CINEMA DU PRÉSENT

[CRITIQUE] Snake Eyes – Reboot plus discret qu’un ninja

La franchise G.I. Joe, adaptée de la populaire ligne de jouets devenue série d’animation, dyptique au cinéma et de diverses autres formes de médias, est en sommeil depuis plusieurs années. Le dernier film de la série sorti avant Snake Eyes (2021) était G.I. Joe : Conspiration, qui est sorti en 2013 et dans lequel la star était Dwayne Johnson. Ce film n’a pas vraiment été un échec, rapportant un peu plus de 375 millions de dollars pour un budget de 130 millions de dollars. Pourtant, les pourparlers concernant une suite ont apparemment été bloqués, et maintenant, toutes ces années plus tard, Hasbro a sorti un film centré sur le personnage préféré des fans, Snake Eyes, qui sert de reboot de G.I. Joe sur le grand écran.

Snake Eyes dépeint la vie de Snake Eyes avant qu’il ne devienne un agent masqué de l’équipe G.I. Joe. Henry Golding (Crazy Rich Asians et The Gentlemen) tient le rôle-titre de Snake Eyes, un solitaire rempli de douleur et de rage, qui sauve la vie de Thomas « Tommy » Arashikage, héritier du clan Arashikage (Andrew Koji) et se retrouve accueilli dans l’ancien clan de ninjas japonais. Snake Eyes est formé aux méthodes du guerrier ninja par l’Arashikage, mais la révélation de secrets de son passé va mettre à l’épreuve son honneur et sa loyauté. Les problèmes de Snake Eyes sont nombreux, mais le plus déroutant est le protagoniste du film lui-même. Si vous l’avez déjà vu, vous vous poserez probablement une question : Comment diable ont-ils pu prendre Henry Golding, l’un des acteurs les plus sympathiques du moment, et rendre son personnage aussi antipathique ? La performance de Golding n’est pas le problème ici : il joue le rôle d’un héros d’action de manière efficace. La faute en revient à la façon dont Snake Eyes est écrit : chaque fois que l’on pense qu’il va passer un cap, il fait quelque chose qui fait qu’on le déteste à nouveau. Le personnage de Golding est censé être un héros, mais on n’a jamais vraiment l’impression qu’il l’est.

« En baron barone, pouvoir tout maîtriser »

L’histoire en elle-même est médiocre, tout comme la plupart des superproductions modernes qui plantent les graines d’un univers cinématographique. Snake Eyes ressemble à la fois à une origin story et à une préparation de l’avenir, et le résultat final n’est pas très bon. Si seulement les scénaristes s’étaient davantage concentrés sur la relation entre Snake Eyes et Tommy plutôt que de la bâcler. Leur relation est assez fascinante, comme on peut le voir dans les diverses autres formes de médias G.I. Joe, et elle aurait probablement pu soutenir un film entier à elle seule. Les inclusions du second de Cobra Commander, Baroness (Úrsula Corberó) et de Scarlett, membre des G.I. Joe (Samara Weaving, de Wedding Nightmare et Mayhem) sont essentiellement là pour mettre en place les futurs points de l’intrigue et vous rappeler qu’il s’agit techniquement d’un film de G.I. Joe. Cela nous éloigne de ce qui aurait dû être le point central du film, ces deux frères d’armes joués par Golding et Koji. Bien que je pense que son personnage aurait pu être conservé pour une suite, Samara Weaving est fantastique dans le rôle de Scarlett. Elle incarne parfaitement le personnage de la ligne de jouets G.I. Joe et de la série animée originale. Weaving apporte également des répliques comiques amusantes, ce qu’elle a déclaré vouloir faire après avoir lu la représentation de Scarlett dans les bandes dessinées G.I. Joe, dans lesquelles le personnage a un réel sens de l’humour. Au final, son apparition dans Snake Eyes donne envie de voir davantage Scarlett dans les prochains épisodes.

Snake Eyes qui parle et qui se montre, c’est quand même un peu con.

Andrew Koji vole la vedette dans le rôle de Tommy Arashikage, également connu sous le nom de Storm Shadow. Son personnage bénéficie d’un arc narratif plus propre que le Snake Eyes de Golding. Vous ressentirez légitimement quelque chose pour son personnage à la fin, non seulement à cause de la façon dont les choses se déroulent, mais aussi grâce à la performance de Koji. C’est plus que ce que je peux dire du Snake Eyes de Golding, dont l’arc est beaucoup plus confus, en grande partie à cause des choix déroutants du personnage. La plus grande déception de Snake Eyes réside dans les séquences d’action, qui auraient pu être excellentes. Malheureusement, elles sont montées de manière tellement hachée et truffées de caméras tremblantes qu’elles perdent tout leur potentiel. La plupart des séquences de combat donnent l’impression d’être sur de vieilles montagnes russes, ce qui les rend difficiles à suivre. Ensuite, les montages hachés et les coupes rapides privent les coups de sabre, les coups de poing et les coups de pied de leur impact.

En fin de compte, Snake Eyes n’est pas un très bon film et constitue un cas de potentiel gaspillé. Les fans inconditionnels pourront peut-être passer outre les problèmes de montage du film et passer un bon moment. Il y a de bonnes choses ici, comme les performances de Koji, Golding et Weaving, mais elles ne peuvent pas sauver un film avec une histoire bâclée, un personnage principal peu sympathique et un mauvais montage. Peut-être que si ce film marche assez bien, une suite avec un nouveau réalisateur et de nouveaux scénaristes pourra mieux gérer ce genre de choses. En ce qui concerne ce film, il s’agit d’une faible tentative de revitalisation de la franchise G.I. Joe.

Note : 2 sur 5.

Snake Eyes en achat-digital le 22 septembre 2021 et le 20 octobre prochain en DVD et Blu-ray.

1
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *