sur nos écrans de cinéma, là où certaines rendent grâce à ce support (comme récemment Le Discours), d’autres sont produites par des chaînes de télévision désirant créer un succès populaire, surfant sur une vague, pour ensuite faire une diffusion en clair. Ces comédies sont identifiables de par leurs formats de diffusion (le 16/9, sans bandes noires, adapté à tous les téléviseurs), des comédiens bankables mais aussi un enchaînement des sketches qui peuvent

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif