LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] White Noise – Le revirement de l’auteur

Noah Baumbach est l’une des coqueluches de la scène du cinéma indépendant depuis près de vingt ans. Il a beaucoup travaillé avec Greta Gerwig et Wes Anderson et est à l’origine de films comme Les Berkman se séparent, Frances Ha et, plus récemment, Marriage Story, qui est peut-être son œuvre la mieux reçue à ce jour. Certains ont pu s’étonner que Baumbach ait choisi d’enchaîner avec l’adaptation du roman phare de Don DeLillo, White Noise, une comédie dramatique absurde mettant en scène un professeur d’études hitlériennes, Jack Gladney (Adam Driver), sa femme Babette (Greta Gerwig) et leurs quatre enfants issus de différents mariages. Le film suit le déracinement de leur existence par un accident qui entraîne un événement toxique dans l’air, provoquant une évacuation massive et une crise existentielle.

© Wilson Webb/Netflix 2022

Le film a reçu un accueil quelque peu mitigé après sa première à Venise en août et il n’est pas difficile de comprendre pourquoi. Le premier acte est une comédie noire engageante qui suit le principe absurde d’un professeur d’études hitlériennes et de sa famille dysfonctionnelle, obligés de passer du temps ensemble à réfléchir à leur existence. C’est également là que le film fonctionne en jouant contre le style habituel de Baumbach, bien qu’il trouve toujours de la place pour des dialogues décalés. On peut voir des parallèles évidents entre le cadre des années 80 et le commentaire sur la commercialisation et la classe sociale, ainsi qu’un parallèle avec l’état de l’environnement et l’impact de l’homme sur celui-ci. Adam Driver et Gerwig sont tous deux formidables, très différents de leurs rôles précédents plus singuliers dans d’autres œuvres de Baumbach, ici plus contemplatifs et mélancoliques, reflétant la nature pessimiste des événements du film.

Don Cheadle a également l’occasion de montrer son talent d’acteur dans un rôle bienvenu, loin du MCU, dans le rôle de Murray, un collègue de Jack, professeur d’études américaines qui souhaite faire pour Elvis ce que Jack a fait pour Hitler. L’un des moments forts du film est une analyse conjointe des deux hommes dans une sorte de match d’entraînement.

© Wilson Webb/Netflix 2022

Il est dommage que le film perde certaines des bizarreries et des sensations fortes de sa première heure. Une fois que les événements de la catastrophe ont été décortiqués et qu’un sentiment de normalité est revenu, le film s’essouffle et, sans être épouvantable, ne retrouve jamais la force de ses deux premiers actes. Il n’est peut-être pas surprenant qu’un tel élan de Baumbach ait du mal à porter tous ses coups, mais c’est frustrant, car lorsque les coups tombent, ils sont très efficaces et constituent une œuvre parfois exaltante, qui ne parvient pas à se concrétiser au cours de ses quelque deux heures. Le film se rachète avec une séquence de danse de supermarché, apparemment déplacée, sur la chanson New Body Rhumba de LCD Soundsystem, composée pour le film.

Bien qu’il soit frustrant de ne pas pouvoir reproduire l’agréable désordre de la première heure sur l’ensemble de la durée du film, White Noise est une réjouissante initiative de la part de toutes les personnes impliquées, qui s’écarte complètement des précédents travaux de Noah Baumbach et qui offre des performances décalées, notamment d’Adam Driver, de Greta Gerwig et de Don Cheadle. Il s’agit d’une adaptation fidèle de son matériau d’origine et, même si elle peut diviser, elle vaut la peine d’être regardée en raison du talent de tout le monde et du niveau d’absurdité pur par moments.

Note : 3 sur 5.

White Noise sur Netflix le 30 décembre 2022.

0
0
Written by
Louan N

Rédacteur chef.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

1
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] On The Line – De la valeur choc pour le plaisir de choquer

Elvis Cooney (Mel Gibson), animateur de radio de choc à minuit, arrive...

4
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] All My Friends Hate Me – Nous aussi on hate you

Si All My Friends Hate Me mérite d’être reconnu pour quelque chose,...

6.3
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] The Pale Blue Eye – Un mystère farfelu

Hostiles avait impressionné à sa sortie, offrant à Christian Bale un rôle...