[CRITIQUE] Top Gun : Maverick – Immortalité

[CRITIQUE] Top Gun : Maverick – Immortalité

30 mai 2022 0 Par Louan N

Top Gun : Maverick est un film que le public attendait depuis longtemps. Les retards de cette suite n’ont fait qu’augmenter les attentes des fans basées sur l’original. Top Gun proposait des combats aériens, des moments de convivialité, des rivalités, des équipes et des familles. Les réalisateurs ont compris ce que le public attendait le plus, ont établi des parallèles avec l’original, ont développé certains thèmes et ont fait en sorte que l’attente de plus de trois décennies pour retourner dans la « zone dangereuse » soit récompensée.

La mélodie de Kenny Loggins s’avère être le deuxième des innombrables pièges à nostalgie qui parsèment l’hommage à Tony Scott. Tom Cruise, son blouson, sa moto, son attitude « je-m’en-foutiste » avec ses cascades et ses déclarations, les scénarios qui servent presque de miroir aux événements d’il y a 36 ans, l’hymne de Top Gun de Harold Faltermeyer, la liste est sans fin. Cela peut conduire à une inquiétude. Est-il impératif de regarder l’original ? Ce n’est pas vraiment nécessaire car les informations requises sont affichées par les décorateurs et par le réalisateur sous forme de flashbacks. Pour ceux qui ont regardé l’original, il y aura toujours une gratification après la projection de cette suite. C’est à vous de voir. Top Gun : Maverick voit Pete « Maverick » Mitchell retourner à l’école d’armement de la marine américaine à la Naval Air Station Miramar à San Diego, en Californie, pour entraîner un groupe de diplômés de Top Gun pour une mission dangereuse. Ce serait trop simple, il suffirait de présenter des manœuvres aériennes époustouflantes. Les producteurs ont donc ajouté quelques liens avec le passé, le fils de Goose faisant partie de la classe. Au fur et à mesure que les démons du passé se manifestent, Maverick doit devenir le professeur réticent, le mentor et bien plus encore, car ses vols et ses prises de décision impressionnantes (et irréfléchies) ont une motivation.

[ANALYSE] Top Gun – Tony Scott, Tom Cruise et propagande

La mission est à portée de vue dès le début, ce qui fait que Top Gun : Maverick est meilleur que Top Gun. Le défi de défier la gravité de ce qui est humainement possible est quelque chose qui a été construit tout au long de ce qui est essentiellement un film de guerre qui fonctionne comme n’étant pas un film de guerre. Nous ne connaissons pas l’identité de l’autre camp, ce qui permet d’éliminer les sentiments d’humanité qui émergent dans les films de guerre et de se concentrer sur les maux du combat armé. Dunkerque est un film qui a fait cela, tout comme Top Gun, car l’ennemi n’était pas explicitement spécifié, même si l’époque le rendait très clair. Ce choix créatif dans Top Gun : Maverick permet également de garder l’accent sur l’équipe de Top Gun et de n’aliéner personne. Même l’autre camp aime le cinéma, non ? Et le Maverick de Tom Cruise est une star mondiale, qui a retrouvé l’une de ses pistes de lancements des années 80. Tout en faisant beaucoup plus, Maverick affiche l’insolence qui a fait de lui un nom admiré des cinéphiles. Cependant, nous voyons son sens du casse-cou, sa détermination et sa capacité à mener la danse et à enseigner, et à gagner le respect de son équipe par ses actions.

Back to the 80’s

Paramount et Joseph Kosinski ont fait en sorte que Top Gun : Maverick arrive en fanfare et s’élève dans la stratosphère. La vue de Maverick (Tom Cruise) devant piloter un avion à 10Gs est insensée. Voir le jet fendre l’air et la poussière voler est merveilleux. Cela nous donne un premier aperçu des scènes aériennes qui ont retardé cette diffusion. Les gens attendaient ce film depuis des années. Le retard a également irrité beaucoup de gens qui se demandaient à quel point ces scènes pouvaient être complexes. Maintenant, nous le savons. Alors que l’original permettait aux spectateurs de voir la figure inversée et le survol, Top Gun : Maverick permet aux spectateurs d’expérimenter le mouvement, Pete « Maverick » Mitchell flottant littéralement et volant à côté des jets de ses élèves, à travers une vallée et dans des duels. La scène du tire-bouchon entre Maverick et Goose est un spectacle à voir. Les autres séquences de vol qui me viennent à l’esprit sont… pratiquement toutes celles que propose Top Gun : Maverick. Cependant, celle où Maverick se redécouvre est la meilleure. Je peux encore entendre les avions alors que je pense à un arrêt sur image particulier en écrivant ces lignes.

Ici, il faut féliciter le réalisateur pour s’être abstenu d’utiliser la musique de fond et s’être appuyé sur le son diégétique pour renforcer les sensations du cinéma. Le bruit des jets dans le ciel, combiné à celui des moteurs, est un effet sonore saisissant en soi. Associés aux montages et aux coupes d’Eddie Hamilton, ils sont bien synchronisés et permettent de ne pas se perdre dans l’action aux multiples perspectives. Cela aide le spectateur à comprendre ce qui se passe au milieu du chaos dans le ciel. Les formations d’avions de chasse ont également la capacité de vous donner des frissons, car c’est quelque chose qui a été construit. La caméra de Claudio Miranda fait en sorte que les jets dominent l’écran et présente le traumatisme physique et mental de chaque pilote qui repousse ses limites. C’est très agréable car le public n’est pas éloigné des humains alors qu’il assiste à des cascades à couper le souffle avec des engins coûteux financés par les contribuables. Tout en montrant les avancées technologiques du cinéma depuis 1986, Kosinski a pris soin de laisser l’accent sur le rôle principal et sur ce que les fans ont le plus aimé dans Top Gun : les cascades de Cruise en F-14 et son charme enfantin pendant qu’il semble ravi de les réaliser.

Une bouffée d’air frais

Ce ne sont pas des F-14 dans ce film (?) et les pouvoirs en place considèrent que tout avion avec un pilote est sans valeur à une époque où les drones font la loi. Cruise, cependant, est une star du passé, et comme son personnage, il refuse de s’effacer : « La fin est inévitable, Maverick. Ton espèce est en voie d’extinction. » Mais Cruise ne va nulle part, comme le dit son personnage dans Top Gun : Maverick. Une mission taillée sur mesure pour lui, nécessitant des compétences d’antan, et centrée uniquement sur lui, ce film est un pur support pour sa star principale. Son titre sert d’information parfaite et même s’il est vu au fur et à mesure que le film avance, il n’est pas déplacé. Le fait de le voir vouloir pousser sa machine au-delà de ses limites et implorer intérieurement son corps de lui permettre d’encaisser les G insensés nous montre une facette inédite du personnage principal. Les éléments retenus, il est beaucoup plus expérimenté que l’on pourrait s’y attendre même s’il reste un capitaine « expérimenté ». Iceman fait une bonne apparition en caméo, ce qui permet de boucler la boucle de leur amitié issue de la scène de conclusion de Top Gun. Cette scène entre deux anciens rivaux devenus amis est le seul moment de combat non aérien de Top Gun : Maverick. Elle est extrêmement émouvante (regardez le documentaire Val).

L’importance de Tom Kazansky est tissée dans le film et l’attachement de Maverick à son égard est montré par plusieurs personnages. Cependant, certaines choses que l’on peut considérer comme défavorables dans ce film sont le manque de personnages originaux. Des personnages comme Charlotte Blackwood, Mike « Viper » Metcalf et Sam « Merlin » Wells sont absents. Une bonne façon de voir les choses est le fait que la nouvelle génération, c’est-à-dire Miles Teller, Glen Powell, Lewis Pullman et Monica Barbaro, a eu son heure de gloire. Comme c’est le cas avec les suites patrimoniales, les personnages reflètent les traits de ceux de l’original. Cela aurait pu être modifié ici, car il ne s’agit pas d’une anthologie ou d’une suite spirituelle. Un personnage en particulier risque d’être constamment comparé à Pete Mitchell et ce n’est vraiment pas bon. Dès la scène d’introduction dans le bar, on peut explorer les comportements de chacun avec un autre clin d’œil à l’original. Teller semble canaliser Anthony Edwards. Cependant, il y a une rage claire contre Maverick, qui est ce qui sépare son personnage de celui de son père. Miles Teller réussit habilement le conflit intérieur et la connexion personnelle, quelque chose qui n’est pas ce que son personnage est purement dans sa scène d’introduction, mais qui apparaît au grand jour lorsqu’il apprend l’identité de son instructeur.

En piste !

La Penny Benjamin de Jennifer Connelly n’arrive pas à la cheville de la Charlotte Blackwood de Kelly McGillis. De même, la chanson Hold my Hand de Lady Gaga n’arrive pas à la cheville de la chanson oscarisée de Berlin. Le fait que la chanson de Gaga n’ait pas été jouée dans le film a peut-être joué en sa défaveur, car elle n’est pas entrée dans la tête des spectateurs de manière inconsciente. Il est possible que beaucoup ne connaissent même pas cette chanson, car ils auraient quitté la salle après le générique de fin. Maverick, étant la force indestructible, pourrait rebuter le public car il ne peut pas se planter. Même lorsque la fin est proche, et que l’on croit que c’est fini, ce n’est pas le cas. Les scénaristes et le réalisateur ont peut-être choisi d’utiliser le conseil que Pete Mitchell donnait à ses protégés, c’est-à-dire de ne pas penser. Il se peut que le public ne pense pas non plus, et il est fort probable que ce train de pensée n’ait pas eu lieu puisque Top Gun : Maverick s’avère être une expérience exaltante et pleine de sensations. Top Gun : Maverick plaira à tous ceux qui ont le complexe de Peter Pan. Ceux qui ne veulent pas grandir en assumant des responsabilités qui entraveront leur instinct naturel, qui est ce qui leur permet de s’épanouir. Cette réalisation de Kosinski plaira à ceux qui trouvent difficile d’être le professeur, car il peut s’avérer fastidieux d’enseigner quelque chose qu’on ne vous a pas appris. La réplique « Je suis un pilote de chasse. Je suis dans l’aviation navale. Ce n’est pas ce que je fais. C’est ce que je suis. » me vient à l’esprit. Cependant, elle peut inciter le leader à se montrer à la hauteur de la situation, à prendre le taureau par les cornes et à faire le sacrifice ultime.

Allez voir Top Gun : Maverick au cinéma, notamment en IMAX, pour vivre des scènes aériennes insensées avec le son palpitant des avions de chasse. Regardez-le pour vivre une expérience cinématographique complète, avec de l’action époustouflante, des rivalités, des drames et des combats exaltants. Alors que vous êtes lentement au bord de votre siège grâce aux coupures parfaitement synchronisées entre les multiples points de vue à la première personne et les observateurs neutres, respirez, car les séquences aériennes exaltantes et pleines d’adrénaline du blockbuster vous couperont le souffle.

Note : 4 sur 5.

Top Gun : Maverick au cinéma le 25 mai 2022

0
0