Bien que nous ayons vu de multiples films sur la Seconde Guerre mondiale, le conflit du Pacifique recèle également de nombreux récits inédits. En 2017, il y a eu l’invraisemblable épopée de la guerre de Corée, Battleship Island, et aujourd’hui, Onoda, 10 000 nuits dans la jungle, une épopée de guerre dans laquelle plusieurs soldats japonais ont passé près de trente ans aux Philippines, sans jamais croire que la guerre était terminée. Ce que l’on peut dire d’Onoda, c’est qu’il évite d’être le grand porte-étendard de la marine qu’il aurait pu être. En effet, selon la personne à qui vous posez la question, Hiroo Onoda est à la fois un héros extraordinaire et l’incarnation de tout ce qui faisait la beauté du Japon impérial, une personne qui a refusé de se prosterner devant les envahisseurs occidentaux, ou un idiot délirant qui a tué des innocents tout en menant une guerre sainte imaginaire. Pour le cinéaste français Arthur Harari, dont le biopic Onoda, 10 000 jours dans la jungle a été projeté en ouverture de la soirée Un certain regard du Festival de Cannes mercredi, Onoda était le sujet cinématographique idéal. 

Plutôt que de dépeindre le personnage principal comme étant l’un ou l’autre, Arthur Harari décide de tout incorporer, le bon et le mauvais, et de laisser les spectateurs tirer leurs propres conclusions. En fin de compte, le film raconte l’histoire d’un homme délirant qui ne comprend pas qu’il a été endoctriné, mais il s’agit généralement d’une exploration émotionnelle de la loyauté, de la camaraderie et de l’entêtement. Coécrit par Harari et Vincent Poymiro, Onoda fait des allers-retours entre le temps passé par son personnage titulaire aux Philippines à la fin de la guerre, le moment où il a été recruté et endoctriné pour empêcher une “guerre secrète” utilisant la guérilla pour déstabiliser les nations internationales avant que ses commandants ne viennent le sauver, et des scènes des années 70 où un vacancier japonais commence à chercher Onoda pour le ramener chez lui. Malgré un rythme contemplatif, le film ne vous laisse pas une seconde de répit, maintenant les tensions excessives, mais changeant simplement de sujet, passant d’une pression navale beaucoup plus grande et plus forte à la nécessité de survivre dans la jungle, en passant par la question de savoir si les soldats restants vont enfin comprendre la réalité et abandonner avant de s’entretuer. Ceci étant dit, la durée de près de 3 heures du film semble inutile, et malgré l’efficacité avec laquelle la tension vend le stress de devoir vivre seul dans la jungle, le film commence à s’étirer en son milieu, ce qui aurait pu simplement être réduit de 20 minutes sans affecter le long-métrage.

Sans cacher ses nombreuses influences, Onoda n’apparaît jamais comme un pastiche, ni d’ailleurs comme une vision spécifique de l’homme. Grâce à l’excellente utilisation de la lumière par Tom Harari, Onoda est à mi-chemin entre un drame de guerre apocalyptique passionnant et un film à l’humour noir, et cela fonctionne grâce aux performances austères des deux acteurs qui jouent Onoda, Yûya Endô pour le modèle jeune du personnage et Kanji Tsuda pour le lieutenant plus âgé et épuisé. Le duo incarne parfaitement le paradoxe de la conviction loyale d’Onoda envers la marine et de son délire avec la même gravité, tout en créant un arc cohérent entre leurs apparences et leurs performances. Sortir un film sur un soldat endoctriné qui refuse de voir la réalité à une époque où les théories de conspiration néfastes et violentes font fureur semble irresponsable, mais, à la décharge de Harari, Onoda dépeint la perception de son personnage principal avec autant de sérieux que d’humour absurde. Voir Onoda et un camarade soldat passer des heures à déchiffrer ce qu’ils considèrent comme un code secret élaboré dans des émissions de radio, pour en conclure qu’il y a une résistance qui leur dit ce qu’ils doivent faire, ressemble presque à un extrait du film Les Chèvres du Pentagone de Grant Heslov. Onoda aurait pu simplement être la proie des tropes du film biographique, transformant son sujet principal en un héros de la marine alors qu’il devient le dernier homme debout dans une course à la gloire et à l’honneur. Au lieu de cela, le film révèle les contradictions de la guerre, où un soldat est présenté comme un héros se dressant seul face à l’adversité, alors que ses chefs l’abandonnent pour qu’il reste seul dans la jungle pendant trente ans. 

Je ne dirais pas que le film est exempt de toutes faiblesses. Passant modestement du thriller de guerre au drame apocalyptique et au film de potes drôlement sensible, Onoda porte le poids de ses nombreux ancêtres cinématographiques. Mais s’il exécute ces déplacements avec une telle force tranquille, il indique aussi un autre type d’émergence. Hiroo Onoda a quitté son refuge dans la jungle pour se retrouver sous le feu des projecteurs internationaux, avec Onoda, Arthur Harari pourrait accomplir un exploit semblable.

Onoda, 10 000 nuits dans la jungle au cinéma le 21 juillet 2021.

0
0