Étiquette : Festival de Cannes 2022

AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Les Bonnes Étoiles – Un bon film classique de Kore-eda

Sans doute l’un des films les plus attendus du dernier festival de Cannes, Les Bonnes Étoiles est une exploration touchante, quoique parfois un peu légère, de la maternité, de la famille et des sacrifices qui les accompagnent. Convaincus de “sauver” des enfants du destin sans avenir des orphelinats, Sang-hyeon (Song Kang-ho, Parasite) et Dong-soo (Gang Dong-won, Peninsula) se sont lancés dans un petit trafic clandestin en arrachant des enfants de la boîte à bébés de l’orphelinat local pour les vendre

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[RETOUR SUR.. et CRITIQUE] Au hasard Balthazar vs EO – Qui veut la Peau d’Âne ?

Au hasard Balthazar, Robert Bresson (1966) On m’avait dit qu’Au hasard Balthazar de Robert Bresson était une histoire déchirante qui pouvait susciter des émotions même chez les spectateurs les plus fatigués. À la fin, je suppose que je leur ai prouvé qu’ils avaient tort puisque le film m’a laissé froid tout du long. Mais je comprends. Cette représentation métaphorique du christianisme par le biais des sept péchés capitaux est construite de manière à exiger une réaction. Les tragédies se succèdent

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] La Conspiration du Caire – Une tension qui manque de synergie

“Le pouvoir est une épée à double tranchant. Parfois, elle coupe la main“, tel est l’adage ouvertement énoncé dans les derniers instants de La Conspiration du Caire, le retour du réalisateur Tarik Saleh dans son pays natal, l’Égypte, tout juste après son premier film en langue anglaise, The Contractor, avec Chris Pine. Il s’agit d’une remarque inutile si l’on considère les événements plus qu’évidents qui se déroulent dans le film et qui, pendant la majeure partie de son temps d’exécution,

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Decision To Leave – Un retour amoureux et amer aux polars noirs passés

6 ans après le succès de Mademoiselle, Park Chan-wook revient avec Decision to Leave, un thriller romantique, largement inspiré de Basic Instinct, puisque l’on suit un policier qui enquête sur une femme qu’il suspecte d’avoir tué son mari, mais pour laquelle il développe une certaine attirance. Marchant sur les pas de Verhoeven, et par extension d’Hitchcock et son Vertigo (qui lui a donné envie de faire du cinéma), Park Chan-wook raconte, notamment dans la première partie du film, l’obsession d’un

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Armageddon Time – Un prince à New York

Après s’être rendu dans la jungle et l’espace pour ses deux derniers films, le réalisateur James Gray est revenu à New York (où il a tourné tous ses films avant The Lost City of Z) pour son huitième long métrage, Armageddon Time. Il s’agit d’un projet profondément personnel pour Gray, qui le situe dans sa ville natale de Flushing, dans le Queens, et le base sur ses propres expériences de jeunesse dans un foyer juif, sur les problèmes avec ses

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Mascarade – Une lourde gueule de bois

Lorsque Margot (Marina Vacth) est assassinée par un amant jaloux, Simon (François Cluzet), alors qu’elle se morfond dans un hôtel de luxe avec son petit ami Adrien (Pierre Niney), la déposition d’une poignée de témoins lors du procès qui s’ensuit fournit le cadre d’une escroquerie complexe dans laquelle sont impliqués un éventail vertigineux de personnages antipathique. Margot et Adrien sont deux escrocs qui tombent amoureux et planifient une escroquerie simultanée à l’encontre de leurs amants fortunés. Quelques années auparavant, Adrien

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Elvis – Rendre le King encore plus cool

Considéré comme l’artiste de musique solo qui a vendu le plus de disques de tous les temps et comme une figure culturelle unique, la question qui se pose pour tout biopic d’Elvis sur grand écran n’est pas “pourquoi le faire ?” mais “pourquoi cela a-t-il pris autant de temps ?”. Couvrant 30 ans de la vie tragiquement écourtée d’Elvis Aaron Presley, depuis ses premières rencontres avec le gospel et le rhythm & blues jusqu’à sa mort prématurée d’une maladie cardiaque

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Le Petit Nicolas – Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? – Un hommage nostalgique à Goscinny et Sempé

Jean-Jacques Sempé est l’auteur du Petit Nicolas, une bande dessinée centrée sur l’enfance du personnage titulaire. Au fil des décennies, cette bande dessinée est devenue un roman graphique, une adaptation en comédie et maintenant un film d’animation réalisé par Benjamin Massoubre et Amandine Fredon, la fille de René Goscinny, le scénariste et co-créateur du Petit Nicolas, et on peut voir Le Petit Nicolas – Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? comme une tendre lettre d’amour à la vie et

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] L’Innocent – Braquage à la Française

4ème long-métrage pour Louis Garrel en tant que réalisateur, notamment après L’Homme Fidèle et La Croisade. L’Innocent raconte l’histoire d’Abel, pris d’angoisse après le mariage de sa mère avec un homme en prison. Avec sa meilleure amie Clémence, il va tout faire pour la protéger. Un film nettement plus ambitieux que ses précédents, sans oublier la légèreté de ton et l’humour qu’on lui connaît.  Louis Garrel, toujours empreint d’un brillant sens du rythme pour les dialogues, est bien épaulé par

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Butterfly Vision – La réalité a rattrapé la dévastation imaginée

De retour chez elle après avoir été retenue en captivité pendant deux mois, la soldate Lilia découvre qu’elle est enceinte après avoir été violée par son gardien. Parviendra-t-elle à survivre à ce traumatisme et à sauver l’enfant dans une société qui n’est pas prête à les accepter ? Butterfly Vision a incontestablement bénéficié d’un timing incroyable pour son sujet pertinent, qui dramatise le conflit russo-ukrainien. L’action se déroule en 2014 pendant le conflit du Donbas. Lilia (Marharyta Burkovska) est une

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif