AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] The Souvenir (Part I) – L’inévitabilité tragique de l’aveuglement amoureux

La dernière œuvre de Joanna Hogg, The Souvenir – Part I, produite par Martin Scorsese, dépeint le passage à l’âge adulte semi-autobiographique de son héroïne, Julie. L’intrigue met en scène la relation turbulente entre Julie, une jeune étudiante en cinéma, et Anthony, son mentor plus âgé devenu son amant, dans les années 1980. Hogg exploite une forme de fétichisme actuel de la diffusion, entrant dans l’espace cinématique à un moment où l’usage de drogues fonctionnelles semble fasciner les scénaristes. Inévitablement, la culture tourne son regard vers ce qui l’a précédée, et ces drames sont symptomatiques de l’ignorance d’une époque antérieure, un peu comme le personnage d’Honor Swinton Byrne, de la portée des limites de la société.

The Souvenir – Part I, décrit comme un « mystère », est tout sauf un film commun. Ceux qui ne perçoivent pas la dissipation immédiate du personnage de Tom Burke se trompent autant que Julie, la protagoniste étonnamment naïve. Julie incarne l’ignorance des privilèges des classes moyennes et supérieures, l’étudiante financée par sa famille qui veut et croit être capable de vivre en dehors de la bulle dans laquelle elle se trouve (elle le dit même à ses professeurs) tout en restant fermement à l’intérieur de celle-ci. Anthony entre dans sa vie et n’a qu’une influence positive sur elle, jusqu’à ce qu’il commence à ne pas réussir à garder ses deux vies séparées. Anthony n’a pas peur de la défier, et son air arrogant, bien qu’imparfait, est celui qui expose l’idiotie de ses intentions. La performance de Tom Burke est stupéfiante et tout à fait convaincante, à tel point que nous sommes obligés de préférer un héroïnomane qui vole sa propre compagne à la victime de sa faillite morale. Pourtant, c’est le fait que Julie se victimise elle-même qui nous pousse à le faire : comment pouvons-nous nous sentir désolés pour quelqu’un qui finit par s’excuser d’avoir été volé ? Quelqu’un qu’Anthony décrit lui-même comme « m’invitant à te torturer« . Inévitablement, elle est en deçà de la valeur intellectuelle d’Anthony, mais aussi par une personnalité lèche-bottes et infantile qui répugne, absorbe les abus d’Anthony et est comblée par son rôle de soumission dans la relation.

Deux genres de désespoir pour un seul amour.

Anthony donne à Julie un avant-goût de la réalité, probablement son unique occasion, ce qui sera approfondi dans The Souvenir – Part II, mais elle s’en rend à peine compte et échoue à plusieurs reprises à combler le fossé entre leurs expériences respectives. Elle se tient inutilement à l’écart pendant que son amant est en manque, souffrant épouvantablement. Même une fois qu’elle est consciente de sa dépendance, elle est aussi aveugle qu’avant, ignorant délibérément les marques d’aiguille flagrantes sur ses bras (et même la révélation de la dépendance d’Anthony par Richard Ayoade) qui indiquent un besoin désespéré de salut. Un tel personnage, à moins que vous ne tombiez vous-même dans la catégorie des Julie, n’attire pas la sympathie lorsqu’elle perd quelqu’un contre qui elle ne s’est jamais battue. Dans leur relation, ils ne font qu’effleurer les limites de l’autre, principalement en raison de l’ignorance de Julie, et Anthony est un personnage que, même dans la mort, elle ne parvient pas à vraiment comprendre.

Modeste Tilda Swinton, toujours chic.

Malgré l’excellence de la description de ces personnages, qui sont à la fois répugnants et passionnants, Hogg sape les pleins potentiels du film avec première heure étouffantes et trop éprouvante. Heureusement, la fin de cette première partie est brillante. La mort d’Anthony est réaliste, anti-climatique, et les scènes qui suivent sont ingénieusement offensantes. Julie reprend sa vie, sans Anthony, et dans le dernier plan, on la voit contempler l’horizon lointain. Le cliché était un élément profondément absent du film (à l’exception de la satire qu’en fait Hogg), mais il revient ici adroitement et arrange la transmission cool d’une aventure cinématographique très réussie, personnelle mais impersonnelle, par un moment de grandeur scénaristique. Cette rigueur esthétique est une rigueur qui reflète souvent l’intrigue. De même que la caméra s’immisce dans les espaces privés, par le biais de plans indirects qui donnent l’impression de permettre aux spectateurs d’avoir un aperçu d’une vie véritablement privée et étayée, ce point de vue est rarement trop évident. De cette façon, le style du film sert à refléter le désir du personnage principal de s’échapper de la bulle dans laquelle il vit grâce à l’art, et sa conviction qu’il peut vraiment y arriver, malgré son incapacité évidente à échapper au glamour du désavantage. La scène finale est une continuation de cet objectif cinématographique, un objectif ironique, à travers un plan final approfondi et singulier.

Note : 3.5 sur 5.

The Souvenir – Part I, au cinéma le 2 février 2022.

0
0
Written by
Louan Nivesse

Rédacteur chef.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

4
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Transformers: Rise of the Beasts – Contrôle technique négatif

Transformers: Rise of the Beasts, réalisé par Steven Caple Jr., est présenté...

6
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Low-Tech – Repenser notre relation avec la technologie, un enjeu politique crucial

Low-Tech, le documentaire réalisé par Adrien Bellay, aborde avec pertinence et engagement...

4