Catégorie : AUJOURD’HUI, LE CINÉMA

AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Argylle – Arrrg ! aïe.

Matthew Vaughn, réalisateur de renom, laisse son empreinte au cours de la dernière décennie. Si l’on doit rappeler ses débuts prometteurs avec le respectable Layer Cake en 2004, il convient d’admettre que sa véritable ascension en tant que cinéaste ne se concrétise qu’en 2010, lorsqu’il adapte la bande dessinée Kick-Ass. Dès ce moment, le metteur en scène révèle son inclination pour le récit pulp et l’univers des comics. En transposant cet ouvrage américain audacieux sur grand écran, il nous offre

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] La Zone d’Intérêt – Ne pas oublier

Les œuvres cinématographiques sur la Seconde Guerre Mondiale ne manquent pas, y compris celles regardant la Shoah. Jonathan Glazer s’est affirmé en tutoyant les récits où l’incompréhension règne entre les individus, certains en marge d’autres groupes sociaux. La Zone d’Intérêt reprend le roman de Martin Amis, où la famille d’un commandant de la SS vit paisiblement à côté du camp d’Auschwitz. Leur vie semble ne jamais être aussi active que la nuit, alors que l’horreur se confond dans le ciel.

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] A Man – C’est la mer qui prend l’homme

Dans le cadre élégant et énigmatique du cinéma japonais, A Man de Kei Ishikawa, adapté du roman de Keiichiro Hirano, se dévoile comme un bijou de réflexion sur l’identité et la quête de soi, émaillé d’une ironie poétique. Au cœur de ce récit, le personnage de Rie (Sakura Ando), veuve et employée dans une boutique de fournitures artistiques, élève seule son jeune fils Yuto après un divorce douloureux. Sa rencontre avec Daisuke (Masataka Kubota), un client timide et amateur de

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Un coup de dés d’Yvan Attal – assurance sur l’amorphe

Mais quelle folie nous pousse à parler d’un film d’Yvan Attal en 2024 ? Non pas que le bonhomme soit mauvais acteur mais pour sûr un cinéaste moyen. En témoigne le souvenir de Le Brio, fable réactionnaire pour prime time sur TF1 où un boomer d’Assas apprenait la vie à une étudiante de Créteil. Vision nauséabonde paternaliste et symbole d’un des pires concepts du cinéma français, à savoir le bourge qui dresse le pauvre. Fanny Ardant (Ma France à moi)

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Mambar Pierrette & Les Prières de Delphine – Portraits véritables

Mambar Pierrette et Les Prières de Delphine sont deux films remarquables qui sondent les vies de femmes plongées dans l’adversité aux quatre coins du globe. Le premier nous convie à une exploration captivante de Mambar, une mère célibataire résiliente évoluant à Douala, au Cameroun, tandis que le deuxième nous livre un poignant tableau de la vie de Delphine, une jeune Camerounaise établie en Belgique. Ce qui singularise Mambar Pierrette, c’est sa célébration de la quotidienneté. Ce drame, malgré ses modestes

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Iron Claw – De l’autre côté du ring

Discuter en profondeur du Iron Claw de Sean Durkin, une dramatisation de la vie de la famille Von Erich, dont l’influence perdure sur plusieurs générations dans le monde du catch professionnel, s’avère être un véritable casse-tête intellectuel. La célèbre permutation des Von Erich, constituée initialement de cinq frères adultes évoluant dans le monde du catch (réduits à quatre dans le film), principalement au sein d’une promotion basée à Dallas dans les années 80 et 90, détenue de manière autoritaire –

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] La Bête – dans la jungle de l’espace et du temps

Hasard du calendrier, La Bête dans la Jungle d’Henry James est adaptée deux fois en moins d’un an au cinéma. Après la proposition de Patrick Chiha, qui avait grandement séduit quelques-uns de nos rédacteurs, c’est au tour de Bertrand Bonello de se confronter à la nouvelle de l’écrivain anglais. Le réalisateur va par ailleurs se prêter à un exercice assez étonnant. Là où James écrivait sa nouvelle à la fin du XIXe siècle, Chiha l’adaptait pour placer l’histoire dans un

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Yurt – Turquie des Contrastes et de l’innocence

Yurt, le tout premier long métrage de Nehir Tuna, nous transporte dans la Turquie de 1996, une époque marquée par des bouleversements sociaux majeurs résultant de l’ascension croissante des organisations religieuses au sein d’un pays qui avait jusqu’alors embrassé la laïcité depuis son accession à l’indépendance. L’œuvre explore cette thématique à travers le regard d’Ahmet, un adolescent candide pris au piège d’un conflit larvé opposant les deux camps. Sa tragédie réside dans son infortune à n’appartenir véritablement à aucun de

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] La Couleur Pourpre – Camoufler le sombre

Après sa parution en 1982, le roman original d’Alice Walker, intitulé La Couleur Pourpre, s’est heurté à de vives interdictions et contestations au sein de multiples programmes scolaires et bibliothèques. Ces critiques, majoritairement émanant des milieux blancs et chrétiens, persistent à dénoncer les représentations de l’œuvre liées à des thèmes tels que l’homosexualité, la violence, l’histoire africaine, le viol, l’inceste, la toxicomanie, le langage explicite et les scènes à caractère sexuel, comme l’indique le projet des livres interdits. L’adaptation cinématographique

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[cRITIQUE] La Grâce – Une Affaire de Pellicule

Nous sommes ici en présence du pouls vibratoire de l’arrière-pays russe, où se mêlent harmonieusement des composantes ethniques variées. C’est une tragédie intime, celle d’un père et de sa fille, deux âmes solitaires liées et condamnées l’une à l’autre. La Grâce d’Ilya Povolotsky se révèle comme l’un des débuts cinématographiques les plus éblouissants qu’il m’ait été donné de contempler. Situé en marge de l’existence humaine, ce long-métrage parvient presque en silence à captiver et à surprendre. Un père et sa

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif