Étiquette : Thriller

AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Le Tailleur – Un huit-clos taillé pour la mafia

Les sous-genres du passé peuvent être amusants à revisiter. Pour Le Tailleur, nous avons droit à un thriller de gangsters qui est aussi un huit-clos. C’est-à-dire un film qui se déroule dans un seul lieu. Celui-ci ressemble beaucoup à une pièce de théâtre. Ceci étant dit, il s’agit d’un film sur des gens violents et sur l’artisan le plus froid que vous aurez le plaisir de rencontrer. Il ne s’agit pas d’une intrigue trop compliquée, mais d’une intrigue très bien

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] La Conspiration du Caire – Une tension qui manque de synergie

“Le pouvoir est une épée à double tranchant. Parfois, elle coupe la main“, tel est l’adage ouvertement énoncé dans les derniers instants de La Conspiration du Caire, le retour du réalisateur Tarik Saleh dans son pays natal, l’Égypte, tout juste après son premier film en langue anglaise, The Contractor, avec Chris Pine. Il s’agit d’une remarque inutile si l’on considère les événements plus qu’évidents qui se déroulent dans le film et qui, pendant la majeure partie de son temps d’exécution,

LIRE LA SUITE »
FILMS

[CRITIQUE] Du crépitement sous les néons – Il n’est pas à la hauteur, ce thriller

Une nouvelle vague de cinéastes francophones se distingue depuis quelques années dans un renouveau du polar et/ou thriller français. Le plus connu d’entre eux est le talentueux néanmoins controversé Cédric Jiménez. Ce dernier ainsi que ses compères (Jérémie Guez, Yann Gozlan, Dominik Moll, etc.) persistes une tradition très française instaurée par des Jean-Pierre Melville, Jean-Pierre Mocky ou encore – quand il avait du talent – Olivier Marchal. C’est ce qui nous mène à FGKO, jeune réalisateur qui signe avec Du

LIRE LA SUITE »
48ᵉ FESTIVAL DE DEAUVILLE (2022)

[CRITIQUE] Emily the Criminal – Thriller à crédit

Plongée dans l’abîme des dettes, émaillée d’un passé judiciaire pour agression, Emily (Aubrey Plaza) se débat pour dénicher un emploi lucrative à Los Angeles. Sa bouée financière s’amarre finalement à un groupe d’escrocs en cartes de crédit, mené par Youcef (Theo Rossi), un énigmatique avec qui elle tisse des liens émotionnels. Bien qu’il poursuive ses propres desseins, c’est Emily qui affronte l’essentiel des périls lorsque les enjeux s’élèvent et les coups deviennent plus audacieux. Tel est le récit concocté par

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Decision To Leave – Un retour amoureux et amer aux polars noirs passés

6 ans après le succès de Mademoiselle, Park Chan-wook revient avec Decision to Leave, un thriller romantique, largement inspiré de Basic Instinct, puisque l’on suit un policier qui enquête sur une femme qu’il suspecte d’avoir tué son mari, mais pour laquelle il développe une certaine attirance. Marchant sur les pas de Verhoeven, et par extension d’Hitchcock et son Vertigo (qui lui a donné envie de faire du cinéma), Park Chan-wook raconte, notamment dans la première partie du film, l’obsession d’un

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Balle Perdue 2 – Rapide et furieux

La sortie de Balle Perdue le 26 juin 2020 a bouleversé les attentes de Netflix et les spectateurs, surpris par le succès critique et international du long-métrage. C’est étonnant car il s’agissait non seulement d’un projet plutôt ambitieux pour ce jeune cinéaste qu’est Guillaume Pierret – qui signait son premier film – mais c’était aussi un pur film d’action français. Un thriller policier mince, plein d’action, qui remplissait toutes les cases de ce que l’on attend de ce genre de

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Sundown – Franco est fidèle à ses habitudes

Sorte de bad boy autoproclamé du cinéma des festivals internationaux (on le voit sur le tapis rouge en blouson de moto en cuir), le cinéaste mexicain Michel Franco a bénéficié des faveurs des programmateurs du monde entier, ses œuvres étant presque toujours présentes à Cannes ou à Venise. Comparé à Michael Haneke dès le début de sa carrière, Franco se spécialise dans les contes moraux mesquins qui traitent de la capacité humaine à la violence et à la cruauté d’une

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Barbare – Comme un mauvais AirBnb

Les cinéastes semblent avoir trouvé leur nouveau mode d’intrigue favori avec d’innombrables films récents (dans de nombreux genres) dont l’histoire se déroule dans des Airbnbs accidentellement réservés en double. Barbare (écrit et réalisé par Zach Cregger, marquant son premier long métrage sans son collaborateur habituel Trevor Moore) pourrait être rempli de plus de folie que tous les autres réunis. Cela est renforcé par le fait qu’il est également imprévisible dans tous les sens du terme, pour le meilleur et pour

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] A Girl Walks Home Alone at Night – La femme vampire, une opposition entre la peur et le désir

Avec Twilight, le mythe du vampire s’est enlisé dans une ornière, enterrant ce qui avait été une légende sans fin et richement développée dans un réservoir d’angoisse adolescente et de romance pas très inspirante. On ne pouvait pas s’en vouloir de regarder les vampires avec un sentiment de lassitude. Avec les vampires plus cool que vous de Jim Jarmusch dans Only Lovers Left Alive et A Girl Walks Home Alone at Night d’Ana Lily Amirpour, cependant, 2014 a heureusement marqué

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] Malveillance – Sous le lit, un con siège

Un film d’horreur psychologique malade, tordu et cauchemardesque, traversé par des soupçons d’humour noir, Malveillance est un exemple cruel, intense et captivant du genre, absolument impitoyable dans son déroulement et de plus en plus troublant à mesure que l’intrigue progresse. L’histoire de Malveillance suit un concierge d’appartement qui gère sa misérable existence en rendant la vie des autres aussi misérable. Sa dernière cible est une résidente enjouée qu’il a du mal à perturber par rapport aux autres, ce qui l’oblige

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif